Deux jeunes joueurs de Madrid accusés d’avoir diffusé une sex-tape décident de ne pas témoigner

Deux des quatre joueurs de l’académie du Real Madrid accusés d’avoir distribué des vidéos à caractère sexuel de deux jeunes filles vivant à Gran Canaria, dont l’une est mineure, ont exercé leur droit de ne pas témoigner ce vendredi devant le tribunal d’instruction 3 de San Bartolomé de Tirajana, qui enquête sur l’affaire.

Les enquêtés Raúl A. et Andrés G. l’ont fait, mais seulement pour répondre aux questions de leurs avocats, tandis que Ferrán R. et Juan R. ne l’ont pas fait, leurs avocats ont fait valoir qu’ils ne le feraient pas tant que la décharge de leurs téléphones portables n’aurait pas été remise au tribunal.Aucune date n’a été fixée pour l’instant.

En ce sens, selon l’avocat de Raúl A., Juan Gonzalo Ospina, Le juge Julio Wood leur a fait savoir qu’il avait demandé à la Guardia Civil de faire preuve d’une plus grande agilité afin que la décharge parvienne au tribunal le plus rapidement possible.

M. Ospina a déclaré aux médias à la sortie du tribunal de Maspalomas, dans le sud de la Grande Canarie, que son client s’est déclaré de son plein gré car « il n’a rien à cacher », puisqu’il a réitéré une fois de plus son innocence et qu’il n’a rien à voir avec les faits qui lui sont reprochés.

A lire aussi  Le conflit entre Piqué et le gouvernement andorran

« Les faits qui font l’objet d’une enquête contre lui n’ont pas de responsabilité pénale, nous sommes donc confiants que très bientôt ce qui s’est passé pourra être clarifié et qu’il pourra sortir de ce cauchemar », a déclaré l’avocat.

C’est pourquoi, a-t-il ajouté, ils ont compris que c’était « la meilleure stratégie pour leurs intérêts » qu’ils pouvaient suivre en l’état actuel de la procédure.

Pour sa part, l’avocat de la victime mineure, Rubén Vallejo, a indiqué aux médias qu’il fallait attendre que les téléphones portables des personnes enquêtées soient jetés « pour voir s’ils confirment la version de cette personne enquêtée », en référence à Raúl A.

Vallejo a avancé qu’il faut attendre la conclusion des diligences qui restent à faire dans l’enquête pour savoir si la procédure continue ou est archivée, bien qu’il ait prédit qu’elle continuera son cours sur la base de ce que la Cour de Las Palmas a dit il y a quelques semaines sur l’existence de l’enquête. « des indices sérieux de la commission de crimes ».

Toutes les personnes faisant l’objet de l’enquête ont témoigné par vidéoconférence depuis les tribunaux de la Plaza Castilla à Madrid, bien qu’un problème technique les ait empêchées d’être vues dans les tribunaux du sud de Gran Canaria, selon des sources proches de l’enquête, seul l’enregistrement audio de leurs témoignages ayant été réalisé.

Cette procédure a été lancée à la suite d’une plainte déposée à Gran Canaria par une femme ayant découvert qu’une vidéo de sa fille de 16 ans ayant des relations sexuelles circulait sur WhatsApp.

Les faits se sont produits dans la municipalité de Mogán, en Grande Canarie, au début de l’été. La première plainte affirme que les relations sexuelles étaient consensuelles, mais qu’elles ont été enregistrées sans le consentement des jeunes filles, qui ont ensuite découvert que les images circulaient sur des réseaux et des applications de téléphonie mobile.

A lire aussi  La belle journaliste de DAZN sort avec le célèbre gardien de but

Peu après, la deuxième femme, majeure, a également signalé la diffusion d’une vidéo à contenu sexuel qui aurait été enregistrée par l’une des personnes faisant l’objet de l’enquête alors qu’elles avaient des relations consensuelles, bien que l’enregistrement et la diffusion ultérieure des images n’aient pas été consensuels.

Auteur/autrice