« Je pense qu’à mon meilleur niveau, j’aurais continué à arbitrer ».

Se faire à l’idée de ne pas retourner sur le green. Mais c’est accepté car j’ai eu beaucoup de chance pendant 32 ans.

Des mois ont passé depuis cette retraite, mais au-delà de la question de l’âge, au-delà de la situation du monde de l’arbitrage, avez-vous le sentiment qu’il vous restait encore des années, qu’on vous a volé de nombreuses années d’arbitrage, qu’il restait encore beaucoup de choses de Mateu Lahoz ?

La vie m’a beaucoup apporté. Évidemment, j’aurais continué parce que je pense que je suis au meilleur moment, avec plus d’expérience, en ayant géré toutes les erreurs. Je pourrais parler d’erreurs, mais avec les arbitres, ce sont des erreurs parce que les erreurs sont commises par ceux que vous suivez, mais personne ne nous suit. Un jour, je suis sûr, si mes collègues me le permettent, que nous ferons un récapitulatif de toutes ces erreurs pour que les supporters comprennent que derrière elles, il n’y a qu’un problème humain, de ne pas être arrivé, de ne pas avoir utilisé la VAR correctement… La VAR a montré que les assistants sont humains, mais pour le meilleur, parce qu’ils sont capables de voir une passe sur la ligne de touche.

Le match aurait-il continué ?

Bien sûr que j’aurais continué, mais il faut l’accepter, je suis un sportif, j’ai presque toujours gagné, et dans l’arbitrage on ne fait que faciliter, on n’aide pas, on ne gagne pas, on ne perd pas, mais je dis toujours que j’ai gagné, parce que c’est impossible Auriez-vous aimé continuer à rêver ? Sans doute, que j’avais faim, que j’espérais, que ma famille aurait tenu un peu plus longtemps, que j’aurais aimé que mon fils cadet ait encore plus le sens de ce que faisait son père, que j’aurais aimé qu’il soit plus conscient de ce qu’il faisait ? Bien sûr que j’aurais aimé. Mais c’est tout, c’est accepté et surtout de continuer à être en lien avec les collègues qui sont encore là et d’aider. Et les médias, qu’ils respectent. « Cela dépend du jeu, car dans le football, il n’y a rien de binaire. Il y a différentes perspectives. Et il y a beaucoup de phorophisme, il y a beaucoup de façons de voir les choses. Nous sommes dans la VAR et un tir vous semble être un penalty, un autre tir vous semble être un « uff » et peut-être que le troisième ressemble à une simulation et vous vous dites : comment est-ce possible ? Parce que les joueurs sont très bons, parce que le football est toujours surprenant et parce qu’il se joue à une vitesse incroyable. Je voulais encore recevoir des commentaires et m’améliorer avec mon équipe. Mais je vais essayer d’aider de l’extérieur, le plus humblement possible, sans jamais essayer de créer une chaise, une expérience. Aujourd’hui, j’insiste, le football m’a tout donné.

La saison dernière a été très émouvante, mais aussi l’une des plus difficiles. Quelle analyse faites-vous de votre dernière année en tant qu’arbitre professionnel ?

J’aurais simplement essayé de mieux gérer le dernier match de l’année et le premier match du début de l’année, qui était un match de championnat et un match de coupe. Je l’ai très bien géré en termes de famille, d’amis, d’équipe, avant le match et même après, dans des moments très difficiles. Nous sommes allés à Barcelone avec toutes les illusions, nous nous sommes levés de Barcelone, nous avons voyagé jusqu’à Linares, nous avons pris la compétition, parce que dans ce cas, je la considère comme une Ligue et une Copa del Rey. Nous l’avons fait avec tout le respect dû aux athlètes et aux institutions. Et l’affection a été énorme de la part de tout le monde, sauf de la part de ceux qui auraient dû me la donner. Et puis on se rend compte qu’il y a des choses qui, comme nous l’avons dit, ne dépendent pas de nous et que nous ne contrôlons pas. Donc, si je pouvais revenir en arrière, j’essaierais de me réarmer dans ce sens. Et dans ce cas, j’aurais cherché plus d’aide auprès de Marc et Ángela, qui sont les coachs et qui nous ont toujours accompagnés. Et j’aurais cherché plus d’outils pour essayer d’être plus forte. Si je devais changer quelque chose par rapport à la saison dernière, je ne changerais que ma préparation mentale pour ces matches, surtout lorsque vous êtes seuls sur le terrain. Car comme je l’ai dit, je me suis senti très soutenu par l’équipe et la famille. Mais quand j’ai commencé, après les échauffements, je me souviens encore de l’un ou l’autre. Aussi bien à Barcelone qu’à Linares. Mais il est vrai que dès le premier coup de sifflet…. je me suis senti très seul. Et j’avais des gens qui m’aidaient, il y avait Pau, Rubén, il y avait Paco à Barcelone et il y avait Antonio, mon homonyme, à Linares.

