Jenni Hermoso se demande de quoi ou de qui Montse Tomé veut la protéger.

L’Espagnole Jenni Hermoso, membre de l’équipe nationale qui a remporté la Coupe du monde en Australie et en Nouvelle-Zélande, s’est demandée lundi qui ou quoi voulait la protéger. de qui ou de quoi veut-on la protéger ? en l’excluant de l’équipe nationale pour les deux premiers matches de la Ligue des Nations.

Je voudrais qu’une chose soit très claire : on a tenté aujourd’hui de faire valoir que l’environnement ne serait pas sûr pour mes collègues, alors que, lors de la même conférence de presse, on a annoncé ce qui suit : « Nous sommes en train de mettre en place un système de gestion de la sécurité. Je ne suis pas appelé à me protégerMe protéger de quoi ? ou de qui ? », a demandé la gréviste sur ses réseaux sociaux.

Hermoso a disputé 69 matches avec l’Espagne et marqué 40 buts, mais la nouvelle sélectionneuse Montse Tomé ne l’a pas incluse dans son groupe pour affronter la Suède et la Suisse car elle veut la protéger de tout le bruit médiatique généré par le baiser de Luis Rubiales lors des célébrations de la Coupe du monde.

Hermoso est rentrée au Mexique il y a plus d’une semaine pour rejoindre son club, Pachuca, avec lequel elle a fait deux brèves apparitions dans le tournoi d’ouverture. La joueuse espagnole a déclaré lundi qu’elle était surprise par les nouveaux développements autour de l’équipe nationale.

Les champions du monde ont publié un communiqué dans lequel ils insistent sur leur « volonté de ne pas être appelés pour des raisons justifiées » pour l’équipe nationale de football féminin, et ont assuré qu’ils étudieraient les éventuelles conséquences juridiques auxquelles la Fédération royale espagnole de football (RFEF) les expose en les inscrivant sur une liste après avoir demandé à ne pas être convoquées.

A lire aussi  Le dernier mensonge de Rodrygo sur l'"affaire Vinícius".

Hermoso a déclaré qu’ils cherchaient depuis des mois, des semaines, la même protection qu’ils n’ont pas pu trouver au sein de la RFEF, mais les mêmes personnes qui leur demandent de faire confiance sont celles qui ont lancé une liste de joueurs qui ont demandé à ne pas être convoqués. « Les joueurs sont très clairs sur le fait qu’il s’agit d’une autre stratégie de division et de manipulation pour nous intimider et nous menacer de répercussions juridiques et de sanctions économiques. Une autre preuve indiscutable que rien n’a changé aujourd’hui et qui confirme la raison pour laquelle nous nous battons et comment nous le faisons », a-t-elle ajouté.

Jenni Hermoso, qui a essayé de se concentrer uniquement sur le football pour retrouver sa forme habituelle et aider son équipe dans le tournoi d’ouverture, a exprimé son soutien à ses coéquipières qui, selon elle, ont été les premières à s’engager dans le tournoi d’ouverture, ont été prises au dépourvu et obligées de réagir à une autre situation malheureuse.causée par les personnes qui continuent à prendre des décisions au sein de la RFEF aujourd’hui.

L’Espagne se prépare à entamer sa participation à la Ligue des Nations, qualificative pour les Jeux Olympiques de Paris 2024. Elle affronte la Suède à Göteborg ce vendredi et la Suisse à Cordoue le 26.

Auteur/autrice