Pedro Rocha « en tournée » : à la recherche de la paix dans le football espagnol et d’un soutien pour devenir président de la RFEF

Quelle que soit la région du monde du football à laquelle on s’adresse ces derniers temps, la réponse est la même. Au bout de quelques semaines, tout le monde applaudit à tout rompre. Pedro Rocha occupant la chaise dans laquelle il s’était enfermé Luis Rubiales jusqu’à sa démission « après les heures » de la nuit du 10 septembre, mais personne ne fait confiance au leader d’Extremaduran. Tout le monde est content de le voir (même si, surtout, on est content de ne plus jamais revoir Rubiales), mais on lui serre la main en fronçant les sourcils et en restant sur ses gardes.

Non, personne ne s’y fie. Mieux écrit, personne ne finit par à déchiffrer les véritables intentions de Rocha. dans l’effort efficace et non dissimulé qu’il fait pour reconstruire les ponts que Rubiales, au cours des cinq dernières années, avait impitoyablement bombardés avec le reste des bureaux importants du football espagnol. Tous ceux qui étaient les ennemis publics de l’ancien président de la RFEF, disqualifié, apprécient ce changement de cap, le passage à la normalité institutionnelleMais il y a des doutes sur la motivation réelle : y a-t-il un désir sincère de rétablir la paix dans le sport espagnol ou cherche-t-il simplement à gagner de la sympathie pour se présenter aux élections de la RFEF et en devenir le président à part entière ?

Car oui, Rocha veut être le prochain président de la RFEF. Il ne l’a pas dit en public et il fait très attention à qui il le dit en privé, mais sa volonté est ferme. Cela ne signifie pas pour autant qu’il finira par se présenter à la présidence. les élections se dérouleront entre février et mars.Il ne risquera pas le bûcher s’il ne dispose pas d’un soutien suffisant pour garantir son élection. Et, pour l’instant, ce n’est pas le cas.

Les barons territoriaux de la RFEF

Dans les réunions qu’il a eues avec le reste des présidents territoriaux, il n’a pas trouvé le resserrement des rangs qu’il souhaitait, ne promettant même pas de se battre pour qu’ils restent membres de droit de l’assemblée de la RFEF, c’est-à-dire sans avoir à être élus pour cela. Ce que, par ailleurs, le gouvernement n’est pas prêt de permettre, comme on pourra le constater lorsque la CSD publiera le texte définitif de l’arrêté ministériel qui réglemente ces processus, dont le projet est actuellement soumis au processus bureaucratique et réglementaire d’examen des propositions des agents concernés.

A lire aussi  Le conflit entre Benzema et Nuno alimente la crise interne d'Al Ittihad

Bien que, il faut le dire, de ces réunions s’échappent, toujours « off the record », de nombreuses versions de ce qui s’est passé, certaines antagonistes et d’autres antagonistes, parce qu’il n’y a pas eu d’accord entre les deux parties. Rocha et les autres présidents territoriaux ont le moins confiance en eux. et chacun joue son propre jeu, avec plus d’un baron intéressé (comme celui de Madrid, par exemple). Paco Díez et, surtout, le Valencien Salvador Gomar) pour mener cette grande candidature de large consensus à laquelle Rocha lui-même aspire et qu’il est déterminé à mettre en place. Avec lui comme candidat à la présidence, bien sûr.

C’est là que se joue la quasi-totalité du jeu électoral, comme le montrent les précédents au sein de la RFEF elle-même et dans la plupart des grandes fédérations sportives nationales. Il n’en reste pas moins qu’en dehors des rouages strictement fédératifs, bien d’autres votes sont en jeu. Et c’est là que la tournée d’automne du président du comité de direction prend tout son sens, Pedro Rocha « en tournée.

