Le FC Séville remporte sa septième Ligue Europa aux tirs au but

On dit qu’il ne faut jamais abandonner et c’est vrai. Toute relation amoureuse nécessite de petits revers pour forcer la ténacité à rejoindre le sentiment et le lien à se renforcer. C’est ce qui arrive à Séville avec le Europa Leaguesept mariages déjàLes quatre derniers mariages ont été scellés par le faux pas consistant à commencer la finale avec un score défavorable. Et même José Mourinho, aussi irréprochable jusqu’à présent dans les finales européennes que Séville, n’a pas réussi à rompre l’idylle, les Sévillans revenant au score après près de 150 minutes de jeu et un match nul et vierge. séance de tirs au but où il finit toujours par revenir, sur l’autel divin de l’Europa League.

Après Unai Emery et Julen Lopetegui (les deux premiers étant ceux de Juande Ramos), José Luis Mendilibar a rejoint les saints de Séville mercredi, avec des cellules sanguines de Guipuzcoa dans le sang de Nervión, Ocho apellidos vascos » (Huit noms de famille basques) devant le miroir et l’appliquer au football. Si Séville a pu ajouter une soirée à sa collection de sept (la troisième aux tirs au but), pour Mendi, c’était son baptême de gloire après une vie entière à trébucher sur les bancs de touche espagnols. Peu d’entraîneurs le méritaient plus que lui. Ou aucun.

Montiel a marqué le penalty de la victoire

Montiel, l’homme qui a offert la Coupe du monde à l’Argentine, a été le héros de Séville, l’auteur du penalty décisif qui a apporté le septième au palmarès de Sánchez-Pizjuán. Et cela, soit dit en passant, permet à l’équipe de se qualifier pour la prochaine Ligue des champions.un prix supplémentaire qui passe inaperçu maintenant que le champagne mousse encore, mais dont l’importance est capitale pour le club, tant sur le plan financier qu’émotionnel.

A lire aussi  Rocha fixe la date des élections à la RFEF au 24 mai

Il était plus qu’annoncé que Mourinho opterait pour une défense à cinq, l’habituelle de la Roma dans les grands matches. Et cette finale l’était sans aucun doute. Certes, Mendilibar avait travaillé avec ses joueurs les jours précédents sur le pressing haut, l’une des marques de fabrique des équipes de l’entraîneur basque, mais Séville ne parvenait pas à le mettre en place.

Les attaquants de Séville ne savaient pas très bien quel était leur rôle dans ces situations, tout en étant frustrés par le fait que la Roma ne leur laissait pas le moindre espace pour courir. L’équipe de Séville grandit avec l’intensité de ses matches, les allers-retours frénétiques, et c’est quelque chose que Mourinho savait et ne permettait pas.

Dybala donne l’avantage à la Roma en finale

Le match, en somme, tournait au marron, c’est-à-dire comme le voulait Mourinho, c’est-à-dire qu’il devenait un spectacle sportif insupportable. La Roma cherchait la moindre occasion de mordre et la trouvait dans une perte de balle de Rakitic au milieu de terrain. Mancini semblait prendre le ballon et le servir à un Paulo Dybala vraisemblablement blessé à l’approche de la finale. Contrôle et frappe croisée pour sauver la sortie de Bono.. De la magie à l’état pur pour « La Joya ».

Séville s’est réveillé avant la pause en accrochant des ballons dans la surface et en cherchant des seconds ballons. Rakitic a même écrasé un ballon sur la base du poteau.Rakitic passait tout près d’une égalisation qui aurait été loin d’être injuste, mais Séville rentrait aux vestiaires mené au score. L’amélioration constatée dans ces minutes ne trompait pas Mendilibar, qui décidait de débuter la seconde période avec Lamela et Suso sur le terrain.

A lire aussi  LaLiga perd sa bataille contre la RFEF et la CSD sur le tirage au sort du calendrier de la Primera Division féminine.