Mais dès les premiers pas, je me suis rendu compte que j’étais très seul. Et c’était de ma faute parce qu’ils étaient là, mais je ne savais pas comment le gérer. Si je devais revenir en arrière, j’en parlerais aux jeunes.

A lire aussi  Le club saoudien Al Ittihad confirme la signature de Benzema pour trois ans

Je leur dirais : « Wow, la chose la plus courageuse que vous ferez dans votre vie, c’est de demander de l’aide ». Et moi, ce jour-là… Ou ces deux jours-là, je ne l’ai pas fait. Le trac a eu raison de moi. Après 32 ans, il y a eu deux matchs où les émotions ont pris le dessus et je n’ai pas été courageux, je n’ai pas demandé d’aide.

La façon dont il s’ouvre définit sa personnalité. A la radio, il a dit que s’il avait commis une erreur, c’était toujours de manière honnête. Beaucoup de gens parlent de la Coupe du Monde Argentine-Pays-Bas, changeriez-vous quelque chose à ce match ?

De la même manière que j’ai eu l’impression d’être rentré, à la mi-temps d’un match à Budapest, après le Championnat d’Europe qui devait se jouer en 2020 et que nous avons joué en 2021, il y avait 77 000 spectateurs et, c’était un match qui se jouait sur deux terrains. Le groupe de la mort. Et le Portugal et la France ont fait 0-2. Nous étions conscients sur le terrain que puisqu’ils étaient 0-2 à Munich. Et il y a eu un jeu que je ne sais pas comment j’ai pu voir où Lloris a frappé Danilo, mais je l’ai vu. Et puis j’ai été surpris par une passe de Pogba. J’ai été spoiler, je me suis retourné tard et j’ai vu la dernière action de Semedo avec Mbappé. Et le seul doute que j’avais, c’était de savoir si c’était à l’intérieur ou à l’extérieur. Pepe, le défenseur, m’a dit clairement : « Mateu, ce n’est pas arrivé ». Après 7 secondes, je demandais déjà au VAR de me laisser aller voir ce qui se passait. Et je n’ai pas pu. C’est pour ça que je dis que quand on l’a vécu, on peut changer les choses. Ce penalty a été tiré par Benzema. Il a marqué, c’était 1-1, si je me souviens bien à l’époque. Je me souviens que Danilo était très en colère contre moi. J’étais déjà en colère parce que je savais, dès le moment où le penalty a été tiré, que quelque chose n’allait pas.

Et si vous lui demandez de ne pas… ?

