Sumar dénonce le manque de parité de la RFEF et demande à son conseil d’administration de se dissoudre.

Sumar poursuit son offensive contre les Fédération royale espagnole de football (RFEF) suite à la affaire Rubiales et a déposé une plainte pour violation de la loi 39/2022, qui réglemente la parité dans les organes de gestion, tout en demandant la dissolution du conseil d’administration de l’institution, après que l’institution a été dissoute. Luis Rubiales a été exclu pour trois mois après avoir embrassé un joueur Jenni Hermoso.

Comme annoncé par le parti de Yolanda Díaz, Sumar a déposé une nouvelle plainte auprès du Consejo Superior de Deportes (CSD).une agence gouvernementale, au motif que le RFEF viole l’obligation de parité établie par la loi 39/2022 sur le sport, qui exige « une intégration égale dans les organes de gestion, de direction et de représentation des entités sportives », car il n’y a que deux femmes parmi les 20 membres du conseil d’administration.

« La disproportion entre les femmes et les hommes ne se limite pas au Conseil d’administration, mais atteint l’ensemble des organes fédératifs, reflétant une pathologie qui ne peut être considérée comme ponctuelle ou conjoncturelle, mais systémique », argumente le parti. « Actuellement, il n’y a que 38 femmes membres sur 411, soit 9% du personnel, en violation du cadre légal.« . En ce sens, ils soulignent que « la structure actuelle peut être contestée parce qu’elle est contraire à la loi et nous demandons qu’elle soit mise à jour dès que possible ».

Pour toutes ces raisons, Sumar demande que le Conseil d’Administration de la RFEF soit convoqué extraordinairement afin qu’il soit dissous immédiatement et que soit nommé un nouveau Conseil d’Administration qui respecte la parité établie dans l’art. 47.7 de la Loi 39/2022.

A lire aussi  Des changements, pas des remplacements

Auteur/autrice