Un groupe d’enfants californiens poursuit l’EPA pour ne pas avoir lutté contre le changement climatique

Dix-huit enfants ont intenté une nouvelle action en justice contre l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA), qui, selon eux, a sciemment laissé les États-Unis devenir l’un des plus grands pollueurs du monde et mettre leur avenir en péril.

L’action en justice, déposée dimanche devant la Central District Court de Californie, souligne que les enfants estiment avoir été victimes de discrimination en tant que mineurs parce que leur utilisation de combustibles fossiles ne tient pas compte de la valeur économique de leur vie et de la mesure dans laquelle le changement climatique leur permettra de vivre à l’avenir, indique un communiqué de presse de Our Children’s Trust, un cabinet d’avocats à but non lucratif spécialisé dans les questions d’intérêt public.

Our Children’s Trust aide les enfants dans leur action en justice, qui vise également l’administrateur de l’EPA, Michael Regan, et le gouvernement fédéral américain, aux côtés de l’EPA.

L’action en justice permettra de dresser un large tableau des injustices climatiques présumées au cours des 50 années écoulées depuis que l’EPA s’est vu déléguer la gestion de la qualité de l’air et de la lutte contre la pollution dans le pays.

Le groupe d’enfants, âgés de 8 à 17 ans, affirme que l’EPA connaissait les graves conséquences du changement climatique, en particulier sur les jeunes, mais qu’elle a continué à permettre aux États-Unis de devenir l’un des principaux responsables de la pollution climatique dans le monde.

A lire aussi  Tempêtes de verglas et blizzards frappent le Midwest au moment des départs en vacances

Ces 18 enfants en particulier se sont manifestés, car le communiqué indique qu’ils sont affectés par le changement climatique en grandissant dans l’ouest des États-Unis, qui connaît des pertes de maisons dues à des incendies de forêt, des dommages causés par des inondations et des évacuations dues à des événements liés au changement climatique « mettant en danger la vie des gens ».

« Nous fuyons les feux de forêt, nous sommes déplacés par les inondations, nous paniquons dans les salles de classe chaudes pendant une nouvelle vague de chaleur. Nous sommes constamment préoccupés par l’avenir, et tout autour de nous, personne ne bouge assez vite », a déclaré Noah, un plaignant de 15 ans, qui espère que leur action en justice rappellera aux gens que la Constitution garantit à chaque citoyen, et pas seulement aux adultes, le droit à la vie, à la liberté et à la poursuite du bonheur.

La principale plaignante, Genesis B, une habitante de Long Beach âgée de 17 ans, a également déclaré dans le procès que ses parents n’ont pas les moyens d’acheter l’air conditionné, mais que la chaleur extrême l’oblige à attendre le soir pour faire son travail scolaire lorsque les températures chutent. NPR.

De nombreux jeunes plaignants ont déclaré qu’ils souffraient déjà de graves problèmes de santé dus à la fumée et à la chaleur des incendies de forêt et qu’ils avaient manqué des semaines d’école, ce qui a également eu des répercussions sur leur santé mentale.

Les enfants demandent au tribunal de juger l’EPA sur la base des violations présumées de leurs droits constitutionnels fondamentaux et de déterminer si l’EPA a agi en dehors de l’autorité qui lui a été déléguée.

A lire aussi  Colère contre le choix d'un vétéran de l'industrie pétrolière et gazière pour diriger les prochaines négociations de la Cop sur le climat

« Nous vivons ce que personne ne devrait vivre. Nous sommes confrontés à une négligence constitutionnelle. Nous contestons l’incapacité de l’EPA à nous protéger. L’air que nous respirons est devenu une victime de leur opposition », a déclaré Avorh, un plaignant de 14 ans, dans le communiqué.

L’action en justice vise également à obtenir une norme constitutionnelle pleinement confirmée pour protéger les droits des enfants en tant que catégorie unique par rapport aux droits des adultes.

Our Children’s Trust a récemment remporté le premier procès constitutionnel sur le climat aux États-Unis dans le Montana l’année dernière.

Ce procès très médiatisé contre le Montana a conclu que l’État avait violé sa constitution, qui garantit aux citoyens le droit à un « environnement propre et sain ».

Un porte-parole de l’EPA a déclaré The Independent n’a pas pu commenter l’affaire en raison du litige en cours, mais elle a ajouté que, sous la présidence de M. Biden, elle s’était « engagée à utiliser toute l’étendue de ses pouvoirs pour protéger les communautés et réduire la pollution qui est à l’origine du changement climatique ».

Le porte-parole a également déclaré qu’il appréciait que « les jeunes tirent la sonnette d’alarme sur le changement climatique » et qu’il venait de créer le Conseil consultatif national sur l’environnement, chargé de fournir des conseils et des recommandations à son administrateur, M. Regan, sur la manière d’aborder les questions environnementales.

L’Indépendant a contacté l’EPA pour obtenir des commentaires.

Auteur/autrice