Des fourmis de feu construisent des radeaux alors que l’Australie s’apprête à subir ses premiers cyclones de l’année

Les fourmis de feu utilisent les eaux de crue pour former des radeaux flottants et se répandent dans l’Australie dévastée par les tempêtes, constituant une menace sérieuse en tant qu’espèce la plus envahissante au monde.

L’Invasive Species Council (ISC) s’inquiète de ce comportement inhabituel des radeaux alors que l’Australie se prépare à d’autres cyclones, estimant qu’il s’agit d’une preuve évidente que « les densités de fourmis de feu augmentent ».

« Les fortes pluies récentes et le temps sauvage dans la région pourraient accélérer la propagation des fourmis de feu, l’une des pires espèces envahissantes au monde », a averti Reece Pianta, responsable de la défense des intérêts de l’Invasive Species Council.

« Les fourmis de feu sont plus actives avant ou après les pluies et peuvent former de grands radeaux flottants qui se déplacent avec les courants d’eau pour s’implanter dans de nouvelles zones. Nous avons récemment constaté ce comportement dans des exploitations de canne à sucre au sud de Brisbane ».

Ces super ravageurs ont le potentiel de ravager les écosystèmes, de causer des pertes agricoles et même de tuer des humains et des animaux avec leurs piqûres.

Alors que les intempéries continuent de frapper le pays, deux nouveaux cyclones se forment près des côtes et risquent d’avoir un impact sur le pays dans les prochains jours.

A lire aussi  Les militants pour le climat sont plus nombreux que les dirigeants d'entreprises du secteur des combustibles fossiles à la Cop28, alors que l'espace de protestation se rétrécit

Le cyclone tropical Anggrek, actuellement de catégorie 1 et le premier de la saison, se déplace lentement vers le sud.

Le Bureau of Meteorology prévient que le cyclone devrait passer à l’ouest des îles Cocos (Keeling) jeudi soir ou vendredi matin, apportant potentiellement des rafales de vent dommageables et une augmentation des précipitations dans la région.

Le système qui se déplace lentement comporte également un risque de mer agitée, de houle modérée et d’inondations dans les basses terres du nord des îles. En dérivant vers le sud, le cyclone devrait gagner en puissance au cours des prochaines 48 heures.

Pendant ce temps, sur le continent, un autre système de tempête se prépare au large de la côte du Queensland et pourrait se transformer en cyclone d’ici lundi.

Avec l’arrivée de nouvelles précipitations, l’Australie est confrontée à la double menace de nouvelles journées d’inondations et de la propagation incessante des fourmis de feu par les eaux de crue.

Le radeau est une stratégie de survie employée par ces fourmis lorsque leur environnement est inondé. Les fourmis de feu s’agglutinent pour créer des structures flottantes qui leur permettent de flotter au-dessus des eaux et de se déplacer en tant que colonie.

Les observations de ces fourmis se sont récemment étendues jusqu’à la province de Nouvelle-Galles du Sud, malgré les efforts déployés pour les contenir dans le Queensland, où elles ont été repérées pour la première fois en 2001. La semaine dernière, les fourmis ont envahi un terrain de sport du nord de la Gold Coast, entraînant l’annulation d’un match de cricket local.

A lire aussi  Les villes américaines qui s'affaissent sont déjà confrontées à des "impacts réels", l'affaissement posant un risque pour les bâtiments et les routes

Les chercheurs du Centre d’excellence pour l’analyse des risques en matière de biosécurité affirment que ces fourmis pourraient conduire certaines espèces australiennes à l’extinction.

L’origine et la propagation de ces fourmis, originaires d’Amérique du Sud, restent un mystère. Personne ne sait comment elles sont arrivées en Australie, mais certains experts ont indiqué qu’elles pourraient avoir été transportées par bateau.

Les communautés du sud-est du Queensland et du nord de la Nouvelle-Galles du Sud sont invitées à rester vigilantes, car ces fourmis résistantes empruntent les courants d’inondation pour s’implanter dans de nouvelles zones.

L’absence de prédateurs naturels en Australie en fait un habitat idéal pour les fourmis de feu. Les experts préviennent que si elles ne sont pas contrôlées, ces fourmis pourraient potentiellement occuper l’ensemble du continent, à l’exception des régions les plus froides.

Andrew Cox, directeur général de l’Invasive Species Council, a déclaré précédemment que si l’Australie n’intensifiait pas son programme d’éradication, elle pourrait subir une facture de plusieurs milliards de dollars.

Auteur/autrice