Interview exclusive de David Villa dans SUPERDEPORTE

Cela fait quelques années qu’il a raccroché les crampons, mais la « Villamania » est toujours intacte. Tout comme d’autres footballeurs, tels que son ami Rubén Baraja, qui se sont dirigés vers le banc de touche avant même la fin de leur carrière, El Guaje était plus intéressé par le monde des affaires et a commencé à développer ce qui est aujourd’hui la est un projet solide et solvable sous la marque « DV7 ».

Son groupe comprend la représentation, l’engagement dans le football de base et l’investissement dans des endroits comme Benidorm, où il a reçu hier l’affection de personnes issues de plusieurs générations de fans de football avec lesquelles il a pris des photos et signé des maillots de football. Valence CFEspagne ou CF Benidorm. Toujours en train de parler de l’entité de Mestalla David Villa s’est entretenu avec Superdeporte pour analyser ses projets et la situation de l’équipe qu’il a défendue le plus longtemps en tant que professionnel et qui a laissé une trace indélébile dans son cœur.

David Villa parle en exclusivité à SUPER à Benidorm JM LOPEZ


Quels sont vos objectifs pour Benidorm et quelle philosophie souhaitez-vous mettre en œuvre ?

Continuer comme nous l’avons fait et comme nous l’avons dit dès le premier jour de la présentation, lorsque nous sommes arrivés. Travailler, essayer de faire en sorte que les habitants de Benidorm soient fiers d’avoir un club de football dans la ville. Grandir petit à petit. Nous ne sommes pas pressés parce que c’est un projet à long terme, mais il est vrai qu’il n’y a pas de pause. Pas de précipitation mais pas de pause. Essayer d’y aller petit à petit tant sur le plan sportif que sur le plan social. C’est un jour très important pour nous. Le fait qu’il y ait autant de monde qui soit venu nous conforte dans ce que nous avons travaillé et puis, sur le plan sportif, évidemment nous progressons avec l’objectif cette année d’atteindre la promotion, nous sommes en bonne position et nous espérons continuer comme ça et l’atteindre à la fin de l’année.

Qu’avez-vous pu observer au cours de ces premiers mois au club et qu’est-ce qui vous plaît le plus dans le fonctionnement du club ?

Avant tout, l’attente que suscite le club. Nous le savions à l’avance, mais tant que nous ne pouvons pas le confirmer, nous ne le savons pas à 100 %. Les habitants de Benidorm aiment le football et étaient impatients d’avoir un club auquel ils pouvaient s’identifier. Sur le plan sportif, l’implication de tous les joueurs, entraîneurs ? Toute la partie football, près de 600 footballeurs entre garçons et filles dans l’académie. Je n’aime pas le mot défaitisme ou succès, ni l’un ni l’autre, mais aujourd’hui nous sommes très heureux de la façon dont les choses se passent.

D’où vient la fibre entrepreneuriale de David Villa ?

Il y a des années, à la fin de ma carrière à New York, avec Victor, nous avons décidé de créer le « DV7 Group » pour aider au développement du football. Je ne me voyais pas, je ne me vois pas et je ne pense pas que je me verrai un jour entraîneur ou président ou lié à la structure d’un seul club. J’aime profiter du football dans tous les sens du terme. Aujourd’hui avec Benidorm, un club senior, mais aussi avec les académies internationales de « DV7 » et dans l’agence de représentation qui aide les joueurs. En réalité, je suis heureux et satisfait d’avoir plusieurs activités dans le football. Je suis également commentateur. C’est ce que je voulais quand j’ai pris ma retraite, avoir le temps et la possibilité de me consacrer à plusieurs choses et c’est pourquoi nous avons créé le « DV7 Group » et j’en suis très heureux.

A lire aussi  Nouveaux horaires en première et deuxième division

Quelle est l’importance de votre séjour à New York pour tout ce qui s’en est suivi ?

