Rubiales doit doubler les pensions de ses filles en raison d’une « augmentation substantielle » de leurs revenus

Luis Rubialesrécemment suspendu temporairement de ses fonctions de président de la Fédération royale espagnole de football (RFEF) et de vice-président de la UEFAa été condamné par la justice à doubler la pension alimentaire qu’il verse à son ex-femme pour leurs trois filles, après que le tribunal lui a ordonné de lui verser un nouveau montant de pension alimentaire. « augmentation substantielle » de leurs revenus. C’est ce qu’a établi la dixième section de l’Audience provinciale de Valence dans un arrêt du 19 juin, auquel EL PERIÓDICO DE ESPAÑA a eu accès et qui détaille, sur la base des déclarations fiscales de Rubiales, les revenus qu’il a perçus au cours de la dernière décennie.

De cette manière, et selon les données contenues dans cette documentation, l’actuel président de la RFEF serait passé d’un revenu de 97 237 euros comme revenu net du travail en 2011 à 955 079 euros en 2020, alors qu’il était déjà en poste depuis deux ans et demi. Cette année-là, il a été payé plus de deux fois plus qu’en 2019 et plus de quatre fois plus qu’en 2018.

Que un revenu décuplé Le décuplement de ses revenus professionnels aurait conduit son ex-partenaire, dont il a divorcé en 2013, à demander une révision de la pension alimentaire qu’il perçoit pour les filles qu’ils ont ensemble. Lorsque sa demande a été réfutée par Rubiales lui-même au tribunal, la pension alimentaire actualisée aurait été pratiquement la moitié de ce que la mère demandait et le double de ce que le père payait jusqu’à présent. Ce journal a tenté d’obtenir la version de Luis Rubiales par l’intermédiaire de la RFEF, mais l’organisation a refusé de faire une déclaration car elle ne fait plus partie de la fédération.

A lire aussi  Florentino, sur le "cas Negreira" : "Il n'est pas normal qu'un club paie le vice-président des arbitres".

« Augmentation de la rémunération ».

Les juges justifient leur décision d’augmenter la pension par « la forte augmentation de la rémunération » de Rubiales.une situation qui doit se refléter, concluent les juges, « dans le montant des pensions alimentaires, et pas seulement, comme l’a décidé l’arrêt (du 9 mai 2022 du Tribunal de première instance numéro 6 de Llíria), dans le paiement intégral par l’appelant des dépenses extraordinaires ».

Le jugement de l’Audience Provinciale de Valence, auquel EL PERIÓDICO DE ESPAÑA a eu accès, n’accepte donc pas les arguments de la défense de Rubiales, qui refusait d’augmenter les versements à ses filles pour le « travail ».caractère temporaire des charges en tant que président de la Fédération espagnole de football et vice-président de l’UEFA », car elle a détecté une « augmentation soutenue dans le temps et une augmentation croissante de ses revenus ».

En effet, disent les magistrats, « dans l’hypothèse où sa rémunération diminuerait également de manière durable et significative, il pourrait être intéressé à la réduction de sa contribution alimentaire pour ses filles », situation qui pourrait se présenter si son départ définitif de la présidence de la RFEF et de la vice-présidence de l’UEFA à la suite de l’affaire Jenni Hermoso se confirmait. Rubiales pourrait se pourvoir en cassation contre cet arrêt.

1,6 million d’euros de recettes

D’après les documents fournis par la défense de Rubiales, le président a gagné plus de 1,6 million d’euros. 1,6 million d’euros de revenus nets du travail. entre 2018 et 2020. Son salaire fixe, mais surtout l’ensemble de ses revenus, sont restés mystérieux depuis sa prise de fonction à l’été 2008, et ce jusqu’à la fin de l’année. 2018lorsqu’il a promis une révolution et une plus grande transparence par rapport au modèle de son prédécesseur, Ángel María Villar. Cependant, dès son entrée en fonction, Rubiales s’est octroyé un salaire fixe de 160 000 euros bruts par an plus une part variable de 0,6 % des revenus de sponsoring.

A lire aussi  EA Sports LaLiga ouvre le rideau à Almeria lors d'une journée placée sous le signe de la chaleur

Dans sa déclaration d’impôt sur le revenu, le président nouvellement investi déclare avoir perçu un revenu net de 231 700 euros en revenus du travail au cours de cette année. Ces revenus, loin de rester stables à ces montants, doublent d’année en année au fur et à mesure que Rubiales étend son pouvoir en Espagne et en Europe.

Mi-2019, Luis Rubiales a été élu à l’unanimité par les membres du Comité exécutif de l’UEFA comme nouveau vice-président de l’organisation, poste qu’il a occupé jusqu’à la récente suspension de la FIFA dans le sillage de l’affaire. Jenni Hermoso. En contrepartie, et selon ce qui a été révélé, le président était rémunéré à hauteur de 250 000 euros bruts par an.

A ce salaire semestriel s’ajoutent les 160.000 euros de son salaire fixe de président de la RFEF, de sorte que, en termes bruts, il aurait contribué par son seul travail à hauteur d’environ 285.000 euros bruts plus variables. Selon sa déclaration d’impôt sur le revenu pour cette année de 2019Rubiales a déclaré un revenu net de travail de 458 655 euros.

Le grand changement est cependant intervenu en 2020, l’année de la pandémie, lorsque le président a affirmé avoir gagné 955 078 euros955 000 euros, soit plus de deux fois plus qu’en 2019 et plus de quatre fois plus qu’en 2018, l’année où il a commencé à présider la Fédération royale espagnole de football en mai.

Les revenus de l’Arabie saoudite

En 2020, après avoir conclu l’accord sur la venue de la Supercoupe d’Espagne en Arabie saoudite, pour lequel la RFEF a empoché 40 millions d’euros par anRubiales propose à l’assemblée une nouvelle modification de sa rémunération. La partie variable n’est plus liée aux parrainages mais aux recettes totales de la Fédération, intégrant ainsi les accords millionnaires tels que ceux conclus avec la dictature saoudienne.

A lire aussi  La commission de recours de la FIFA confirme la disqualification de Rubiales

Concrètement, Rubiales conservait 0,15 % du revenu total de la RFEF, sans tenir compte des subventions publiques. En 2022, après la controverse provoquée par la publication de ses audios et de ses conversations privées, il propose un nouveau changement, consolidant comme salaire fixe celui perçu l’année précédente avec la formule en vigueur à l’époque, 635 000 euros. C’est le montant qu’il percevait encore au moment de sa suspension par la FIFA, en plus de sa rémunération en tant que vice-président de l’UEFA.

Auteur/autrice