Vilda qualifie le comportement de Rubiales d' »inacceptable » et ne démissionne pas

Jorge Vilda sort enfin du silence. L’entraîneur de l’équipe féminine, principal acteur à s’exprimer après onze membres de son staff et Luis de la Fuente, a ajouté sa voix à la critique de l’attitude de Luis Rubiales, bien qu’il ait applaudi son discours lors de l’Assemblée générale extraordinaire de vendredi.

L’entraîneur et directeur sportif du football féminin espagnol ne mâche pas ses mots à l’égard du président de la RFEF. « Absurde », « inacceptable » et « attitude machiste très éloignée d’une société avancée et développée ». sont quelques-uns des termes qu’il utilise dans une déclaration qu’il a publiée Relais et que Vilda a précédemment transféré à Rubiales.

Le sélecteur ne s’associe pas aux démissions de onze membres de l’équipe d’entraîneurs de l’équipe nationale espagnole.six de l’équipe senior et cinq des équipes de jeunes. Parmi eux, Montse Tomé, deuxième entraîneur et grand soutien de Vilda ces derniers mois, Sonia Bermúdez, également connue pour avoir applaudi les paroles de Rubiales, et d’autres poids lourds comme Kenio Gonzalo ou Rubén Jiménez. « Je réitère mon engagement inébranlable à promouvoir un sport qui est un modèle d’égalité et de respect dans notre société », a-t-elle déclaré.

Déclaration complète de Jorge Vilda

Je regrette profondément que la victoire du football féminin espagnol ait été compromise par le comportement inapproprié de notre ancien responsable du football, Luis Rubiales, qu’il a lui-même reconnu.

Il ne fait aucun doute que ce comportement est inacceptable et ne reflète en rien les principes et les valeurs que je défends dans ma vie, dans le sport en général et dans le football en particulier.

Je condamne sans réserve toute attitude machiste, éloignée d’une société avancée et développée.

Un climat indésirable a été créé, loin de ce qui aurait dû être une grande célébration du sport espagnol et du sport féminin.

C’est pourquoi j’ai transmis le contenu de ces déclarations à l’actuel président de la RFEF et à Luis Rubiales, qui était jusqu’à présent à la tête de la RFEF.

Mon travail en tant qu’entraîneur des équipes nationales féminines et directeur sportif des équipes nationales féminines a toujours eu pour but d’obtenir des succès sportifs, mais aussi de promouvoir des initiatives qui encouragent l’inclusion, le respect et l’égalité.

L’obtention du Championnat du monde féminin et les succès remportés dans les catégories inférieures sont le reflet du travail réalisé par la Fédération, qui soutient incontestablement le sport féminin.

Je réitère mon engagement indéfectible pour la promotion d’un sport qui est un modèle d’égalité et de respect dans notre société.

A lire aussi  Racisme au Brésil : Enner Valencia reçoit des insultes après le match Internacional-Fluminense

Auteur/autrice