Jero Freixas, comédien argentin : « Il a fallu une équipe de football pour nous rendre la dignité que les politiciens nous ont enlevée ».

Ses vidéos sur Twitter sont devenues virales avant la Coupe du monde en Russie. Dans la voiture, dans la rue ou dans l’armoire, Jero et Jose commentaient de manière comique des situations quotidiennes liées au mariage et au football. Les deux Argentins sont devenus un phénomène sur les réseaux et ils viennent maintenant à Barcelone avec « Una pareja real », une pièce de théâtre comique qui sera présentée à l’Apolo à partir d’aujourd’hui et jusqu’à lundi.

C’est la première fois que vous venez à Barcelone, à quoi avez-vous pensé quand vous avez su que vous veniez ? Jose de Cabo : Le prosciutto !

Jero Freixas : Ici, on l’appelle ibérique (rires)… (rires) La mienne a plus à voir avec mes ancêtres.

JC : Eh bien, c’est ce qui m’est arrivé avec Madrid, mais nous n’y sommes pas encore allés.

JF : Oui, sans doute, mais à la maison on a toujours beaucoup parlé de la famille Freixas. Il y a beaucoup de souvenirs, il y a des livres écrits sur la généalogie des Freixas. C’est pourquoi le fait de venir ici, dans le pays où tout a commencé, pour ainsi dire, est très fort pour moi. Sans parler de Messi. En d’autres termes, c’est une terre doublement émotionnelle pour moi. D’une part, parce que c’est la terre de mes ancêtres et, d’autre part, parce que c’est la deuxième patrie de Leo. La première est l’Argentine, évidemment.

Qu’avez-vous le plus hâte de voir ? JF : José la Sagrada Familia et moi le Camp Nou.

JC : Il faut que j’aille à la Sagrada Família et que je voie toutes ces œuvres merveilleuses,

J’en ai tellement entendu parler par les gens qui sont venus ici. Et bien, nous voilà en train d’essayer de négocier (rires).

JF : Je voulais voir le Camp Nou. Aujourd’hui, dès notre arrivée, nous sommes allés le voir. Demain, nous ferons une visite guidée et nous pourrons voir le musée. Pour moi, c’est un lieu historique, c’est là que le meilleur joueur du monde a montré toute sa magie, n’est-ce pas ? C’est ici et au Qatar qu’il a connu ses meilleures années.

A lire aussi  La triple couronne attend Abel Ruiz, Hugo et Baena

Vous étiez à la Coupe du Monde, vous l’avez vécue de près, les émotions étaient-elles fortes comme on le voit dans les vidéos ? JC : Le Qatar a été une expérience unique dans la vie, non seulement parce que nous avons vécu une Coupe du Monde, mais ce n’est peut-être pas unique dans la vie, n’est-ce pas ? Mais nous avons vécu la Coupe du Monde où l’Argentine est devenue championne. J’y suis allé en première mi-temps, mais je l’ai vécue. En outre, nous avons vécu une Coupe du monde très spéciale, en ce sens qu’elle était très différente de ce à quoi la plupart d’entre nous étaient habitués.

Il semblait que presque la moitié de l’Argentine s’était rendue au Qatar pour la Coupe du Monde. JC : La fraternité avec tous les Argentins qui ont pu aller et être là, c’était… En Argentine, la situation sociale est complexe. La vérité, c’est que les politiciens ont détruit beaucoup de choses. Et le fait d’être tous là, indépendamment du parti politique, de la couleur, de l’idéologie, tous unis par le même maillot, les mêmes couleurs, encourageant les 11 mêmes personnes, voulant tous la même chose, c’était magique.

JF : Oui, pour moi, c’est ce que c’est. Tout d’abord, le fait d’être dans un endroit si difficile à atteindre, représentant tant de personnes qui auraient voulu y aller et qui n’ont pas pu le faire pour des raisons économiques. La Coupe du monde a coûté très cher, c’est la plus chère jusqu’à présent. Et puis, pour nous, avoir la chance d’être là, touchés par la baguette magique, c’était passionnant.

JC : Nous représentions des millions de personnes qui ne pouvaient pas y aller.