Non, non. Avant d’aller donner, dans ce cas, la reprise pour ce but, c’était juste avant la mi-temps, je suis allé voir Fernando, l’entraîneur portugais. Je me souviens lui avoir dit : « Fernando, j’ai déjà merdé. Je sais que je vais rentrer chez moi. Mais je te promets que je vais essayer de me ressaisir, de venir pour la deuxième mi-temps. Et j’espère que tu pourras remonter le moral des joueurs et leur dire que j’assume la responsabilité de cette connerie ». Ce sont mes mots exacts, qui ont été reproduits par le second qui les a entendus. Et dans ce vestiaire, à la mi-temps, des membres et des joueurs des équipes nationales française et portugaise sont venus me remonter le moral. Ils avaient vu, ils avaient vu la même chose que moi, c’est-à-dire une énorme connerie. Et c’est probablement l’un des plus beaux moments. C’est pourquoi je dis qu’on ne change pas le match. Ce qu’il faut faire, c’est le préparer, le travailler, pour que rien ne vous surprenne. Et grâce à ce geste de nos coéquipiers, nous sommes sortis. Et dès notre entrée en jeu, Robert a pris une décision incroyable. Il a refusé un but. Et puis la VAR a décidé de changer la décision. Et je me souviens aussi que, même si ce n’était pas ma décision, c’est peut-être l’une des décisions qui m’a le plus affecté. Il s’agissait d’une passe dans l’espace à la 47e minute, Karim marque un but, Robert refuse le but, parfaitement placé. Et le fait de cette correction… C’était un fardeau pour moi. Mais c’est là que j’ai eu la force et le courage de continuer, de me dire que j’allais tout donner. Et c’est vrai. C’est vrai qu’avec les répétitions et surtout avec des gens comme Pau, comme Robert, comme Jon, comme Iker, comme Xavi, il y a eu plus d’assistants qui m’ont aidé à faire ce que je voulais. Il y a eu d’autres assistants qui m’ont aidé, Rubén dans la dernière période. Mais ils ont été quelque chose d’autre…. Parce que j’ai toujours dit que si j’étais homosexuel, j’aurais épousé l’un d’entre eux. Mais comme j’aime beaucoup les femmes, j’ai eu la chance de rencontrer Cris, qui est la mère de mes enfants et dont je suis très amoureux. Mais ils m’ont appris à chaque fois à l’étriper d’une bonne manière. Et d’essayer de ne pas nous blesser, même si c’est à la 93e minute et que cela peut signifier que nous pouvons refuser un but à Gorka Iraizoz. C’est l’une des choses que je ne pourrai jamais comprendre…. Pourquoi le refuser ? Pau et moi ne savons pas pourquoi nous l’avons refusé. Mais à ce moment-là, nous avons compris qu’il y avait eu une interférence dans l’adversaire d’Aymeric Laporte avec ? Je crois que c’était Wellington. Ensuite, c’est Wellington qui a sauté sur Gorka et Gorka a marqué.

A lire aussi  Offre d'un parrainage non millionnaire pour les relations non monogames

Gorka le lui a-t-il rappelé par la suite, l’a-t-il croisé ?

Bien sûr, et à chaque fois que je l’ai vu, j’ai dû le regarder dans les yeux et m’excuser. Et il m’a dit « mais mec, quel emmerdeur ». Et ce n’est pas embêtant, c’est ce que dit le cœur. Mais c’est que… J’aimerais qu’on puisse changer cette histoire, mais on ne peut pas la changer, malheureusement. Ou heureusement. Disons que notre plus grand ratage est le match Barça-Atlético. Et c’est moi qui n’ai pas su discerner si le ballon avait touché Cesc. De ma position, j’aurais mis les 10 doigts de mes mains, et même mes orteils, les 20, pour dire que le ballon avait touché Cesc avant que le but ne soit refusé. Mais même ainsi, je pense qu’il s’agissait d’une soixantaine de minutes, personne ne sait ce qui se serait passé. Parce qu’Alexis s’était aussi avancé et que Godin avait marqué le but. On ne sait jamais. En tant qu’arbitre, avec l’équipe que j’ai eue, ce que j’ai fait, c’est que j’ai apprécié beaucoup de gens ces dernières années. C’est pourquoi j’ai voulu continuer. Avec mes erreurs.

Nous avons parlé de ses dernières années, de sa carrière d’arbitre professionnel, mais aussi de ses débuts en tant qu’arbitre et, surtout, du moment où il s’est rendu compte qu’il était vraiment doué pour l’arbitrage.

