Amrabat en pole position : quatre noms pour remplacer Busquets

Le FC Barcelone réfléchit depuis trop longtemps à un remplaçant pour Sergio Busquets. Jusqu’à présent, il y a eu des rustines et des Les expériences au sein de l’équipe n’ont pas été satisfaisantes.. Un « problème » chronique auquel il faut maintenant trouver une solution. Il n’y a pas d’autre solution. Le « 5 » s’en va. L’un des gardiens de la meilleure époque de l’histoire du club fait ses adieux.

Un footballeur unique que Pep Guardiola a découvert et façonné pour en faire l’un des meilleurs pivots de l’histoire du football. Un homme capable de compenser sa lenteur ou son manque d’agilité par une lecture brutale du jeu et une intelligence tactique. Une fois que l’homme de Badia a franchi le pas, le secrétariat technique est obligé de se débarrasser de cette affaire inachevée. depuis tant d’années.

Il y a des profils sur la table. Il y a des favoris, il y en a d’autres qui aiment plus, mais ils sont inaccessibles. Le fait est que les quatre grands noms du marché qui sont sur la table sont Sofyan Amrabat, Ruben Neves, Martin Zubimendi et Guido Rodriguez. Avec des contextes diamétralement opposés.

Amrabat, priorité

Le Marocain était à deux doigts d’arriver lors du mercato hivernal. Il a forcé autant qu’il a pu, il s’est levé avec le Fiorentinamais le Barça n’avait pas les moyens de le transférer. Il est probablement le mieux placé. Un « chien de proie » au milieu de terrain avec un bon toucher (loin de « Busi », ne nous leurrons pas, c’est un autre profil), avec de l’autorité et de la personnalité. Le Barça pourrait aller jusqu’à 25 « kilos pour lui.

A lire aussi  L'équipe nationale féminine espagnole cherche son billet pour Paris 2024

Celui que Xavi préfère (c’est un secret de polichinelle) est Martín Zubimendi. Jeune, très bon en dehors du terrain, intelligent. Mais sa clause de 60 « kilos ». est un obstacle presque insurmontable. Le club ne peut pas se le permettre dans les conditions actuelles. Ruben Neves (plus si Deco devient directeur du football) est celui sur lequel le club mise. L’homme de Mendes, physiquement et techniquement doué.

Et le dernier nom à entrer en jeu est celui de Guido Rodriguez. Champion du monde avec l’Argentine et l’un des leaders du Betis. Personnalité, expérience, talent avéré. Il est sous contrat jusqu’en 2024 et, pour l’instant, son renouvellement est bloqué. Une alternative « lointaine », mais la plus abordable financièrement.

Auteur/autrice