Le projet d’accord de la Cop28 abandonne l’appel à l’élimination progressive des combustibles fossiles

Dans les dernières 24 heures avant la clôture officielle de la Cop28, la référence à l' »élimination progressive » des combustibles fossiles a été supprimée de la dernière version de l’accord final.

L’abandon progressif des combustibles fossiles, à l’origine de la crise climatique, est devenu la bataille centrale des négociations de Dubaï.

L’Union européenne et les pays en développement vulnérables ont appelé à l’abandon progressif des combustibles fossiles, tandis que les pays riches en pétrole, dont l’Arabie saoudite et la Russie, s’y sont fermement opposés. Les termes « élimination progressive » ou « réduction progressive » des combustibles fossiles avaient été inclus en tant qu’option dans une première version du texte, mais ont été supprimés.

C’est la première fois que les combustibles fossiles sont mentionnés dans un accord mondial sur le changement climatique, mais c’est la formulation relative à leur avenir qui est essentielle. Les mots « réduction progressive » ont également été supprimés.

Lundi soir, Sultan Al Jaber, le président de la Cop28 des Émirats arabes unis, a déclaré au sommet que des progrès avaient été réalisés mais que « nous avons encore beaucoup à faire ».

« Vous savez ce qu’il reste à convenir. Et vous savez que je veux que vous fassiez preuve de la plus grande ambition sur tous les points, y compris sur le langage des combustibles fossiles », a-t-il déclaré.

A lire aussi  Des microplastiques dans 90 % des hamburgers, steaks et poulets

Les nations vulnérables au climat ont critiqué le dernier projet.

« Nous ne sommes pas venus ici pour signer notre arrêt de mort. Nous sommes venus ici pour nous battre pour 1,5°C et pour le seul moyen d’y parvenir : l’élimination progressive des combustibles fossiles… Nous n’irons pas silencieusement vers nos tombes aquatiques », a déclaré John M Silk, ministre des Ressources naturelles et du Commerce des Îles Marshall.

L’Arabie saoudite et l’Irak ont été cités parmi les pays qui ont bloqué l’idée d’une « élimination progressive » et d’une « réduction progressive » par les personnes proches des pourparlers.

La dernière version du document « Bilan mondial de l’Accord de Paris, appelle maintenant à :

  • Réduire à la fois la consommation et la production de combustibles fossiles, d’une « manière juste, ordonnée et équitable » afin d’atteindre le niveau zéro net d’ici à 2050 ou autour de cette date, conformément aux données scientifiques.
  • Une deuxième déclaration appelle à « accélérer les technologies à zéro et à faibles émissions… les énergies renouvelables, le nucléaire, les technologies de réduction et d’élimination, y compris la capture, l’utilisation et le stockage du carbone, et la production d’hydrogène à faible teneur en carbone, afin de renforcer les efforts visant à remplacer les combustibles fossiles non utilisés dans les systèmes énergétiques ».

Une première version du texte présentait une série d’options, dont la plus forte était la suivante : « Une élimination progressive des combustibles fossiles conformément aux meilleures connaissances scientifiques disponibles. Mais il offrait également la possibilité de ne pas mentionner les combustibles fossiles.

L’accord est encore en cours d’élaboration et fera l’objet de vifs débats jusque tard dans la nuit entre les pays, dont beaucoup sont actuellement très éloignés les uns des autres quant à la forme que devrait prendre leur avenir énergétique.

A lire aussi  Le dernier projet de la Cop28 est déposé après une journée de silence et appelle à une "transition vers l'abandon" des combustibles fossiles

Pour l’instant, le projet prévoit uniquement que les pays, ou « parties », s’engagent à respecter les dispositions de l’accord, pourraient prendre des mesures. Les mots « pétrole et gaz » ne figurent pas non plus dans le texte.

Le sommet de l’ONU sur le climat doit s’achever mardi à 11 heures, heure locale.

Alok Sharma, le président britannique de la Cop26 qui a fondu en larmes lors du débat final houleux à Glasgow, a déclaré mardi qu’il était « difficile » de voir comment le texte « aidera à atteindre la réduction profonde et rapide des émissions dont nous avons besoin d’ici 2030 pour ne pas dépasser 1,5°C ».

Il a écrit sur Twitter : « Avec tant de pays soutenant un langage clair sur l’élimination progressive des combustibles fossiles, à qui ce texte sert-il réellement ?

Il s’agit d’une histoire en cours de développement.

Auteur/autrice