La commission de recours de la FIFA confirme la disqualification de Rubiales

La Commission de Recours de la FIFA a confirmé la disqualification de Rubiales. disqualification de l’ancien président de la Fédération Royale Espagnole de Football (RFEF), Luis Rubiales.pour les événements survenus après la finale de la Coupe du monde de football féminin en Australie et en Nouvelle-Zélande.

L’organe de la première instance mondiale du football a rejeté le recours déposé par Rubiales contre la décision de la Commission de Discipline de la FIFA le disqualifiant de toute activité liée au football pour une période de trois ans. trois ans, tant au niveau national qu’international.pour son comportement dans la tribune, ainsi que pour avoir embrassé la joueuse Jenni Hermoso lors de la remise des médailles après la finale remportée par l’Espagne contre l’Angleterre.

Selon un communiqué de la FIFA, suite à l’analyse des documents soumis et à une audience, l’appel de l’ancien manager a été rejeté et la suspension confirmée. « Entre autres considérations, la Commission de Recours a confirmé que la conduite de M. Rubiales était contraire aux principes énoncés à l’article 13 du Code Disciplinaire de la FIFA. pendant et à la fin de la finale de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA.

Cette décision a été notifiée à Rubiales qui, comme le stipule le Code disciplinaire de la FIFA, a dix jours pour demander la décision motivée, qui sera publiée sur legal.fifa.com si elle est demandée. Elle sera également publiée sur legal.fifa.com si la demande en est faite, peut faire appel auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS)..

« Règles de base de la conduite civique ».

« La FIFA réitère son engagement absolu à respecter et à protéger l’intégrité de toutes les personnes et à veiller à ce que les règles élémentaires de conduite civique soient respectées. règles élémentaires de comportement civique« conclut l’instance mondiale du football.

A lire aussi  Inquiétudes sur l'état physique de Neymar Jr.

Rubiales a d’abord été suspendu provisoirement pour 90 jours, puis le 30 octobre, la disqualification a été confirmée au motif qu’il avait violé l’article 13 du code de l’instance après la finale, pour les raisons suivantes en mettant les mains sur ses parties génitales dans le box après la victoire de l’Espagne sur l’Angleterre et embrassant Jenni Hermoso sur la bouche lors de la cérémonie de remise des médailles.

L’ancien président de la RFEF avait alors annoncé qu’il irait « jusqu’en dernière instance pour que justice soit faite et que la vérité éclate » sur ce qui s’est passé cette nuit-là à Sydney.

Également ce jeudi Le juge de l’Audience nationale espagnole Francisco de Jorge a proposé que Luis Rubiales soit jugé. pour le baiser non consenti qu’il a donné à la joueuse Jenni Hermoso après la finale de la Coupe du monde le 20 août et pour les pressions qu’il a exercées sur elle pour le justifier. Après plusieurs mois d’enquête, le juge a conclu que le baiser « n’était pas consensuel et était une initiative unilatérale et surprenante » de Rubiales, qui a fait l’objet d’une enquête pour agression sexuelle et coercition.

Outre Rubiales, le magistrat estime qu’il existe des preuves permettant de placer sur le banc des accusés l’ancien entraîneur de l’équipe nationale féminine, Jorge Vilda, le directeur de l’équipe nationale masculine, Albert Luque, et le responsable du marketing de la RFEF, Rubén Rivera, pour le délit d’entrave à la liberté d’expression. pression sur Jenni Hermoso.

Auteur/autrice

A lire aussi  Sokratis, nouvelle recrue du Betis