Je ne pense pas que l’on se rende compte un jour que l’on est doué pour l’arbitrage. Mon premier match s’est déroulé sur un terrain en terre battue, dans la poussière le matin, à Estivella. A la soixantième minute du match, j’ai sifflé un penalty en faveur de l’équipe. Il a été marqué et le match s’est terminé sur le score de 0-1. Et le dernier match, celui de Majorque, je pensais que c’était le dernier, où je n’étais pas l’arbitre, où je l’ai dit en avant-première, où Kang In m’a dit : « Mais ils m’ont donné un penalty, Mateu ». Je lui ai répondu : « Je ne suis pas là, Kang. Je ne suis pas là ». Et je ne l’étais pas. Et Daniel Rodríguez m’a regardé pleurer plusieurs fois pendant le match parce que vous interagissez avec les milieux de terrain. C’est pour cela que j’ai toujours dit que je gênais Iniesta, ses croquettes, ses mouvements, parce que je n’arrivais pas à dessiner dans mon esprit ce qu’il allait faire. Ensuite, on nous a donné un match France-Grèce et nous n’avons pas pu choisir la prolongation en Coupe du monde parce que c’était une question mathématique et que la VAR vous disait ce que vous deviez donner. Je me souviens parfaitement que Pau est toujours en colère contre moi, Robert et tout le reste. Je me souviens que Camavinga est venu me voir et m’a dit. « Qu’est-ce qu’il reste ? Et je lui ai répondu : « Wow, il n’en reste que deux ». Mais je vais donner 14, ce qui est une bonne date pour toi, et il me reste donc 16. Et il me dit : « Mais comment vas-tu donner 14 ? C’était mon dernier match et il m’a répondu : « Eh bien, peu importe ». Ils gagnaient 1-0. Il dit cela à un joueur. Cela m’a fait rire parce qu’Edu m’a dit d’ajouter ce que je voulais. Puis je suis monté sur mes grands chevaux et nous avons donné les 14 minutes. Mais je me suis donné 14 minutes pour jouer au football. Ensuite, Poyet m’a également remercié en tant qu’entraîneur de la Grèce. C’était un très beau match, avec beaucoup de jeux gris dans la surface de réparation, où j’ai donné un penalty à 4 qui a essayé de dégager et qui a eu tellement de mal qu’il a d’abord frappé Griezmann à l’épaule et l’a ensuite frappé à l’oreille avec un coup de talon. Je siffle alors le penalty, qui est le 1-0 du match, et je donne un carton jaune. Le VAR me dit alors Toño, « conséquences ». J’ai répondu : « Oui, oui, oui, oui, bien sûr qu’il y a des conséquences, ils s’occupent de lui, il saigne ». Je me souviens m’être agenouillé et avoir demandé à Antoine s’il allait bien. « Oui, oui, Mateu, bien sûr, je vais bien, vous l’avez expulsé », répond-il. Et je lui dis : « Tu as été expulsé contre Liverpool ». Et je lui dis : « Avais-tu l’intention de le frapper ? Il me répond : « Non, j’allais chercher le ballon ». Je lui réponds : « Eh bien, lui aussi, parce qu’il ne va pas viser ta tête et te donner un penalty. En fait, il t’a d’abord frappé à l’épaule ». Je lui dis : « C’est pourquoi j’ai donné un jaune à Antoine ». Il me dit : ah, d’accord, d’accord, parfait. C’est vrai. Alors, le gars de la VAR m’a dit, bon, Antonio, on va voir. Pouvez-vous voir ce jeu comme un clip et dire que c’est rouge parce que Griezmann avait une petite blessure ici avec deux points de suture ? C’est possible. Mais pour moi, du point de vue du football, aucun défenseur central ne voudrait donner un coup de pied dans la tempe d’un joueur et commettre un penalty. Qu’est-ce que cela signifie ? Qu’il s’agit d’un accident et que l’on peut considérer qu’il y a eu une faute grave ? Oui. Que nous pouvons considérer qu’il y a eu imprudence ? Oui. J’ai décidé qu’il y avait eu imprudence. Si j’étais allé à l’écran et que je l’avais vu, ouvert d’esprit, que j’avais changé d’avis, et peut-être que j’aurais changé… Dieu merci, la VAR ne m’a pas appelé. Mais d’un autre côté, à Budapest, j’aurais aimé qu’on m’appelle. La VAR est là pour vous aider. Ce que je ferais demain, c’est que la VAR ne réfléchisse pas trop. Et que la décision sur le terrain soit celle qui prévaut et qui est importante. Et que lorsque le VAR, qui m’écoute, voit que la situation n’est pas claire d’après les images ou les sons, il m’envoie déjà à l’écran au bout de cinq secondes. Et que je n’ai pas besoin de courir vers l’écran, parce que je n’ai pas besoin de fuir qui que ce soit. J’y vais tranquillement et il prépare l’écran. Ensuite, le football enregistre 2 ou 3 minutes de l’évaluation que je fais et vous appelle. Et je vais, je vais être celui qui a le dernier mot, mais je vais avec le sentiment que le public comprend qu’il ne s’agit pas d’une seconde chance. Il s’agit d’une situation grise qui peut avoir un résultat, disons, un impact important sur le résultat. Et personne ne devrait avoir le sentiment que quelque chose qui est un outil incroyable, qui vaut beaucoup d’argent, qui fournit même de nombreux emplois, n’est pas utilisé. Parce que les collègues qui nous aident, ceux qui sont derrière nous, tant à Hontai qu’à MediaPro, pour organiser un match de football, arrivent à 11 heures, le match est à 9 heures, et ils partent à 4 heures du matin. Bien, donnons la priorité à ce travail, et s’il y a un jeu gris, allons sur le moniteur. Et le spectateur sur l’écran géant du stade doit le voir ? Bien sûr, une fois que l’arbitre a rendu son jugement, boum, on l’affiche sur l’écran et on le montre au monde entier. Et qu’ils voient avec le tir que l’arbitre a décidé. Que vous, en tant que Valencianista, penserez, que vous, en tant que fan de Levante, penserez une chose, mais que moi, qui suis en bleu, j’ai dû décider. De plus, le penalty a beaucoup plus d’importance que les buts refusés. Alors que les buts ont déjà été marqués. Ce n’est pas normal. Ou les cartons rouges. On ne peut pas expulser quelqu’un pour un carton rouge si la situation était orange. Si on peut supprimer les jaunes et les rouges dans le football de base, faisons-le.

