Interview de Luis de la Fuente : « Je savais que j’avais le soutien des joueurs dès le premier jour ».

Le sélectionneur national masculin, Luis de la Fuente accorde à EL PERIÓDICO DE ESPAÑA et à Prensa Ibérica sa première interview depuis sa victoire à l’élection présidentielle. Ligue des Nations et après tout ce qui s’est passé au lendemain de la Coupe du Monde Féminine. L’accord, à la veille du match capital contre l’Écosse, est de ne parler que de football, le domaine qu’elle maîtrise vraiment après une vie qui lui a été consacrée.

L’Espagne joue la qualification directe pour la Coupe du Monde de la FIFA. Euro 2024qui se tiendra en Allemagne l’été prochain, contre l’Ecosse à Séville (ce jeudi) et en Norvège (dimanche à Oslo).. Après six matches avec quatre victoires, un nul, une défaite, 18 buts marqués, quatre encaissés et un titre, le sélectionneur est satisfait du bilan de son passage à la tête de l’équipe senior en ces mois agités à la Fédération.

Question : Quelle est l’identité de l’équipe nationale que vous souhaitez voir émerger ?

Réponse. Je pense que oui. À l’époque, nous avons établi une voie, un itinéraire et un scénario pour la sélection que nous voulions réaliser. Nous avons établi une série de registres qui, je pense, sont reconnus. Nous avons mis en place une équipe très polyvalente, avec différents types d’attaque. Nous avons marqué des buts de différentes manières, avec différents concepts footballistiques et, sur le plan défensif, nous sommes également une équipe solide.

P. Dans l’ardoise de Luis de la Fuente, quelles sont les références footballistiques ?

R. J’ai eu la chance d’avoir 18 entraîneurs dans ma carrière professionnelle, avec des profils footballistiques très différents. Mais j’ai appris de chacun d’entre eux. Et puis j’ai eu l’occasion de les rencontrer, d’en parler et d’en débattre avec d’autres. En fin de compte, tout cela est mis dans le shaker et vous commencez à avoir une idée du football. Depuis que j’ai commencé à jouer au football, je me suis toujours montré offensif et je pense que les équipes que j’ai entraînées ont cette première idée offensive. Mais je parie toujours sur l’équilibre pour atteindre les objectifs.

J’ai toujours été un joueur offensif et je pense que les équipes que j’ai entraînées ont cette idée d’attaque en tête.

Luis de la Fuente – Entraîneur national

Q. Qui vous a inspiré en tant que joueur et en tant qu’entraîneur ?

R. Je dis toujours que je ne me reconnais pas dans l’entraîneur qui a débuté il y a 26 ans. Je préférais sans doute le football anglais à cette époque, avec Liverpool et Manchester United comme équipes de référence. Bien sûr, en Espagne, il y avait des équipes comme le Real Madrid et Barcelone, qui ont marqué une époque. Pour moi, ce fut une expérience exceptionnelle d’être ici à la Fédération espagnole de football, parce que j’ai commencé à interpréter le football d’une manière différente et j’ai beaucoup appris. J’ai travaillé avec la base que j’avais, mais avec l’idée footballistique d’un modèle qui est très connu dans le monde et qui nous a donné beaucoup de succès. Et j’ai consolidé un concept footballistique que je crois être celui que j’essaie de mettre en pratique.

A lire aussi  "Nous sommes là pour rester et nous demandons du changement".

P. Vous avez connu les succès de Luis Aragonés et de Vicente del Bosque à la Fédération espagnole de football, vous reconnaissez-vous en eux ?

R. Je pense que le niveau de l’équipe nationale a commencé à changer avec Luis Aragonés, qui a commencé à donner une idée plus combinatoire du jeu, avec des joueurs dont le profil est maintenant plus adapté à ce modèle que nous avons mis en place au sein de la Fédération. Cela consolide Vicente et le rend encore plus grand. Je pense que Del Bosque a ajouté de nouveaux joueurs et qu’avec le temps, l’idée a évolué, ce qu’il a très bien interprété. Vicente a obtenu de ces joueurs une performance exceptionnelle.

Luis De la Fuente, lors de l’entretien avec EL PERIÓDICO DE ESPAÑA et Prensa Ibérica. Alba Vigaray/EPE


Q. Et maintenant ?

R. Aujourd’hui, nous sommes toujours en train d’évoluer et de procéder à une régénération. Certains joueurs arrivent à la fin d’une étape et il faut en recruter de nouveaux. Je pense que nous sommes dans ce processus et que nous y sommes encore, mais je pense que maintenant, après 11 ans et après avoir remporté un nouveau titre, nous commençons à consolider une idée à nouveau. Pas seulement pour le titre, mais aussi pour l’avenir, car nous avons une équipe nationale composée de très jeunes joueurs qui ont une grande expérience internationale. Des gens qui ont gagné des titres en club et au niveau international. Et c’est généralement de bon augure pour l’avenir.

