Les procureurs antidopage italiens demandent une suspension de quatre ans pour Pogba

Le parquet antidopage italien (NADO) a demandé aujourd’hui une suspension de quatre ans pour Paul Pogba, contrôlé positif à la testostérone après le match Udinese-Juve du 20 août.

Le joueur, vainqueur de la Coupe du monde 2018 avec l’équipe nationale de son pays, a de nouveau été contrôlé positif lors d’une contre-analyse, qui a été effectuée en septembre et est restée suspendue par mesure de précaution pendant que l’ONAD enquêtait sur les faits.

Malgré les spéculations selon lesquelles la défense de Pogba avait conclu un accord de plaidoyer pour éviter les poursuites, la demande du ministère public indique clairement que l’ancien joueur de Manchester United, qui est retourné à la Juventus en 2022, devra être jugé et qu’une longue sanction pourrait mettre fin prématurément à sa carrière de joueur.

Selon plusieurs médias italiens, le milieu de terrain français a été contrôlé positif à une nouvelle substance appelée Dhea, ou déhydroépiandrostérone, également connue sous le nom d' »hormone de jeunesse ».

La révélation de l’utilisation par Pogba, âgé de 30 ans, de l’hormone stéroïde la plus communément trouvée dans le corps humain, un contaminant classique dans des dizaines de produits anti-âge et de culturisme, a changé le paysage de la défense et a suscité l’allégation d’un supplément contaminé, expliquent-ils.

Le 11 septembre, Pogba a été confirmé positif à la testostérone lors d’un test effectué le 20 août pendant le match entre l’équipe de Turin et l’Udinese, auquel le milieu de terrain a assisté depuis le banc de touche.

Immédiatement, le même jour, le Tribunal national antidopage a décrété sa suspension, lui attribuant la violation des codes 2.1 et 2.1 des règles sportives, qui sanctionnent l’utilisation et même la tentative d’utilisation de substances interdites.

A lire aussi  Deuxième défaite consécutive pour Séville en Allemagne (3-1)

Auteur/autrice