Colère contre le choix d’un vétéran de l’industrie pétrolière et gazière pour diriger les prochaines négociations de la Cop sur le climat

Un vétéran de l’industrie des combustibles fossiles a été désigné pour diriger le prochain cycle de négociations sur l’urgence climatique, suscitant la consternation des écologistes.

Selon son profil LinkedIn, Mukhtar Babayev a travaillé pendant plus de 24 ans pour la compagnie pétrolière nationale de la République d’Azerbaïdjan (Socar).

L’année dernière, la nomination de Sultan Al Jaber, directeur général de la compagnie pétrolière nationale d’Abu Dhabi, à la tête des négociations sur le climat à Dubaï a suscité une grande colère.

Mukhtar Babayev s’est exprimé lors de la Cop28 à Dubaï.

(AP)

L’arrêt de l’utilisation des combustibles fossiles est considéré comme essentiel pour maintenir l’augmentation de la température mondiale en dessous de 1,5 °C et éviter les pires effets, tels que les sécheresses, les inondations et la dévastation de la production alimentaire.

Le gouvernement azerbaïdjanais a nommé M. Babayev, son ministre de l’écologie et des ressources naturelles, président des négociations de la Cop29 des Nations Unies qui doivent se tenir à Bakou en novembre.

Les scientifiques et les défenseurs du climat ont exprimé leur déception face à cette nomination.

La co-présidente du Parti Vert, Carla Denyer, a déclaré The Independent: « Une tendance dangereuse et très malvenue se dessine avec cette dernière nomination planifiée – la mainmise de l’industrie pétrolière sur le processus de la COP.

A lire aussi  New York se prépare à la première grande tempête de l'hiver 2024

« La COP fonctionne parce qu’elle rassemble les gouvernements, les personnes les plus touchées par le changement climatique et les organisations non gouvernementales.

« Le consensus et les actions de lutte contre le changement climatique ont été durement gagnés. Ils sont menacés si nous permettons à la COP d’être prise en main et dirigée dans l’intérêt de ceux-là mêmes qui créent la crise et en tirent profit ».

Michael Mann, climatologue à l’université de Pennsylvanie, a écrit sur les réseaux sociaux que la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques n’avait pas pris à cœur l’appel lancé l’année dernière par les scientifiques pour que les dirigeants de l’industrie pétrolière ne soient pas autorisés à exercer une grande influence sur les négociations annuelles sur le climat, et encore moins à les diriger.

Toutefois, selon un télégramme de 2008 de l’ambassadeur azéri auprès du gouvernement américain, l’approche de M. Babayev l’a mis en porte-à-faux avec le « grand-père » de Socar, un chef d’entreprise.

Le document montre que M. Babayev voulait modifier la façon dont son entreprise développait ses ressources, en disant qu’il devait changer son attitude vis-à-vis de l’environnement, en veillant à ce qu’elle préserve l’environnement tout en remplissant sa mission de développement des ressources en hydrocarbures de l’Azerbaïdjan.

Il a déclaré que Socar essayait d’établir un plan directeur pour nettoyer la péninsule d’Absheron, dévastée par la production de pétrole et de produits chimiques, et que sa mission était de « changer la mentalité » des Azerbaïdjanais quant à leurs responsabilités en matière de préservation de l’environnement.

L’Azerbaïdjan, qui est riche en combustibles fossiles, possède des réserves de gaz naturel estimées à 2,5 trillions de mètres cubes, selon une étude de BP datant de 2021, et vise à doubler ses exportations de gaz vers l’Europe d’ici 2027.

A lire aussi  Les "nacelles anti-pollution" de la Cop28 permettent aux visiteurs de voir, de goûter et de sentir l'air pollué des plus grandes villes du monde.

Lors des négociations de Dubaï de l’année dernière, un accord de dernière minute a été conclu, appelant pour la première fois à « abandonner les combustibles fossiles dans les systèmes énergétiques, d’une manière juste, ordonnée et équitable ».

Mais certains écologistes l’ont condamné pour ne pas avoir présenté de plans détaillés visant à réduire l’utilisation des combustibles fossiles et à maintenir le réchauffement de la planète en dessous de 1,5°C.

Auteur/autrice