Le Barça ne supporte pas sa peine à Vallecas

Peut-être que vivre n’est rien d’autre que de rendre le chagrin supportable.

C’est ce qu’on connaît bien à Vallecas, un endroit où le maquillage est une cicatrice. Où tout est égal. Où l’on joue nu. Et c’est ce que fait Barcelone, aspirant à jouer comme une grande équipe alors qu’elle parvient à peine à jouer comme une petite équipe.. Contre le Rayo, et après avoir fait preuve d’un manque de définition grossier, ils ont tout juste réussi à arracher un match nul au crépuscule grâce à un but contre son camp de Lejeune.

Il y aura ceux qui penseront que c’est du football. Qu’il suffit de pleurer. Par exemple, pour Gavi. Que l’on revient « plus fort » de ces choses – maudite société qui croit que tout se guérit avec les prêcheurs du développement personnel – comme si se casser un genou, l’esprit ou le cœur ne laissait pas de séquelles, en soi, mais aussi autour de soi.

Ainsi, le Barça, qui était déjà dans la tourmente même avec Gavi en bonne santé, mais qui devra maintenant passer la saison en boitant, sans le joueur qui interprète le mieux la survie sur un terrain de football, a commencé à marcher à Vallecas. Elle l’a fait avec le retour de Frenkie de Jong, attaché à la civière depuis deux mois, et sur lequel doit peser tout le poids d’une équipe en mal d’identité.. Mais aussi, en l’absence de Ter Stegen, blessé, avec Iñaki Peña dans les buts, l’un de ces gardiens tellement habitués à son statut de réserviste qu’on ne remarque sa présence que dans les moments d’urgence. Avec la pression et les regrets que cela entraîne pour le protagoniste, qui sera pointé du doigt – à tort ou à raison – pour le but qui a ouvert le score en faveur du Rayo.

A lire aussi  Le conflit entre Benzema et Nuno alimente la crise interne d'Al Ittihad

Confort fictif

Un premier acte où l’équipe de Xavi s’évanouit déjà, où l’équipe de Xavi fait semblant d’être fictivement à l’aise. Ils avaient le ballon. Ils se sont sortis de la pression féroce des rayistas grâce à la classe de De Jong. Ils contrôlaient les assauts d’Isi. Mais il ne savait pas comment transmettre le ballon à l’attaque, Lamine Yamal devait jouer pour sa seule vie, comme s’il devait imiter Garrincha dans chaque action et avec Lewandowski Il a attendu si longtemps qu’il aurait eu le temps de lire Don Quichotte en attendant dans la surface de réparation..

A ce moment-là, sur un coup de pied arrêté suivi d’un rebond d’Iñigo Martínez, Unai López avait l’occasion de frapper le ballon. Il a frappé de loin. A tel point qu’Iñaki Peña aurait peut-être dû avoir le temps de réagir. Quoi qu’il en soit, le ballon passe à côté du poteau. Et le Barça qui regrette le manque de définition du hors-jeu positionnel – jusqu’à trois joueurs étaient proches du gardien de butLes démons de l’équipe, qui se seraient multipliés avant la mi-temps sans l’intervention de Balde dans la surface de réparation, sont revenus les hanter.

Le football a toujours eu son côté tordu. La semaine dernière, ce journal a dénoncé les conditions de travail des ouvriers du Camp Nou, victimes de cette société ultra-capitaliste dans laquelle les plus faibles soutiennent un système qui les humilie, les Barça a visité le stade des travailleurs de Vallecas. Là-bas, on peut sortir la tête de la tête – ne jamais réussir, parce que dans le quartier on ne réussit jamais -, être quelqu’un de normal ; et surtout, se comporter comme quelqu’un de normal. Comme Unai López, comme Isi Palazón, comme Óscar Valentín. Des hommes qui courent et jouent parce que le devoir se confond avec l’illusion et non avec les affaires. Ou comme Trejo, qui a retiré son brassard à cause des outrages de son président.

A lire aussi  Ancelotti : "Sans Bellingham, nous avons gagné quatre matches sur quatre. Les blessures donnent des opportunités aux autres".

L’équipe défigurée

Il est vrai que Barcelone a commencé comme une équipe défigurée dès le onze de départ, avec Oriol Romeu comme chef des opérations suspect. Avec l’agitation des matches internationaux et trois jours avant que Porto ne mette à l’épreuve la fragile stabilité de l’Europe à Montjuïc, il n’y avait aucun signe des joueurs qui avaient besoin de repos après avoir été étirés, comme Koundé et Araujo en défense, Gündogan dans l’axe, et João Félix sur l’aile.

Si la deuxième mi-temps ne s’est guère améliorée – le manque de contrôle et de mobilité étant la norme – les changements ont donné de l’élan à l’équipe. Raphinha s’échappait pour frapper le ballon sur le poteau. Et, en fin de seconde période, Balde, le même homme qui avait sauvé un but, a offert une égalisation qui, si Lejeune ne l’avait pas marqué dans ses propres filets, aurait été rattrapée par Lewandowski. C’est pour cela qu’il aurait dû être là.

Espino est allé au bord avec Raphinha dans la zone. L’arbitre n’a rien dit, à la grande colère de Xavi et les leurs. Tout est resté là. De nouveau dans le néant.

Sergio V. Jodarun écrivain dont l’ego ne le consumera jamais – il préfère vivre en lançant des pièces en l’air -, a peut-être trouvé la clé de tant de frustrations.

« Nous ne demandons pas au football de gagner, juste d’oublier tout pour un moment ». Le Barça de Xavi, lui, ne permet même pas d’oublier.

Auteur/autrice

A lire aussi  Rüdiger débutera contre City et l'entorse à la jambe de Camavinga ne préoccupe pas Ancelotti après un remplacement abusif