Les militants pour le climat sont plus nombreux que les dirigeants d’entreprises du secteur des combustibles fossiles à la Cop28, alors que l’espace de protestation se rétrécit

Pes manifestations sont un élément important des sommets de l’ONU sur le climat depuis la Cop1 en 1995, lorsque le monde n’y prêtait guère attention et que seules quelques centaines de responsables gouvernementaux se réunissaient à Berlin.

Les négociations de la Cop28 se déroulent au milieu des gratte-ciel étincelants de Dubaï, dans le vaste complexe d’Expo City, sous les yeux du monde entier qui observe les négociateurs s’efforcer de parvenir à un accord solide sur l’abandon progressif de l’utilisation des combustibles fossiles.

Pourtant, alors que la Conférence des Parties n’a cessé de prendre de l’ampleur au fur et à mesure que la nécessité d’agir pour le climat devenait plus urgente, l’espace de protestation lors du sommet s’est considérablement réduit au cours des deux dernières années, ces négociations contrastant fortement avec le spectacle vibrant et populaire de la Cop26 à Glasgow, où des milliers de personnes ont défilé sur les routes pour réclamer la justice climatique.

Expo City est peut-être énorme, mais le site est situé au milieu du désert, dans la banlieue de Dubaï. À l’exception de quelques bannières sporadiques placées par le gouvernement des Émirats arabes unis, la majeure partie de la ville pourrait tout aussi bien ignorer les délibérations d’une importance vitale qu’elle est censée accueillir.

Comme en Égypte l’année dernière, les pourparlers se déroulent dans un pays dont les lois restreignent fortement la liberté d’expression et de réunion. Alors que l’ONU est censée fournir un espace pour l’activisme dans la zone bleue du site qu’elle contrôle, en pratique, les manifestants climatiques constatent que l’espace dans lequel ils peuvent naviguer est extrêmement limité.

Plusieurs activistes L’Indépendant ont déclaré qu’ils s’étaient heurtés à la censure et que l’autorisation d’organiser des manifestations leur avait été refusée, tant dans la zone bleue que dans la zone verte, plus corporative, gérée par la présidence des Émirats arabes unis.

Une femme portant une tenue traditionnelle participe à une manifestation en faveur de la justice climatique et d’un cessez-le-feu à Gaza, dans le cadre du conflit actuel entre Israël et le groupe islamiste palestinien Hamas, lors du sommet de la Cop28 à Dubaï.

(REUTERS)

L’ONU accrédite les manifestants lors des conférences de la Cop, tant leur présence au processus est formalisée. Pourtant, certains ont déclaré avoir été menacés par les autorités de se voir retirer leur badge jaune d’activiste, une procédure qui conduirait à leur expulsion puisque les visas pour se rendre à Dubaï pour la Cop sont liés à l’accréditation de l’ONU.

A lire aussi  Un groupe d'enfants californiens poursuit l'EPA pour ne pas avoir lutté contre le changement climatique

Asad Rehman, porte-parole principal de la Coalition pour la justice climatique, qui a organisé de nombreuses manifestations à l’occasion de plusieurs sommets sur le climat, dont la Cop, affirme que certaines de leurs manifestations ont été « arbitrairement interrompues pour un certain nombre de raisons ».

Il raconte L’Indépendant qu’après qu’une première manifestation ait inclus des messages de solidarité avec les Palestiniens, le nombre de places dans la vaste salle dédiée aux manifestations a été délibérément « réduit ».

« L’atmosphère a définitivement changé », déclare-t-il. « Je dirais qu’en raison de la question de la Palestine et des restrictions qui en découlent, le contrôle de ces questions est beaucoup plus strict.

Il évoque une manifestation « où nous avons organisé l’action en solidarité avec les Palestiniens, en lisant leurs noms. (Le lieu) s’est miraculeusement transformé en fontaine du jour au lendemain ».

M. Rehman affirme que « certains individus se sont fait dire qu’ils seraient débadgés s’ils portaient un badge pour avoir appelé au cessez-le-feu ». D’autres militants ont exprimé des préoccupations similaires.

Les militants affirment que les lois strictes des Émirats arabes unis contre les rassemblements publics font qu’il est pratiquement impossible d’organiser des activités en dehors du lieu du sommet.

Mais même les manifestations qui ont lieu dans les zones gérées par l’ONU ont tendance à être isolées dans des parties du grand complexe qui sont moins fréquentées, perdues au milieu d’un labyrinthe de bâtiments en verre d’apparence similaire abritant les pavillons de différents pays et entités commerciales, selon les activistes. « Les zones dans lesquelles nous pouvons mener des actions ont été déplacées », explique M. Rehman. « Certaines sont, disons, moins visibles.

Des manifestants se joignent à la marche « Fridays For Future » le 5 novembre 2021 à Glasgow lors du sommet sur le climat de la Cop26.

(Getty)

« L’espace de la société civile s’est rétréci de multiples façons ces dernières années », déclare Amalen Sathananthar, membre du groupe de défense Arctivist.

« À Paris (en 2015), nous avions des espaces ouverts partout autour de la COP pour mener nos actions (de protestation) », dit-il. À Dubaï, les manifestations sont limitées à « un ou deux endroits » et les militants ne se trouvent plus dans les « zones à haute visibilité ».

A lire aussi  Des conditions météorologiques extrêmes ont frappé tous les États américains cette semaine, faisant au moins quatre morts. Selon les experts, nous ne sommes pas encore tirés d'affaire.

Alors que les jeunes guerriers du climat de différentes parties du monde tentent de faire sentir leur présence davantage maintenant que les négociations entrent dans la deuxième semaine cruciale, ils disent qu’ils sont largement dépassés par les lobbyistes du pétrole et du gaz et par d’autres entreprises.

