Les enfants vont bien : l’écologie en famille

Worsque notre fille de sept ans est entrée dans la cuisine hier soir, les yeux pétillants et le sourire aux lèvres, il était clair qu’elle avait mangé des saucisses pour le thé. Pas un substitut de viande ou un effort cylindrique à base de poireaux et de pommes de terre. De vraies saucisses à la viande. Trois d’entre elles, m’informa-t-elle avec joie. Ce repas très légèrement clandestin chez son amie lui aura fait gagner un mois. Et je me suis demandé ce que nous faisions encore une fois.

Lorsque nous avons abandonné le plastique pour réduire notre impact sur l’environnement, que nous avons enlevé les poubelles, que nous avons arrêté de prendre l’avion et que nous avons changé nos fournisseurs d’énergie et nos comptes bancaires pour des fournisseurs qui ne remettaient pas directement l’argent aux géants des combustibles fossiles, nous sommes également passés à un régime alimentaire à base de plantes à la maison. C’était une décision évidente.

Je n’ai pas mangé de viande depuis que j’avais à peu près son âge, alors ça n’a pas été un gros problème pour moi de supprimer les produits laitiers. Le petit garçon de quatre ans ne semble pas s’en soucier et, malgré les générations d’agriculteurs qui pèsent lourdement sur son psychisme, mon mari est heureux de constater la baisse de son tour de taille ainsi que celle de notre empreinte carbone.

Auteur/autrice

A lire aussi  Un groupe d'enfants californiens poursuit l'EPA pour ne pas avoir lutté contre le changement climatique