La star espagnole débute la saison plus forte et plus détendue

La sélection espagnole cherchera à obtenir trois nouveaux points dans la Ligue des nations féminine ce mardi au stade Nuevo Arcángel de Cordoue (21h00/La 2) lorsqu’elle accueillera une autre  » vieille connaissance  » comme la Suisse lors d’une deuxième journée qu’elle abordera avec plus de sérénité et avec l’esprit renforcé par sa victoire à Göteborg (Suède), ainsi qu’avec l’avantage supplémentaire d’un public qui sera certainement là pour l’accueillir.

L’Espagne a entamé la route vers une qualification historique pour les Jeux Olympiques de Paris de la meilleure façon possible et dans le pire des scénarios possibles. Après une semaine longue et éprouvante qui a commencé par la non-convocation de la quasi-totalité des internationaux, suivie de la convocation controversée de Montse Tomé et de la « trêve » signée presque à l’aube mercredi dernier, les champions du monde ont pu oublier toute la fatigue mentale et physique et battre le numéro un mondial, la Suède, pour prendre trois points vitaux.

L’équipe nationale a réalisé une performance professionnelle et a montré son étoile dans toute sa splendeur à Gamla Ullevi, en particulier lors d’une excellente seconde période, pour désarmer les Suédoises et remporter une victoire méritée et douloureuse grâce au penalty de Mariona Caldentey à la 95ème minute.

Une victoire contre le principal rival théorique du groupe et un premier pas vers le premier objectif de cette nouvelle Ligue des Nations, atteindre le « Final Four », l’avant-dernière marche vers le rêve olympique. Ce précieux butin doit maintenant être utilisé à bon escient avec la réception de Cordoue, une ville qui se déplacera en masse pour accueillir les Espagnols, afin de terminer cette trêve mouvementée avec un devoir sportif accompli.

A lire aussi  La belle journaliste de DAZN sort avec le célèbre gardien de but

Les débuts dans la nouvelle compétition ont été très exigeants en raison de tout ce qui s’était passé et de l’adversaire qui se trouvait devant eux, et le deuxième match est plus calme, avec moins de turbulences, avec des joueurs beaucoup plus concentrés sur ce qu’ils affirment aimer le plus, c’est-à-dire jouer au football, et avec un adversaire théoriquement plus « abordable » et qu’ils ont démantelé avec autorité il n’y a pas si longtemps.

Comme elle l’avait fait face à la Suède, son adversaire en demi-finale de la dernière Coupe du Monde, l’Espagne retrouve une équipe de Suisse qui a été son premier obstacle dans les phases décisives du tournoi océanien. La Roja est arrivée en huitième de finale avec des doutes après sa défaite 4-0 contre le Japon, mais elle a rebondi en infligeant un retentissant 5-1, emmenée par Aitana Bonmatí et posant les bases de ce qui l’amènerait à soulever le trophée le 20 août à Sydney.

Montse Tomé, dont le rôle d’entraîneur semble beaucoup mieux établi et qui bénéficie d’une plus grande confiance de la part des joueuses, doit décider si elle change son équipe ou si elle conserve celle qui a très bien fonctionné à Göteborg. Il est probable qu’il n’apportera pas trop de changements à chacune des lignes au vu de la performance et que les nouveaux ajouts seront minimes, probablement en attaque, avec des rotations possibles aux postes d’Athenea del Castillo (Eva Navarro) et de Lucía García (Amaiur Sarriegi), où seule Mariona Caldentey semble être un titulaire indiscutable.

LA SUISSE, DANS LE BESOIN ET AVEC DES ABSENTS DE MARQUE

La joueuse des Baléares a joué un rôle clé dans de nombreuses parties du match, aux côtés d’un milieu de terrain qui a une fois de plus montré qu’il est actuellement l’un des meilleurs au monde, surtout s’il commence à compter sur le football fourni par Alexia Putellas, qui contre la Suède a ressemblé beaucoup plus à la joueuse qui a dominé la scène mondiale et a été vue avec plus de vitesse que lors de la Coupe du Monde.

A lire aussi  Tous les terrains de football où Borja Escalona a joué

Sous la houlette du double Ballon d’Or, les champions du monde tenteront de maîtriser la qualité technique et le ballon de la Suisse, qui arrive à Cordoue sous pression après avoir débuté sa Ligue des Nations par une défaite 1-0 à domicile face à l’Italie, prolongeant ainsi sa mauvaise passe, notamment sur le plan offensif.

L’équipe entraînée par Inka Grings se présentera à Cordoue sans ses deux meilleures joueuses, les attaquantes Ana-Marie Crnogorcevic, que l’entraîneur a décidé de laisser au repos, ce qui n’a pas été du goût de la nouvelle joueuse de l’Atlético ni du vestiaire, et Ramona Bachmann, qui a dû quitter le camp d’entraînement en raison d’une blessure au pied contractée contre les Italiennes.

« Nous pouvons jouer librement contre les champions du monde. Ce sera certainement une grande ambiance contre un grand adversaire, mais j’aimerais voir les 20 minutes que nous avons montrées à la fin contre l’Italie, où nous avons fait beaucoup de choses très bien. En attaque, nous cherchons encore des solutions pour récupérer le ballon », a déclaré Grings sur le site de la Fédération suisse de football.

COMPOSITIONS POSSIBLES

ESPAGNE : Cata Coll ; Ona Batlle, Irene Paredes, Laia Aleixandri, Olga Carmona ; Aitana Bonmatí, Tere Abelleira, Alexia Putellas ; Athenea del Castillo, Amaiur Sarriegi et Mariona Caldentey.

SUISSE : Peng ; Marti, Bühler, Maritz, Riesen ; Sow, Waïti, Reuteler ; Terchoun, Pilgrim et Piubel.

ARBITRE : Monika Mularczyk (POL).

STADIUM : Nuevo Arcángel de Córdoba.

TIME : 21.00/La 2.

Auteur/autrice