La Cop28 se conclut par un accord historique marquant le « début de la fin » de l’ère des combustibles fossiles

Le sommet mondial sur le climat de la Cop28 a abouti à un accord historique sur les combustibles fossiles, salué par les Nations unies comme « le début de la fin de l’ère des combustibles fossiles ».

Le « Global Stocktake Agreement » (GST) a été adopté dans les minutes qui ont suivi l’ouverture de la dernière séance plénière, mercredi matin à Dubaï. Il a été adopté après plus de 24 heures de négociations houleuses entre les pays et peu de mises à jour.

Les délégués du monde entier se sont levés, ont applaudi et se sont donné l’accolade après que le président de la Cop28 des Emirats Arabes Unis, Sultan Ahmed Al Jaber, ait donné le coup de marteau.

Qualifiant l’accord de « consensus des Émirats arabes unis », M. Al Jaber a déclaré qu’il s’agissait d’un plan « dirigé par la science » avec des engagements pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris de 2015.

« Pour la première fois, notre accord final contient des dispositions sur les combustibles fossiles », a ajouté M. Al Jaber, directeur général de la compagnie pétrolière nationale des Émirats arabes unis.

Un délégué suisse s’exprime lors de la dernière réunion plénière de la Cop28, le 13 décembre.

(REUTERS)

Simon Stiell, secrétaire d’État au climat de l’ONU, a ensuite déclaré que la Cop28 devait envoyer un signal sur le principal problème climatique de l’humanité, à savoir « les combustibles fossiles et leur pollution qui brûle la planète ».

A lire aussi  Le projet d'accord de la Cop28 abandonne l'appel à l'élimination progressive des combustibles fossiles

« Bien que nous n’ayons pas tourné la page de l’ère des combustibles fossiles à Dubaï, ce résultat marque le début de la fin », a-t-il déclaré. Le prix du pétrole brut a chuté peu après l’annonce.

Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, avait appelé les pays à faire part de leurs plus grandes ambitions au début du sommet, et a adressé mercredi un message sévère à ceux qui bloquaient l’inclusion d’un appel à l' »élimination progressive » des combustibles fossiles dans l’accord. L’Arabie saoudite, l’Irak, la Russie et les membres du groupe Opec+, composé de pays riches en pétrole, ont été nommés – publiquement du moins – pour s’opposer à cette formulation.

« Que vous le vouliez ou non, l’élimination progressive des combustibles fossiles est inévitable. Espérons qu’elle n’arrive pas trop tard », a déclaré M. Guterres.

Malgré le changement de cap historique sur les combustibles fossiles, de nombreuses personnes présentes dans la salle plénière sont restées profondément déçues. Plus de 100 pays, y compris la coalition des petites îles et d’autres pays confrontés à des impacts extrêmes, avaient appelé à une « élimination progressive » ou à une « réduction progressive » des combustibles fossiles qui sont la cause première de la crise climatique.

Au lieu de cela, elle a appelé à « abandonner les combustibles fossiles dans les systèmes énergétiques » et à accélérer les actions au cours de « cette décennie critique » pour parvenir à une émission nette zéro d’ici à 2050. Le monde est actuellement très loin de cet objectif.

Après l’annonce du TPS, Anne Rasmussen, représentante des Samoa au nom de l’Alliance des petits États insulaires (AOSIS), a déclaré qu’elle ne comprenait pas ce qui venait de se passer et qu’elle n’était pas présente lors de l’adoption du texte.

A lire aussi  Les serpents des toilettes se multiplient dans toute l'Australie à cause des pluies incessantes qui font des ravages

« Ce processus nous a laissé tomber », a-t-elle déclaré, décrivant le document comme une « litanie de lacunes ». Ces remarques ont été accueillies par des applaudissements et une ovation plus longue que l’annonce initiale sur les combustibles fossiles.

Les dirigeants des petits États insulaires voient une « litanie de lacunes » dans le texte de l’accord sur le climat à la Cop28

Le Sultan Al-Jaber, qui ne s’est pas levé pour applaudir, a déclaré que la déclaration d’Aosis serait ajoutée au compte-rendu.

Les délégués ont largement reconnu que l’accord de Dubaï – qui nécessitait un consensus de tous les pays, des plus verts aux puissances pétrolières – constituait un pas en avant, mais qu’il restait encore beaucoup à faire pour soutenir et protéger les plus vulnérables.

Ce fut un marathon épuisant et émotionnel pour en arriver là, après que le sommet ait duré près de 18 heures au-delà de l’heure officielle de clôture.

Lundi, une précédente version de l’accord avait suscité des réactions furieuses et déchirantes après avoir considérablement affaibli le texte.

Des activistes climatiques manifestent pour demander l’abandon progressif des combustibles fossiles le 12 décembre à l’intérieur du site de l’Expo de Dubaï.

(Getty Images)

John Kerry, l’envoyé spécial des États-Unis pour le climat, a déclaré qu’une transformation du système financier international était nécessaire et que les pays en développement devaient être soutenus « à chaque étape » pour mettre en place leurs systèmes d’énergie propre.

Le ministre britannique du climat, Graham Stuart, de retour à la Cop28 après un bref voyage de 7 000 miles aller-retour à Londres mardi pour soutenir le projet de loi d’expulsion du Rwanda du Premier ministre Rishi Sunak, a appelé à maintenir 1,5°C comme « étoile polaire ».

A lire aussi  Une étude révèle que la majorité des hamburgers, steaks, poulets et viandes d'origine végétale contiennent des microplastiques

Il a salué le fonds pour les pertes et dommages, mis en place le premier jour de la conférence, qui aurait dû être créé depuis longtemps. Il a toutefois regretté que le texte de Dubaï n’ait pas fait plus pour le charbon, une question que le Royaume-Uni a défendue lors de la Cop28.

« Il y a des éléments que nous n’aimons pas », a-t-il déclaré.

Le ministre allemand, s’exprimant au nom de l’Union européenne, a reconnu les petites îles, en citant Samoa et les îles Marshall, et a déclaré que l’Union avait décidé d’abandonner progressivement les combustibles fossiles afin d’atteindre l’objectif de 1,5 °C. Il a ajouté que l’Union européenne n’avait pas l’intention d’abandonner les combustibles fossiles.

« Nous vous sentons, nous vous voyons », a déclaré le représentant de l’Allemagne. « Nous savons que pour vos enfants, cet accord pourrait ne pas être suffisant.

« Nous marchons ensemble sur le chemin de la justice climatique.

Auteur/autrice