« Il a toujours été très difficile pour la société civile de protester, c’est presque comme si vous portiez un badge jaune (d’activiste), c’est une pénalité », déclare Aderonke Motunrayo Ige, une activiste climatique du Nigéria.

« La société civile n’a jamais eu accès à la salle des négociations comme les autres.

« Lorsque l’on regarde les personnes présentes dans la salle, il est ahurissant de constater que les entreprises responsables de la pollution sont nombreuses et qu’il y a aussi beaucoup de lobbyistes.

La société civile s’unit pour exiger une « montée en puissance » mondiale des énergies renouvelables et l’élimination progressive des combustibles fossiles afin de ne pas dépasser 1,5°C lors de la Cop28 à Dubaï.

(350.org)

Le nombre de dirigeants d’entreprises du secteur des énergies fossiles présents à la conférence de cette année est trois fois supérieur à celui de l’année dernière en Égypte, selon une nouvelle analyse réalisée par des militants de la lutte contre le changement climatique.

Mme Ige estime qu’il s’agit d’une menace claire pour la présence de la société civile.

« Plus ils prennent de place, moins nous en avons », déclare-t-elle à l’adresse suivante L’Indépendant.

Avant le sommet, les Émirats arabes unis ont assuré aux défenseurs de l’environnement qu’ils pourraient « se rassembler pacifiquement » dans les zones désignées. Mais même pour se rassembler dans ces zones, il faut remplir un grand nombre de documents, qui doivent être signés par les organisateurs de la Cop, et certains activistes ont déclaré qu’on leur avait dit qu’ils devaient faire leur demande avec un préavis d’au moins 36 heures.

En réponse aux questions envoyées par L’IndépendantUn porte-parole de la Cop28 a déclaré que des espaces avaient été prévus pour que « toutes les voix soient entendues » lors du sommet. Ni le porte-parole de la Cop28, ni celui de la CCNUCC n’ont répondu aux inquiétudes spécifiques soulevées par les activistes concernant les craintes de décervelage.

« Dans le cadre de notre engagement à fournir une Cop inclusive, la Cop28 a réservé des espaces et des plateformes pour que toutes les voix puissent être entendues dans les zones bleue et verte », a déclaré le porte-parole.

A lire aussi  Pénurie de carburant

Nous continuons d’accueillir les demandes d’inscription à la plate-forme « Voix pour l’action » de la Cop28, où les gens se rassemblent déjà pacifiquement autour d’une variété de sujets », a déclaré le porte-parole, faisant référence à l’espace de protestation dans la zone bleue.

« Toutes les demandes dans la zone bleue sont examinées exclusivement par la CCNUCC selon les lignes directrices établies de longue date par celle-ci. Les demandes dans la zone verte sont gérées par le pays hôte et sont examinées selon les mêmes directives de la CCNUCC que celles de la zone bleue ».

Un porte-parole de la CCNUCC a déclaré qu’elle s’engageait à respecter les droits de tous les participants, à veiller à ce que les points de vue de chacun soient entendus et à ce que leurs contributions au défi climatique soient reconnues.

« La CCNUCC a reçu un total de 167 propositions d’action, dépassant déjà le nombre total de propositions pour la Cop27 (153). Dès la première semaine de la Cop28, 88 de ces actions ont été exécutées avec succès, sept ont été annulées par les organisateurs, cinq ont été identifiées comme des doublons et le reste doit être traité pour des dates ultérieures ».

« Cela donne une moyenne de 14 actions par jour, semblable à la moyenne de l’année dernière. Dans un petit nombre de cas spécifiques, le secrétariat de la CCNUCC travaille directement avec ceux qui demandent des actions pour s’assurer que le code de conduite peut être respecté ».

Cependant, certaines organisations militantes ont choisi de rester à l’écart des négociations et d’organiser des manifestations dans leur pays d’origine, où elles ont plus de chances d’être vues et entendues.

Samedi, des manifestants d’Extinction Rebellion et d’autres groupes de campagne ont rejoint une manifestation devant les bureaux de BP à Londres.

Des milliers de personnes ont défilé dans le centre de Bruxelles lors d’un rassemblement bruyant alors que la Cop28 se poursuit à Dubaï.

(AP)

Aux Pays-Bas, le groupe d’activistes Just Stop Coal a bloqué un train transportant du charbon le 4 décembre pour exhorter le gouvernement néerlandais à soutenir l’abandon progressif des combustibles fossiles.

Un groupe a déclaré que sa demande d’organiser une manifestation devant les bureaux de la compagnie aérienne Emirates, qui porte le drapeau des Émirats arabes unis, dans la zone verte, a été rejetée par les Émirats arabes unis au début du sommet, les fonctionnaires invoquant une violation de directives non spécifiées.

Les organisateurs potentiels de la manifestation ont déclaré que, bien qu’elle prétende autoriser la liberté d’expression, la présidence des Émirats arabes unis n’a même pas donné son feu vert à une « séance de photos demandant à Emirates d’être un champion du climat ».

« Il semble que les Émirats arabes unis s’investissent davantage dans la protection de leur image et des profits tirés des combustibles fossiles que dans un rôle de leader en matière de climat. C’est exactement ce que les groupes de la société civile craignaient », a déclaré Ewan Al-Haddad, directeur de campagne chargé de l’organisation de la manifestation. L’Indépendant.

« Quel que soit le nombre de pays qui s’engagent, tant que les industries polluantes comme les compagnies aériennes ne commenceront pas à contribuer au Fonds, celui-ci restera insuffisant », a-t-il ajouté.

Auteur/autrice