Quatre matches de suspension pour David Lopez pour ses propos envers Ortiz Arias

La Commission de discipline de la RFEF a décidé mardi d’infliger une suspension de quatre matches et une amende de 601 euros au joueur de Gérone David López pour des « propos » tenus à l’encontre de l’arbitre le 22 octobre 2023 à la mi-temps du match contre Almería.

Dans ces déclarations, comme l’explique la commission, « le joueur fait référence à l’arbitre qui a manqué de respect et insulté les joueurs pendant le match ».

Plus précisément, « comme le défendeur le reconnaît lui-même dans son exposé d’allégations à la communication des griefs », il a déclaré ce qui suit : « On essaie de se concentrer sur le match mais c’est très difficile de travailler comme ça (…) On travaille tous et on peut toujours dire un mot au-dessus du ton, mais pas manquer de respect et insulter (…) Il vous manque de respect et vous insulte (…) Je me réfère à l’arbitre, à Miguel Ángel. Je pense que les joueurs de Première division nous le connaissons (…) Je respecte tout le monde, mais l’impolitesse et l’arrogance… ».

Comme le souligne littéralement la communication des griefs, la « Les déclarations du joueur sont non seulement suffisamment accréditées, mais son propre entraîneur a fait des déclarations publiques à la télévision après le match, déclarant qu’il était allé demander pardon à l’arbitre.qu’il pensait que son joueur avait commis une erreur, qu’il avait surchauffé et qu’il devait se contrôler ».

Elle ajoute que « le 8 novembre, à l’expiration du délai de soumission des preuves dans cette affaire disciplinaire, le joueur a émis une note dans laquelle il déclare qu’il n’a pas l’intention de s’impliquer dans la procédure disciplinaire. « repentir total pour les déclarations faites à l’encontre de l’arbitre Miguel Ángel Ortiz Arias… Après une profonde réflexion sur l’ensemble de la situation, je voudrais m’excuser publiquement auprès de Miguel Ángel Ortiz Arias ainsi qu’auprès de l’ensemble de la profession arbitrale' ».

A lire aussi  Pedro Rocha "en tournée" : à la recherche de la paix dans le football espagnol et d'un soutien pour devenir président de la RFEF

Par conséquent, et selon la Discipline, « le contenu des déclarations faites par le joueur ne fait aucun doute, et la question de savoir si ces déclarations sont ou non susceptibles d’engager la responsabilité disciplinaire est une question différente de la preuve desdites déclarations, question qui sera examinée ultérieurement ».

La commission ajoute que David López considère dans sa déclaration d’allégations à l’acte d’accusation que l’article 106 du Code disciplinaire fédératif ne s’applique pas et que ses déclarations seraient exclues du type d’infraction.

Et le joueur déclare littéralement : « Les déclarations faites et reproduites dans la communication des griefs, bien que malheureuses, ne remettent à aucun moment en cause l’honnêteté et l’impartialité de M. Miguel Ángel Ortiz Arias, ni n’impliquent une désapprobation de son activité d’arbitre, que j’ai toujours respectée. En l’absence de désapprobation de son activité (type d’infraction), il ne peut y avoir de dénigrement ou de propos offensants, insultants, humiliants ou injurieux en relation avec le type d’infraction »..

Le joueur a ajouté : « Mes déclarations sont dues à une confusion de ma part concernant une déclaration de l’arbitre à mon égard, que j’ai interprétée d’une manière différente. Ma confusion, en me prenant pour une allusion et mes déclarations ultérieures sont le résultat de la friction qui s’est produite dans le tunnel ».

Cette commission note également que, « en effet, dans ses déclarations, le joueur affirme sans équivoque que l’arbitre du match lui a manqué de respect et l’a insulté et, en outre, il affirme que l’arbitre était grossier et arrogant, et que, comme le souligne l’Instructeur, ces déclarations sont aggravées par l’ajout que « nous, joueurs de première division, le connaissons », ce qui implique qu’un tel comportement de l’arbitre est habituel et connu des joueurs de première division ».

A lire aussi  Le Barça signe Joao Félix et Joao Cancelo

« Ces faits, pour lesquels tant le joueur lui-même que son entraîneur ont présenté leurs excuses à l’arbitre et à l’institution arbitrale, qui mérite sans aucun doute considération et honneur, sont considérés par cette Commission comme étant entièrement subsumés dans le type d’infraction de l’article 106 du Code disciplinaire fédératif, puisque, comme l’indique l’instructeur, ils offensent et humilient l’arbitre avec des faits faux, ternissent publiquement son image et remettent en question son honnêteté et son professionnalisme de manière patente », ajoute la Commission.

« En tenant compte du fait qu’aucun langage grossier n’a été utilisé et des autres circonstances indiquées par l’examinateur, telles que le repentir du joueur pour ces déclarations et ses excuses publiques à l’arbitre et au personnel de l’arbitre, la Commission de discipline considère qu’il est proportionné d’imposer la sanction dans son degré minimum.« , peut-on lire.

Au vu de ce qui précède, la Commission de discipline a décidé « d’infliger une amende de 601 euros et une suspension de 4 matches à David López Silva, joueur de Girona, pour la commission d’une infraction telle que définie à l’article 106 du Code disciplinaire de la RFEF ».

Auteur/autrice