Un ancien joueur condamné à un an et neuf mois de prison pour avoir vendu de faux billets du Barça pour la Ligue des champions et le Clásico

Nous sommes le 23 février 2016 et deux hommes d’affaires envisagent d’obtenir une vingtaine de billets pour que les supporters du FC Barcelone puissent voir à Londres l’équipe du trident formée par Leo Messi, Neymar y Luis Suárez lors du match aller des huitièmes de finale de la Ligue des champions. Cependant, bien qu’ayant payé un total de 26 000 € à l’ancien basketteur professionnel portugais Arnau Gomis i Martín, d’origine catalane, afin d’obtenir des billets pour l’Emirates Stadium, le stade d’Arsenal. Ils n’ont pas obtenu de billets, mais de simples photocopies.

Le club catalan, alors entraîné par l’Asturien Luis Enrique, vient de remporter la Ligue des champions à Berlin. Et dans l’élite européenne, leurs adversaires étaient l’équipe entraînée depuis près de deux décennies par le Français Arsène Wengerqui avait battu les Blaugrana lors des sept dernières rencontres.

Cependant, les fans n’ont pas pu voir la Messi « prodigieux ».Le match, qui s’est pourtant soldé par une victoire 2-0 des blaugrana, avec des buts marqués par la star argentine, a tourné au cauchemar, la vente des billets ayant été une escroquerie.

Sept ans plus tard

Sept ans plus tard, le vendeur de photocopies, ancien basketteur professionnel Arnau Gomis i Martín, a reconnu dans l’affaire des Audience provinciale de Madrid les faits et a accepté une peine d’un an, neuf mois et un jour de prison pour le délit d’escroquerie.

L’accusé, selon la sentence, a profité de « sa notoriété et de ses contacts » dans le monde du sport, car il a il avait été joueur professionnel de basket-ball en Portugalparmi d’autres équipes de la Benfica, pour créer une prétendue plateforme de vente de billets de football. L’un des partenaires d’Arnau Gomis, qui n’a pas été condamné, a informé deux hommes d’affaires de la possibilité d’acheter des billets.

A lire aussi  Troyes bouleversé par la vente de Savinho à City : "Il faut le dénoncer".

Benzema marque un but contre le FC Barcelone en avril 2016. JUAN MEDINA


Ils sont tombés dans le piège, car Arnau Gomis i Martín a réalisé sa première tromperie, puisque « sachant qu’il n’avait pas de billets », il a « faussement » prétendu en janvier 2016 avoir en sa possession des billets pour le Clásico de la LigaBarça-Real Madrid, qui devait avoir lieu à Barcelone le 2 avril. Là encore, il a envoyé un billet au format PDF « pour couvrir sa prétention mensongère ». L’un des hommes d’affaires escroqués a versé le 27 janvier 2016 4 800 euros sur le compte courant d’une société dont l’administrateur n’a pas été retrouvé par la justice.

Il a versé 26 000 euros

C’est alors que le condamné a offert vingt autres billets pour le match de football Barcelone-Arsenal CF. Un homme d’affaires a effectué un premier transfert de 1 500 euros ; et un second, au même mois de février, a donné à Gomis i Martín 26 000 euros, « … ».en recevant des billets qui se sont avérés être de simples photocopies avec des localisateurs qui ne correspondaient pas à l’événement pour lequel ils avaient été acquis.« La sentence complète, qui conclut que le condamné a toujours su qu’il n’était pas en mesure de s’acquitter de ses obligations » et que, malgré cela, il a « intégré le montant total reçu dans son patrimoine sans prendre aucune mesure pour obtenir des billets authentiques ».

La même sentence, à laquelle El Periódico de España de Prensa Ibérica a eu accès, annonce la suspension de l’exécution de la sentence pour une période de deux ans. Cette décision est conditionnée au paiement de la responsabilité civile de 32.300 euros.. Gomis i Martín s’est engagé à indemniser une femme d’affaires à hauteur de 1 500 euros et un second homme d’affaires à hauteur de 30 800 euros plus les intérêts.

A lire aussi  Florentino refuse un autre attaquant à Ancelotti, qui est en route pour le Brésil

Les premiers paiements de cette responsabilité civile, qui ont été fractionnés, étaient prévus pour le 6 mars 2023 (3 300 €) ; le 20 mars (3 000 €) ; le 3 avril (3 000 €) ; le 17 avril (3 000 €) ; et le 15 juin (10 000 €). Le 12 juillet est la date limite pour les remboursements, de sorte que devra donc rembourser 10 000 euros supplémentaires.

Auteur/autrice