Les relations de Rocha avec le gouvernement

Avec le gouvernement, elle aspire à maintenir une relation cordiale et collaborative qui pourrait lui fournir des options en tant que plan B. Parce que l’idée initiale de la CSD est qu’une femme soit présidente de la RFEF, comme l’a rapporté ce journal, avec Irene Lozano, Ana Muñoz et Elvira Andrés dans les pools de paris. Bien sûr, personne n’ignore qu’il y aura bientôt un nouveau Conseil des ministres et qu’il y aura un nouveau gouvernement. Miquel Iceta aspire à être promu à un ministère plus important que le ministère de la culture et des sports, qu’il occupe actuellement. Et celui qui héritera de ce siège (probablement aussi une femme) aura beaucoup à dire, y compris sur la présidence de la CSD, puisque Víctor Francos est un homme qui jouit de la plus grande confiance d’Iceta.

A lire aussi  L'ancien Valencianista Diego Alonso, nouvel entraîneur du FC Séville

Entre-temps, Rocha répond aux exigences du gouvernement, au point que plus d’un club et plus d’un dirigeant de fédération comprennent que la RFEF est de facto intervenue par la CSD. Les Francos ont placé Rocha et son équipe dans les Pactes Oliva avec les champions du monde, ce qui a conduit au licenciement du secrétaire général. Andreu Camps et les responsables de la communication et de l’intégrité, Pablo García-Cuervo y Miguel García Caba. Tous trois ont été remplacés par les leaders du premier « rubialisme », des professionnels au curriculum appréciable à qui Rubiales avait retiré sa confiance parce qu’ils n’étaient pas d’accord avec ses vues et acceptaient tous ses pièges, aujourd’hui réhabilités pour cette phase de transition.

La nouvelle entente RFEF-LaLiga

Ils sont également à l’origine du rétablissement des relations avec les autres agents du football espagnol. Tant dans la LaLiga que dans la F League, ils estiment que l’interlocution est désormais plus fluide dans les questions que les deux institutions doivent traiter. Dans la ligue féminine, ils ont plus d’espoir quant à la concrétisation de l’accord de coopération entre les deux institutions. accord de coordination avec la RFEF et dans la ligue masculine, il y a aussi des pousses vertes : il y a quelques jours, la Fédération a répondu à la demande de la report de Majorque-Cadix en raison d’une incompatibilité avec les dates de la FIFA, alors qu’il y a deux ans, elle avait refusé catégoriquement de prendre la même décision dans un cas de figure similaire.

Rocha, en fait, a assisté aux assemblées des deux organes, ce que Rubiales n’a pas fait. Et il l’a fait à des jours où il était facile de s’éclipser, car la réunion de LaLiga coïncidait avec la signature des Pactes Oliva et la réunion des femmes se déroulait le même jour que le match Suisse-Espagne. Mais Rocha était présent et, lors des deux assemblées, il a montré sa prédisposition à trouver un consensus et à œuvrer en faveur de l’unité du football espagnol. Il était absent du gala de présentation de la Liga F, mais il l’a fait en raison d’un problème personnel de dernière minute et s’en est excusé. Le président de l’organisation, Beatriz Álvarezl’a excusé en public et a souligné son engagement.

A lire aussi  Pego CF : l'histoire d'une promotion dans une saison mémorable

La présence de Mme Rocha au gala de remise des prix du syndicat AFE, avec le président de ce dernier, a également été frappante cette semaine, David AganzoRubiales a mené une guerre personnelle depuis qu’il a remplacé la présidence de l’union par celle de la fédération. Et avec des épisodes d’espionnage présumé et des attaques personnelles très laides. Rocha a posé en souriant avec Aganzo lui-même, avec Francos et avec Tebas.

En plus de cette tournée institutionnelle, il fait également le tour de différentes villes qui aspirent à accueillir la conférence de Copenhague. Coupe du monde 2030La course va s’achever dans les semaines à venir et la RFEF de Rocha ne veut exclure personne pour l’instant. Cela reviendrait inévitablement à se faire des ennemis. Or, Rocha se trouve justement à l’opposé, essayant de se débarrasser du sambenito que représente le fait d’être d’être le successeur de Rubiales. Une chose qu’il n’est pas facile d’éviter.

Auteur/autrice