M. Gomar ne se présentera comme successeur de M. Rubiales que s’il est proposé comme candidat de consensus.

L’avenir de la RFEF reste un point d’interrogation. Avec Pedro Rocha, président par intérim après la suspension de Luis Rubiales par la FIFA pour 90 jours et dans l’attente de l’appel de la CSD et de la décision finale du TAD, qui pourrait disqualifier le dirigeant de la fédération, les présidents des régions autonomes cherchent des solutions à court terme.

En particulier, ils cherchent à sortir du statut provisoire. Les présidents des territoires ont déjà tourné le dos à Rubiales après son baiser non consensuel avec Jenni Hermoso lors des célébrations du titre de la Coupe du monde de football féminin et étudient la faisabilité d’un retour de Rubiales. de déposer une motion de censure pour mettre un terme définitif au mandat de Rubiales -qui prendrait fin en septembre 2024 s’il n’est pas déchu de son mandat après la levée de la sanction de la FIFA.

C’est dans ce contexte qu’apparaît la formule de la motion de censure, une « porte de sortie » du blocage institutionnel de la Fédération qui présente des doutes au niveau juridique en raison des dispositions de l’arrêté ministériel. DCE /2764/2015, du 18 décembre, qui réglemente les processus électoraux dans les fédérations sportives espagnoles..

Outre les statuts de la Fédération, cette ordonnance – qui peut être consultée au BOE – stipule à l’article 19, relatif à la motion de censure, point a), qu' »aucune motion de censure ne peut être présentée pendant les six premiers mois du mandat ».ou lorsqu’il reste entre six mois et un an avant la date à partir de laquelle les élections peuvent être convoquées, circonstance qui sera déterminée par le règlement de la fédération ».

A la recherche d’un profil de consensus

Par échéances et en tenant compte du fait que le calendrier 2024 sera conditionné par les Jeux olympiques.Que faudrait-il qu’il se passe pour que la motion soit déposée malgré les doutes juridiques ?

A lire aussi  Beckenbauer, une marque déposée de l'élégance

Pour présenter une telle motion, il faudrait que tous les présidents territoriaux soient parfaitement unis. C’est ici que le nom de Salva Gomar, actuel président de la FFCV, entre en jeu. Le leader de la Fédération valencienne, comme Superdeporte a pu l’apprendre, n’a pas l’intention de se présenter à ce poste.

Il n’accepterait de succéder à Rubiales que s’il était le profil de consensus au sein de la Junta Gestora qui gère actuellement l’intérim de Pedro Rocha. Gomar, que beaucoup considèrent comme le candidat idéal pour diriger la fédération nationale, ne sera président jusqu’aux élections que s’il a le soutien de la majorité et est proposé pour le poste.

Auteur/autrice