Q. Où en êtes-vous dans ce processus ?

-Je pense que nous sommes en train de consolider l’idée avec quelques nuances, mais les joueurs sont les véritables protagonistes. Avec de bons joueurs, on peut réaliser des choses. Si vous ne les avez pas, peu importe la qualité de vos idées, de votre modèle ou de votre méthode, vous ne pouvez pas les réaliser.

P. L’autre jour, vous avez comparé Lamine à Maradona et Messi et vous avez prévenu qu’aussi jeune qu’il soit, « c’est un type de footballeur qu’il faut toujours mettre en avant parce qu’il a quelque chose de différent ».

R. Je ne regarde jamais le club d’où il vient ni son âge. Ce que je regarde, c’est la performance qu’il peut me donner. Mon pouls ne tremblera jamais lorsqu’il s’agira de donner leur chance à des joueurs qui la demandent et qui, dans notre conception du jeu, ont un rôle important à jouer. Nous pensons aussi à l’immédiateté du match contre l’Ecosse, qui est notre raison d’être. Mais cela fait 11 ans que je suis ici et j’ai appris à voir un peu plus loin et à investir dans les joueurs.

Je suis à la Fédération depuis 11 ans maintenant, j’ai appris à voir un peu plus loin et à investir dans les joueurs.

Luis de la Fuente – Entraîneur national

P. Vous parliez de l’Ecosse, pensez-vous que la défaite à Glasgow a été plus importante qu’elle ne l’était ?

R. Oui, je pense que oui, honnêtement. Je suis habitué à la critique du football et je connais le scénario dans lequel j’évolue. Je sais que si vous gagnez, vous êtes très bon et que si vous ne gagnez pas, vous ne l’êtes pas, mais je comprends que c’est un comportement naturel dans la société. Mais nous étions une nouvelle équipe avec seulement 25 minutes de travail tactique et ensuite c’était un rival important, très difficile et dans un stade avec une atmosphère exceptionnelle.

A lire aussi  Mort de l'historique "Lobo" Zagallo

P. Et, au contraire, pensez-vous que la victoire en Ligue des Nations a été sous-évaluée ?

R. Je ne pense pas. Nous avons vécu un bonheur total, absolu. Ce que j’ai vu, ce sont des joueurs euphoriques, certains d’entre eux n’avaient jamais joué en équipe nationale auparavant et ils profitaient de ce moment unique pour eux. Et j’ai vu beaucoup de supporters dans les rues d’Espagne qui faisaient la fête. Je pense qu’on lui a donné de l’importance, beaucoup d’importance.

Q. Dans quelle mesure était-il important de remporter les deux matches contre la Géorgie et Chypre avec des victoires retentissantes, après tout ce qui s’est passé autour de l’équipe nationale et de la RFEF ?

R. Cela n’a pas servi à consolider une idée, cela a renforcé l’idée de travail que nous répétons depuis que nous avons commencé à travailler en mars. Une lecture récurrente est que nous avons joué contre deux adversaires qui sont inférieurs, mais j’ai beaucoup d’expérience dans ce monde du football et si vous n’affrontez pas un match de la première minute à la dernière seconde du match avec intensité, concentration, ambition, force… C’est la voie à suivre et c’est ce que je dis aux joueurs. Ces résultats ne font que renforcer mon idée qu’il s’agit d’une équipe désireuse et ambitieuse qui veut réaliser des choses importantes avec un talent et une qualité exceptionnels.

P. Vous avez remporté un titre avec toutes les équipes nationales que vous avez entraînées, y compris l’équipe senior. Et vous connaissez la matière première dont vous disposez, car beaucoup des joueurs avec lesquels vous avez travaillé ont déjà gagné avec vous.

A. Gagner quelque chose coûte cher, c’est très difficile. Nous avons eu la chance, grâce à Dieu, de gagner dans toutes ces étapes, logiquement parce que nous avions de grandes équipes. Est-ce que cela me rassure ? Oui, mais cela me rend très exigeant envers moi-même pour continuer à m’améliorer. Nous allons essayer de continuer à faire des pas et à gagner des choses, parce qu’il y a déjà une très bonne chose à propos de ce qu’on appelle la mentalité de la victoire : elle augmente quand vous gagnez encore et encore et encore et encore et encore. Nous voulons donc continuer à gagner.