Mancini, contre son camp, marque le but de l’égalisation

Et l’entraîneur basque avait raison, puisqu’il donnait à son équipe la détermination et la verticalité qui lui manquaient jusqu’alors, notamment par l’intermédiaire de l’Argentin. Mais l’égalisation arrivait à la 55e minute, des pieds de l’éternel Jesús Navas, qui déposait un centre dans la surface de réparation tellement empoisonné qu’il ne pouvait plus être utilisé. Mancini l’avait déjà envoyé dans ses propres filets. lorsqu’il a essayé de calculer sa trajectoire.

La situation s’est encore améliorée pour Séville lorsque le corps de l’armée de l’air s’est mis en marche. Dybala a hissé le drapeau blanc et s’est dirigé vers le banc à la 68e minute, car c’est l’Argentin qui a dynamisé l’AS Rome, par des ballons en profondeur dans la surface. L’équipe de Mendilibar était au bord de l’extase à 15 minutes de la fin, mais l’arbitre a corrigé sa décision initiale de penalty sur l’écran. une action d’Ibañez sur Ocampos. Ce n’était pas le cas.

La main salvatrice de Bono dans les arrêts de jeu

Séville continuait de presser, mais ne pouvait éviter la prolongation. Et heureusement, car la meilleure occasion de cette période est venue d’un coup franc de Belotti. Un doigt magique de Bono contrecarre l’attaquant de la Roma. et dans les arrêts de jeu, Rui Patricio n’a pas laissé à Suso la chance qu’il avait.

Séville s’est montré nettement supérieur dans la prolongation, sans toutefois se procurer d’occasions franches, alors que les joueurs commençaient à avoir des crampes dans les jambes. En particulier, et de manière suspecte, dans les jambes de Matic.le vieux chien. Et après que Smalling ait écrasé un ballon sur la barre transversale, après 12 minutes d’arrêts de jeu, il y eut les penalties qui élevèrent Montiel. Encore une fois. Quelle année pour lui. Quel siècle pour Séville.

A lire aussi  Figueroa prend le derby madrilène à bras-le-corps et le Rayo bat Getafe à neuf

Fiche technique :

1 – Séville : Bono ; Jesús Navas (Montiel, m.95), Gudelj (Marcao, m.128), Badé, Alex Telles (Rekik, m.95) ; Fernando (Jordán, m.128), Rakitic ; Ocampos, Óliver Torres (Suso, m.46), Bryan Gil (Lamela, m.46) ; En-Nesyri.

1 – Roma : Rui Patricio ; Smalling, Mancini, Ibanez ; Çelik (Zalewski, m.91), Matic (Bove, m.120), Cristante, Spinazzola (Diego Llorente, m.106) ; Pellegrini (El Shaarawy, m.106) ; Dybala (Wijnaldum, m.68), Abraham (Belloti, m.75).

Buts : 0-1, M.34 : Dybala. 1-1, M.55 : Mancini, but contre son camp.

Séance de tirs au but : 1-0, Ocampos (but). 1-1, Cristante (but). 2-1, Lamela (but). 2-1, Mancini (pour Bono). 3-1, Rakitic (but). 3-1, Ibañez (contre le poteau). 4-1, Montiel (but).

Arbitre : Anthony Taylor (Angleterre). Pour Séville, les cartons jaunes ont été attribués à Rafa Mir (36e minute, sur le banc), Rakitic (65e minute), Lamela (109e minute), Jordán (120e minute, entré en jeu), Montiel (124e minute) et Ocampos (130e minute), tandis que pour la Roma, les cartons jaunes ont été attribués à Matic (21e minute), Pellegrini (65e minute), Pellegrini (109e minute) et Ocampos (130e minute).) et Ocampos (m.130), et, pour la Roma, Matic (m.21), Pellegrini (m.45), Mancini (m.47), Cristante (m.65), Çelik (m.78), un entraîneur adjoint (m.82) et Zalewski (m.105).

Incidents : Finale de l’Europa League jouée à la Puskás Arena de Budapest devant un peu plus de 60 000 spectateurs.

Auteur/autrice