Marcellin explique comment il a vécu son départ de Marseille après les menaces des ultras

Le passage de Marcelino García Toral à l’Olympique de Marseille a été de courte durée. L’arrivée de l’asturien dans l’un des grands clubs français était attendue comme un saut de qualité pour pouvoir se rapprocher du PSG et devenir un habitué de l’UEFA Champions League.

Avec son équipe d’entraîneurs et Pablo Longoria, en tant que chef de projet dans les bureaux, Marcelino a commencé sa carrière à Marseille avec de grands objectifs. Cependant, quelques mois plus tard les menaces des dangereux supporters de l’OM à l’encontre de l’entraîneur et des dirigeants ont conduit à la décision de Marcelino de quitter le club.

L’ancien entraîneur du Valencia CF explique maintenant dans une longue interview pour le quotidien L’ Équipe comment il a vécu cette situation compliquée : « Je vais mieux qu’il y a trois semaines, mais mon personnel et moi-même sommes toujours en colère parce qu’ils ne nous ont pas laissé travailler. C’était une situation irréelle et étouffante. Ces fans radicaux ont tellement d’influence. Il est difficile de l’éradiquer. »

Couverture de L’Équipe avec l’interview de Marcelino García Toral SD


« Dans la soirée, Pablo Longoria m’a appelé et m’a raconté ce qui venait de se passer au siège du club. Lui et d’autres dirigeants avaient reçu des menaces et avaient été pratiquement contraints de démissionner. Il était triste, surpris, choqué aussi parce qu’il avait été menacé. Il était submergé par la frustration. Il y a des choses que l’on ne peut pas accepter. Dans la vie, et donc dans le football. Ce ne sont pas des comportements normaux »., Marcellin continue à raconter comment s’est déroulée la nuit de la course automobile.

A lire aussi  Jair Lemos, jeune footballeur de Barcelone, assassiné

« J’ai travaillé 20 ans en tant qu’entraîneur et presque 20 ans en tant que joueur professionnel et je n’ai jamais vu cela de ma vie. Et je ne pense pas que je le reverrai un jour. En tout cas, je l’espère vraiment. On est loin de ce qui devrait être la réalité en 2023 dans un pays civilisé, analyse l’Asturien dans L’Équipe.

« Quand Longoria a décidé de rester, trois ou quatre jours s’étaient écoulés, pas le lendemain. Nous avions déjà signé les documents et plusieurs membres de mon équipe d’entraîneurs étaient déjà partis. Nous n’avions aucune possibilité de revenir, d’autant plus que, dans cet environnement de menaces, même si vous n’avez pas peur, vous ne savez pas quelle sera la prochaine étape.« conclut Marcellin sur son éphémère passage à Marseille.

Auteur/autrice