Cela a été très important parce que nous avons découvert une autre façon de voir les choses. Surtout Víctor, mon partenaire, qui a travaillé toute sa vie dans le marketing et la représentation. J’ai combiné le football et l’aide que je lui ai apportée. Cela nous a ouvert l’esprit, nous avons pu analyser une autre façon de faire les choses et, avec l’expérience en Espagne et au Japon, cela nous a beaucoup aidés à grandir. D’un point de vue personnel, le simple fait de parler anglais et de pouvoir communiquer a été très important pour moi et cela m’a donné les États-Unis. Surtout, le fait d’internationaliser le groupe, de ne pas travailler uniquement en Espagne ou en Europe, mais d’avoir des bureaux dans de nombreuses parties du monde nous renforce et nous donne confiance.




17

David Villa parle en exclusivité à SUPER à Benidorm

De quel aspect de votre travail au sein du groupe êtes-vous le plus fier ?

Le travail avec les enfants. Que ce soit à l’académie DV7 ou à Benidorm avec l’ensemble de l’académie. Je pense que c’est important parce que nous sommes tous très concentrés sur le présent, ce qui est normal parce que le football est un maelström qui vous consume et que seul le présent vaut la peine. Je donne toujours le même exemple : nous nous concentrons sur Messi et Cristiano et moins de gens se concentrent sur la construction du prochain Messi ou Cristiano. C’est ce que j’aime, travailler sur la base, penser aux garçons et aux filles que nous avons aujourd’hui à 8 ou 10 ans, qui auront 19 ans et qui peuvent être prêts à devenir le prochain footballeur professionnel. J’espère que nous pourrons en avoir le plus possible. J’aime tout ce que je fais, parce que si je ne l’aimais pas, je ne le ferais pas. Je pense que les projets dans lesquels je me lance sont le fruit de ma passion et de mon enthousiasme, mais si je devais en choisir un, ce serait les jeunes joueurs, la base, le travail avec eux, les garçons et les filles que nous avons au niveau international dans les académies et près de 600 à Benidorm.

A lire aussi  Le gardien de Waalwijk, Etienne Vaessen, perd connaissance après un choc avec Brobbey.

En parlant du Valencia CF, vous avez partagé le vestiaire avec Baraja, vous le connaissez bien, comment jugez-vous son travail à la tête de l’équipe ?

Baraja est un grand ami, plus qu’un ancien coéquipier. J’ai beaucoup d’affection pour lui et j’apprécie beaucoup ce qu’il a fait en tant que joueur et ce qu’il fait en tant qu’entraîneur. Je suis très heureux pour lui, je pense que la dynamique est très bonne, surtout quand on sait d’où nous venions avant que Baraja ne prenne les rênes de l’équipe.

En tant que footballeur, aviez-vous déjà l’étoffe d’un entraîneur ?

Oui (il avait déjà l’étoffe d’un entraîneur). C’est le footballeur typique qui est attaché au banc, qui a toutes les caractéristiques pour devenir entraîneur quand il prendra sa retraite. Parce qu’il était déjà comme un entraîneur sur le terrain. Je suis très heureux pour lui et j’espère que tout se passera bien pour lui.

Espérons que Valence retrouvera le Valence d’antan et qu’il sera en mesure de garder ces joueurs et de les faire rester au club pendant de nombreuses années.


décoration

Comment voyez-vous l’équipe en ce moment ? Objectifs, plafond…

Je pense qu’après toutes les souffrances de l’année dernière, il faut être patient. C’est une équipe jeune, en construction, mais qui a bien commencé la saison. Il est vrai que nous avons à l’esprit le dernier résultat contre le Real Madrid, qui n’était pas celui que nous attendions tous, mais dans l’ensemble, je pense que les gens doivent être heureux, nous ne pouvons pas passer de zéro à cent. Il nous a fallu beaucoup de temps pour sauver la catégorie l’année dernière et penser maintenant à gagner la Liga ou à se qualifier pour la Ligue des champions, je pense que ce sont des objectifs qui doivent être abordés étape par étape et reconstruire l’équipe maintenant avec de jeunes joueurs avec un énorme potentiel qui, je pense, vont donner beaucoup à parler dans le football espagnol, bien qu’ils le fassent déjà. Je pense qu’il faut être patient avec eux et penser au jour le jour. Il ne faut pas se fixer des objectifs comme le vieux Valence que nous avons tous en tête, à savoir lutter pour les championnats, lutter pour les titres, être toujours en Ligue des champions. Je pense que nous devons avancer pas à pas et ne pas nous mettre trop de pression à court terme.