JF : Et nous devions le faire de la meilleure façon possible. En chantant le plus possible et c’est ce que nous avons fait. C’était peut-être la dernière Coupe du monde de Leo et j’étais très nerveux. J’étais à nouveau excité, mais à nouveau sous pression. J’avais beaucoup de pression, car je sentais que c’était la dernière chance. C’était notre première Coupe du monde et il y a beaucoup d’attentes. haineux sur les réseaux, beaucoup d’entre eux nous ont dit : « hey, ils vont porter malheur à l’Argentine, c’est vraiment une bande de mufas ». Sans parler de la défaite de l’Argentine lors du premier match. Quand l’équipe a perdu et que c’était directement notre faute. Puis l’Argentine est devenue championne et c’est grâce à nous, vous voyez ce que c’est !

A lire aussi  La Premier League s'intéresse à Gabri Veiga

Est-ce que cela a été un baume pour la société argentine, qui traverse une période très compliquée ? JF : Tout à fait. La joie dont le peuple avait besoin et qu’il méritait, sans aucun doute. Pour moi, l’Argentine est un beau peuple. Les Argentins sont des cancheros, nous avons aussi la grosse tête. Mais c’est aussi ce qui nous rend sympathiques, amusants. Nous sommes très orientés vers la familletrès chaleureux. Il me semble donc que c’est un peuple qui méritait de ne pas être aussi blessé, un peuple qui méritait de ne pas être aussi abîmé, qui méritait une telle joie. Et les politiciens n’ont pas pu nous la donner, parce que les politiciens en général sont des ordures. En Argentine en particulier, les politiciens laissent un pays dont la moitié de la population vit dans la pauvreté, avec un taux d’inflation de plus de 100 %, une monnaie détruite, un peuple divisé, sans opportunités, avec des familles qui se séparent parce que les gens s’en vont. Les Argentins quittent l’Argentine, ils quittent le pays qu’ils aiment parce qu’il n’y a pas d’opportunités. C’est alors qu’une équipe de footballeurs est apparue pour nous donner une joie que nous n’oublierons jamais et une dignité. Ils nous ont donné de la dignité, parce que dans d’autres pays, ils nous traitent d’affamés, ils nous embêtent avec notre économie, ils se moquent de nous, mais nous sommes des champions du monde. Nous sommes des champions du monde, papa !

Messi et Barcelone, doit-il revenir ? JF : Pour moi, oui, ce serait une question de justice, c’est ce qui devrait arriver. Messi et Barcelone sont un mariage et j’ai fait une vidéo à ce sujet. Lorsque Messi et Barcelone se séparent, je compare cela à la séparation fictive de mes parents. Cette séparation a été une rupture déchirante pour tout le monde parce que Messi et Barcelone ne faisaient qu’un. Ils étaient ensemble parce qu’ils se donnaient tout l’un à l’autre. Barcelone a grandi avec Messi et Messi a grandi avec Barcelone et s’est formé avec Barcelone. La relation ne peut donc pas se terminer de la sorte, ce n’est pas juste. Ce serait une belle image pour le monde, pour que l’histoire se termine comme elle doit se terminer, sans aucun doute.

A lire aussi  Le PSG confirme que Messi jouera samedi son dernier match au club

En parlant de vidéos, à quel moment avez-vous eu l’idée de faire des vidéos de bandes dessinées sur les réseaux sociaux ? JC : Pour commencer, nous sommes des acteurs et cet homme est une personne très persévérante, qui a toujours su ce qu’elle voulait et ne s’est pas arrêtée avant de l’avoir obtenu. Et au milieu de tout cela, les réseaux sociaux nous donnent la possibilité de nous autogérer. Un jour, il m’a dit : « on va commencer à faire des vidéos pour les réseaux ». Je lui ai dit que je trouvais ça merveilleux, mais que je n’en rêvais pas. Et puis j’ai commencé à m’amuser et nous avons commencé à faire des vidéos ensemble et nous avons aussi commencé à nous rendre compte que les vidéos qui marchaient le mieux étaient celles dans lesquelles nous étions ensemble, dans lesquelles nous abordions des sujets de couple et qui généraient de l’identification. Et le football.

Et ce n’était que pour la Coupe du monde en Russie… JC : Jero m’a dit : « Nous ne pouvons pas laisser passer la Coupe du monde, il faut faire quelque chose ». Il a imaginé la vidéo de la Coupe du monde et cela a changé notre vie.

Auteur/autrice