La ville de Guardiola change de monarchie en battant Madrid

Le Manchester City a confirmé que le moment était venu. A Real Madrid splendide au cours de ces cinq dernières années s’est agenouillé devant les Anglais dans un match qui doit être considéré comme un tournant pour les deux camps. Les Blancos feront leurs adieux à une superbe génération et le City de Guardiola viendra à Istanbul pour tenter d’inaugurer une saga triomphale en Europe. Sept ans que Pep tisse cette équipe avec patience et brio, sept saisons au cours desquelles ce Madrid, celui d’Ancelotti et de Zidane, a été couronné quatre fois en Ligue des champions. Le score final montre la distance réelle entre l’un et l’autre. Entre le présent et le passé.

Bernardo Silva trouve la fissure

Le match a commencé comme prévu. Madrid surfe sur le tsunami local. Guardiola cherchait le KO, mais Carletto s’est assis pour jouer aux échecs (avec les noirs). L’agressivité de l’équipe de Pep poussait les Madrilènes dangereusement dans leur surface. À la 12e minute, Grealish déposait un centre qui dribblait en direction du but, mais Courtois empêchait Haaland de marquer. Les Madrilènes s’accrochaient au Belge qui, en 20 minutes, avait réalisé un arrêt prodigieux, synonyme de titre. Une autre tête de Haaland était détournée du bout des doigts. Les Madrilènes espéraient que City ralentirait leur galop, mais ils n’y parvenaient pas. Les Anglais frappaient encore et encore sur le flanc de Camavinga, où ils repèrent une fissure due au manque de vigueur du camp adverse. Jusqu’à ce qu’une passe en profondeur laisse Bernardo Silva seul face à Courtois. On est à la 23e minute et Madrid a déjà effectué 25 passes. Justice poétique.

A lire aussi  Bakayoko fait ses adieux à Milan

A la demi-heure de jeu, Madrid se réveille. Une passe en retrait menait au premier face-à-face de Vinicius avec Walker, quelques secondes plus tard Benzema manquait de couronner un service de Rodrygo, et à la 34e, Kroos réduisait le public de l’Etihad au silence avec une frappe qui s’écrasait sur la barre transversale. Les Madrilènes étaient entrés dans le match. Mais.., une autre erreur défensive des Blancs a permis à Bernardo de marquer le deuxième but au pire moment, alors que les Blancs commençaient à prendre de l’ampleur. Ancelotti a dit « s’ils doivent marquer contre nous, qu’ils le fassent tôt ». En avance ou en retard, il avait 55 minutes pour relever le défi le plus compliqué.

Modric et Kroos hors jeu

Avec l’arrivée de la seconde période, le vent tourne. Madrid, qui ne procédait à aucun remplacement, prenait le contrôle du ballon et City commençait à perdre sa place. Au point que Guardiola Il a reproché à De Bruyne son indolence et le Belge s’est battu avec l’entraîneur. Alaba faisait travailler Ederson sur un coup franc dans une première partie de match où Madrid était plus reconnaissable et où le chronomètre était le principal adversaire. Le match se résumait à un seul but, celui dont Ancelotti rêvait, celui que Guardiola craignait. Un but que Modric ne marquera pas, lui qui a laissé sa place à Rudiger lors d’un remplacement d’une importance capitale. Le Ballon d’Or cède sa place au spécialiste de la défense. Le départ de l’Allemand a poussé Alaba sur l’aile et a libéré Camavinga, qui s’est retrouvé au milieu pour faire valoir son exubérance physique. En réalité, Carletto remet au Français les gallons du Croate.

A lire aussi  Villarreal arrache le nul à Vallecas (1-1)

Les Madrilènes ont poussé et bousculé une équipe de City qui s’appuyait sur la contre-attaque. Une fois l’avantage pris, Guardiola s’est efforcé de le conserver. Si le remplacement de Modric par Rudiger était un symptôme, le remplacement d’Asensio par Kroos était la confirmation du changement de génération. Si Madrid voulait atteindre la finale à Istanbul, ce serait grâce à la jeunesse, et non à l’habileté des vétérans. Courtois et la barre transversale empêchaient le troisième but sur un tir malencontreux de Haaland, mais Militao finissait par marquer douloureusement dans son propre but sur un centre mal défendu. Julian Alvarez clôturait la déroute. Le destin a réservé un épilogue sévère au règne des Blancs.

L’épilogue d’une dynastie

Les années passeront et on dira qu’il y avait des équipes plus complètes, avec des attaquants plus rapides et des défenses plus solides. Mais aucune n’était capable de comprendre le football comme ce Real Madrid. Une équipe qui a toujours été compétitive, dans n’importe quel contexte et contre n’importe quel adversaire. Ils ont souffert quand le jeu l’exigeait et ont profité de chaque seconde où ils avaient le ballon. Alors que les autres jouaient pour gagner, eux gagnaient en jouant. C’est ainsi qu’ils ont forgé une légende et bâti une dynastie victorieuse. qui a remporté cinq Ligues des champions pendant que Modric et Kroos domptaient le ballon, que Benzema murmurait des buts et que Courtois collectionnait les miracles dans les cages.

A lire aussi  Le départ de Harry Maguire en suspens

Mais le temps passe inexorablement pour tout le monde et Madrid a vieilli. Il a vieilli au même rythme que Manchester City, une équipe montée avec peu de moyens et forgée avec soin par Guardiola. City et le Real Madrid ont organisé la relève de la garde dans le football européen. Gloire à City, honneur à Madrid.

Auteur/autrice