Il y a une génération de jeunes joueurs qui font de leur mieux pour Valence. Vous attendiez-vous à cette avancée ?

Ils travaillaient déjà très bien dans l’académie. Je travaille beaucoup avec les académies et il y a toujours un doute quant à savoir si cette trajectoire spectaculaire dans les équipes de jeunes sera confirmée dans l’équipe première. Je pense que c’est une période de besoin, on a fait appel à eux parce qu’on ne pouvait pas se permettre d’acheter des joueurs et, dans ce sens, ils se révèlent extrêmement précieux. Fran Pérez, Diego López, Javi Guerra, Mosquera, Jesús Vázquez ? Il y en a beaucoup qui sont là et qui aident beaucoup le Valencianismo et je pense qu’ils ont un grand avenir parce qu’ils prouvent leur valeur malgré leur jeunesse et je pense qu’ils vont faire beaucoup parler d’eux, j’espère pendant de nombreuses années à Valence. J’espère que Valence redeviendra le Valence d’antan et qu’il pourra conserver ces joueurs et les garder au club pendant de nombreuses années.

A lire aussi  Eldense tente d'échapper à la relégation contre le Racing Ferrol

Vous avez récemment reçu un grand hommage à Mestalla et vous avez déjà votre toile. Quel message avez-vous pour les supporters de Valence et comment vous souvenez-vous d’eux ?

Avec affection. J’ai toujours dit que Valence était ma deuxième maison. Pour tout ce qu’il m’a apporté sur le plan footballistique. C’est le club où je suis resté le plus longtemps et où j’ai pris le plus de plaisir malgré des années de souffrance. C’est là que ma famille s’est sentie le plus à l’aise. Mes deux filles sont valenciennes, elles sont nées ici. En ce moment, tout ce qui fait bouger le groupe DV7 part de Valence, tout est ici. Les racines avec Valence et le Valencianismo sont énormes en raison de l’affection qu’ils m’ont toujours donnée en tant que joueur, en tant qu’ancien joueur, même en tant que joueur d’un autre club, ce qui n’est pas si facile, comme vous le savez. Ce n’est pas facile d’aller dans un autre club et d’en repartir aimé et respecté. Je porterai toujours cela dans mon cœur, comme l’hommage de l’année dernière, qui a été spectaculaire. Amour, respect et admiration pour Valence, pour le Valencianismo, pour la ville et pour tous les Valenciens.




72

David Villa : retour sur ses succès en tant que joueur valencien

Le Valencianismo n’est toujours pas satisfait de la gestion de Peter Lim, comment évaluez-vous cette situation ?

Je parle en tant que supporter. Nous ne pouvons pas être heureux. Ceux d’entre nous qui ont en tête le grand Valence, les voir maintenant dans cette situation et voir ce que nous avons souffert l’année dernière en tant que Valencianistas, que nous avons vraiment beaucoup souffert et que nous avons été proches de la relégation en deuxième division, ce qui aurait été une tragédie, nous ne sommes pas heureux. Je suis une personne positive, je pense toujours à des choses positives plutôt qu’à des critiques. Je pense que quels que soient les dirigeants, certains viennent et d’autres partent et ce qui reste, c’est le Valencianismo, le public, les gens et le Valencia CF. Nous voulons que les dirigeants, quels qu’ils soient, fassent de leur mieux et que Valence redevienne ce qu’elle était auparavant. En tant que supporter, j’espère que tout se passera bien et que les décisions seront prises en conséquence afin que nous puissions être fiers de notre club.

L’INTERVIEW COMPLÈTE DE DAVID VILLA DANS SUPERDEPORTE

Auteur/autrice