A lire aussi  Joan Laporta prépare la liste des remplaçants de Xavi Hernández

En parlant de VAR. Il y a quelques mois, Estrada Fernández a fait des déclarations dans lesquelles il disait qu’il y avait une VAR parallèle, une deuxième VAR, qui prenait les décisions. Qu’est-ce que Mateu peut nous dire à ce sujet ?

J’aime Xavi, je le respecte, il a été un coéquipier, il m’a aidé, je l’ai aidé. Et lui, en mars 2023… Il s’est présenté pour être président des arbitres catalans. Je voudrais que, maintenant qu’il a autant de chance que moi et qu’il est dans les médias, chaque fois qu’il parle, il pense comme il a pensé en mars lorsqu’il s’est présenté pour être le président des arbitres catalans…

Êtes-vous l’un des plus grands arbitres de l’histoire ?

Ce que je sais, c’est que dans cette affaire, Jesús Gil Manzano est très en colère contre moi. J’en suis sûr. Parce qu’en fin de compte, ce que l’arbitrage moderne a fait, c’est d’aller en Coupe du Monde ou aux Jeux Olympiques pour représenter. Et nous avons vécu quelque chose de magnifique après que Carlos Velasco Carballo ait participé à deux championnats d’Europe et à une Coupe du monde. Puis ce fut notre tour. Nous avons beaucoup travaillé avec la réalité virtuelle, surtout en ce qui concerne le hors-jeu et le positionnement dans les corners. C’est un outil dont Robert, Pau et moi disposons. Nous le laissons à ceux qui veulent l’utiliser.

Vous avez également mentionné des idées que vous avez sur la manière d’utiliser la VAR, comment allez-vous mettre toutes ces idées en pratique ? Votre nom est lié, par exemple, à une candidature à la RFEF.

Nous ne contrôlons pas cela, mais j’aimerais pouvoir le faire. Ce que je peux dire, c’est que cela m’a fait rougir, mais j’ai surtout aimé voir qu’il peut y avoir un consensus et une unité dans le football espagnol. Je l’espère, mais je ne sais pas si c’est seulement moi, mais l’affaire de la VAR, par exemple, est basée sur le fait qu’à l’heure actuelle, je pense que seul Gianluca Rocchi est celui qui dirige lorsqu’il a vécu avec la VAR, parce que je crois, et si quelqu’un se fâche, je suis vraiment désolé, je m’excuse, que la VAR a changé l’arbitrage, de la même manière qu’elle a changé le football.

Auteur/autrice