La jeune femme qui a dénoncé plusieurs jeunes joueurs de Madrid désigne le jeune homme avec lequel elle a eu des relations consensuelles comme responsable de la diffusion de la vidéo.

La mineure qui a dénoncé les trois jeunes joueurs de l’académie du Real Madrid a témoigné devant la Commission européenne. Guardia Civil qui croyait que le joueur avec lequel elle avait eu une relation sexuelle consensuelle était celui qui l’avait enregistrée et avait diffusé la vidéo parmi ses collègues, selon « OkDiario ».

La déclaration de la mineure est contenue dans un rapport du Benemérita, dans lequel sa version des faits est consignée : que le 15 juin 2023 elle était avec des amis dans un club de Las Palmas de Gran Canaria où ils ont rencontré plusieurs jeunes hommes ; l’un d’eux est un joueur de l’équipe de jeunes du Real Madrid avec lequel il a eu des relations sexuelles consenties.

La mineure a assuré aux agents des Forces armées qu’elle « a pu constater » que le joueur tenait le téléphone portable dans ses mains pendant les rapports sexuelsSelon les informations publiées par ce journal numérique, il ne savait pas pourquoi.

Dans sa déclaration à la Guardia Civil, la plaignante a indiqué qu’elle soupçonnait que le jeune homme avec lequel elle avait eu des relations était celui qui avait envoyé la vidéo aux deux autres joueurs faisant l’objet de l’enquête. et qu’il l’a « ensuite supprimée » pour qu’elle ne puisse pas la voir, selon les médias précités.

Interrogatoires en novembre

Le rapport du Benemérita fait partie de la procédure suivie par le Juzgado de Instrucción Número 3 de San Bartolomé de Tirajana (Îles Canaries), où a été décidée cette semaine la mise en accusation de quatre jeunes joueurs madrilènes prétendument impliqués dans la diffusion d’une vidéo à caractère sexuel avec un mineur.

A lire aussi  Les arbitres en ont assez du "cas Negreira" : "Nous avons le sang qui bout, c'est la personne qui nous a fait le plus de mal".

Le juge Julio Wood les a convoqués pour leur première déclaration devant le tribunal la semaine prochaine. 8 novembre. Des sources judiciaires ont confirmé à Europa Press que l’enquêteur entendra également les deux victimes, ainsi qu’un témoin, quelques jours plus tôt. Par ailleurs, il a également autorisé la destruction des téléphones portables des quatre footballeurs.

Le tribunal des îles Canaries a ouvert lundi dernier une procédure pour délit d’atteinte à la vie privée après que recevoir l’attestation de la part de la Guardia Civil, qui était jusqu’alors chargée des enquêtes.

Les événements se sont produits dans la ville de Mogán (Gran Canaria) à la mi-juin mais la mineure et sa mère -les deux plaignantes- ont expliqué qu’elles ignoraient jusqu’à présent l’existence et la diffusion de ces images.

Le Real Madrid a publié un communiqué informant que avait pris connaissance de ces faits et que lorsque le club a une connaissance détaillée des faits, « prendra les mesures appropriées ».

Auteur/autrice