P. Vous avez l’impression que s’il y a une chose que vous avez eue dès le premier jour, c’est le soutien des joueurs.

R. Je l’ai ressenti dès le premier jour, je pense que c’est vraiment comme ça. Dès la première occasion que j’ai eue d’être avec eux, j’ai vu qu’il s’agissait d’un groupe de joueurs dévoués. En grande partie parce que, comme je l’ai dit dans ma présentation, j’ai toujours eu un grand avantage, car j’ai eu 80-90% des joueurs depuis qu’ils étaient U-15, U-16, U-18… Je savais donc que j’avais leur soutien et la conviction qu’ils étaient sûrs de mon engagement et de la façon dont ils allaient être traités avec moi. Ils me connaissent parfaitement d’un point de vue footballistique et j’ai fait en sorte que ceux qui ne me connaissent pas me connaissent. La vérité, c’est que dès le premier instant, j’ai eu ce sentiment de soutien de la part de chacun d’entre eux.

Luis De la Fuente, lors de l’entretien avec EL PERIÓDICO DE ESPAÑA et Prensa Ibérica. Alba Vigaray/EPE

A lire aussi  David De Gea est libre sur le marché à un mois de l'échéance


P. Je vous pose une question sur deux noms. Vous n’avez pas encore pu faire appel à Pedri en raison d’une blessure, mais pensez-vous qu’il puisse devenir un joueur important de votre équipe nationale ?

R. Je ne parle pas beaucoup aux joueurs au jour le jour, lorsqu’ils sont dans leur club. Mais lorsqu’ils sont blessés, je les appelle presque tous. Pedri a fait ses débuts avec moi quand il était enfant, je crois en U19 en Macédoine, et j’ai hâte de le voir avec nous.

P. Morata est certainement au meilleur moment de sa carrière.

R. Je pense que nous avons des footballeurs de très haut niveau et Álvaro a l’avantage d’avoir de l’expérience, en plus de son talent et de son niveau footballistique. Il a peut-être atteint l’âge de la maturité et se trouve peut-être au meilleur moment de sa carrière de footballeur. C’est une star, il nous aide beaucoup avec d’autres qui sont en train de se développer et qui sont dans ce processus.

Morata est une star qui est certainement au meilleur moment de sa carrière.

Luis de la Fuente – Entraîneur national

P. Il reste sept ans avant la Coupe du monde 2030 en Espagne et il ne serait pas déraisonnable de penser que si les choses se passent bien, vous pourriez continuer à être sélectionneur national.

R. Je suis très enthousiaste à l’idée que la Coupe du Monde se déroule en Espagne, pour ce que cela représente pour la Fédération, pour le football espagnol, pour les joueurs espagnols et pour le pays tout entier. Mais je ne prends même pas en compte ce que vous dites, je considère que c’est très loin d’être le cas. En fait, je me souviens généralement que je suis arrivé à la Fédération pour trois mois et que j’y suis depuis 11 ans maintenant. Il y a beaucoup de choses à faire avant cela. D’abord, se qualifier pour le Championnat d’Europe, ce à quoi nous travaillons dur ce mois-ci, et ensuite avoir la chance d’y participer. Cela me semble déjà être une expérience et une possibilité exceptionnelles. Penser à cette Coupe du monde semble bien loin, mais c’est une illusion, bien sûr. Comment un entraîneur et un manager pourraient-ils ne pas vouloir participer à une Coupe du monde, et en plus dans leur pays ? Ce serait le summum.

P. Il a été rapporté en Angleterre que lorsque Gareth Southgate quittera l’équipe nationale anglaise, l’une des candidates pour prendre les rênes sera la sélectionneuse de l’équipe nationale féminine, Sarina Wiegman, une première étape qui n’a jamais été franchie auparavant. Pensez-vous que l’arrivée d’une femme à la tête d’une équipe nationale masculine est encore loin d’être acquise ?

R. Je vois les choses très naturellement. Si les gens sont préparés et qualifiés, nous devons tous avoir les mêmes opportunités. Je pense que nous nous engageons dans cette voie avec une normalité totale et absolue, vraiment, et c’est ce qu’on m’a appris à la maison. Mes parents ne traitaient pas mes frères et sœurs différemment, ils nous traitaient tous de la même manière. Je considère donc cela comme une évidence. Si vous êtes prêts, ce qui est la seule chose dont vous avez besoin, allez-y.

Q. Selon vous, qu’est-ce que le football espagnol a appris depuis un mois et demi ?

R. Ce que je veux, c’est qu’il y ait une unité à partir d’ici et pour toujours, que nous ne pensions qu’au football, au football, au football… Je ne sais pas quelles sont les choses que nous avons apprises, mais l’important est d’être unis. L’unité est la clé pour réaliser des choses importantes et je pense que c’est bon pour tout le monde. La solidarité.

Auteur/autrice