Les nouveaux projets pétroliers en mer du Nord sont insignifiants pour l’indépendance énergétique du Royaume-Uni, selon une association à but non lucratif

Selon une nouvelle analyse, le pétrole issu des projets controversés de la mer du Nord, y compris le projet Rosebank qui a fait couler beaucoup d’encre, contribuera à moins d’un pour cent des besoins en carburant du Royaume-Uni d’ici 2030.

L’affirmation du gouvernement selon laquelle il renforcerait la sécurité énergétique du Royaume-Uni grâce à de nouvelles licences « ne résiste pas à un examen approfondi », selon l’étude publiée lundi par l’organisation à but non lucratif Energy and Climate Intelligence Unit (ECIU).

L’étude indique que seul un pour cent du pétrole généré par les nouvelles licences de forage délivrées pour des projets tels que Rosebank – le plus grand champ pétrolifère inexploité de Grande-Bretagne – finirait par être utilisé au Royaume-Uni d’ici 2030.

Cela ne changera donc pas grand-chose aux prix de l’énergie au Royaume-Uni.

« La réalité est que très peu de pétrole pompé en mer du Nord est raffiné et vendu sur le sol britannique, et même dans ce cas, le prix est largement dicté par les marchés internationaux », a déclaré le professeur Gavin Bridge, membre du Durham Energy Institute de l’université de Durham.

« La majeure partie du pétrole est extraite par des entreprises privées ou des entreprises publiques étrangères sur lesquelles le gouvernement n’a que peu de contrôle », a-t-il ajouté.

A lire aussi  La Cop28 se conclut par un accord historique marquant le "début de la fin" de l'ère des combustibles fossiles

« L’idée selon laquelle l’augmentation des forages sur le plateau continental renforce notre sécurité énergétique ne résiste pas à un examen approfondi.

En réponse à une question parlementaire écrite la semaine dernière, le gouvernement a admis que la majorité du pétrole extrait de la mer du Nord – environ 80 % – sera vendue sur le marché international plutôt qu’aux consommateurs britanniques.

« Il n’est pas souhaitable de forcer les entreprises privées à ‘allouer’ le pétrole et le gaz produits en mer du Nord pour un usage domestique », a déclaré le gouvernement.

L’ECIU estime que les nouvelles licences sont une « distraction » par rapport aux politiques qui auraient un « impact réel et durable sur l’indépendance énergétique du Royaume-Uni ».

Le pétrole provenant de nouveaux gisements tels que Rosebank sera commercialisé à l’échelle internationale – comme l’a admis le gouvernement, ce pétrole n’est pas destiné au Royaume-Uni et n’aura pas d’incidence réelle sur les prix britanniques.

Dr Simon Cran-McGreehin, responsable de l’analyse à l’ECIU

En analysant les données gouvernementales sur la production de pétrole, les projections de l’Autorité de transition de la mer du Nord (NSTA) et la demande de pétrole, l’étude de l’ECIU indique que l’extraction de pétrole dans les eaux britanniques devient « de moins en moins importante pour l’indépendance et la sécurité énergétiques du Royaume-Uni ».

Cette analyse intervient alors que le gouvernement s’apprêtait à proposer une nouvelle loi aux Communes ce lundi, afin de demander de nouvelles licences pétrolières et gazières sur une base annuelle et non plus tous les cinq ans.

Le gouvernement de Rishi Sunak continue d’encourager l’extraction de pétrole dans la région sensible de la mer du Nord, ce qui suscite depuis longtemps des réactions négatives de la part des experts du climat, de l’opposition et même des députés conservateurs.

A lire aussi  Les fausses informations sur le climat se multiplient sur YouTube - et la plateforme en profite

Rosebank a rencontré une forte opposition de la part des défenseurs de l’environnement.

(PA Wire)

Des militants pour le climat, dont Greta Thunberg, ont manifesté à plusieurs endroits de Londres en octobre contre le projet Rosebank, qui pourrait produire 500 millions de barils de pétrole au cours de sa durée de vie et qui, une fois brûlés, émettraient autant de dioxyde de carbone que l’exploitation de 56 centrales électriques au charbon pendant un an.

Deux groupes de campagne, Greenpeace et Uplift, ont annoncé en dernier lieu des recours juridiques distincts contre la proposition, qui devraient être entendus au début de l’année.

Cependant, le gouvernement a poursuivi son projet d’autoriser les entreprises à forer en mer du Nord en invoquant des raisons de sécurité énergétique.

Lors d’une interview accordée à la BBC samedi, le chancelier Jeremy Hunt a déclaré que « même lorsque nous atteindrons le niveau zéro en 2050, une part importante de notre énergie proviendra toujours des combustibles fossiles, et le pétrole et le gaz domestiques sont quatre fois plus propres que le pétrole et le gaz importés ».

Sa déclaration a suscité une réponse de Piers Forster, le président intérimaire de la CCC, qui a tweeté : « Nos conseils précédents sont toujours d’actualité. La consommation de pétrole et de gaz au Royaume-Uni doit diminuer de plus de 80 % pour atteindre les objectifs du pays. Cette décision et celle de la Cop rendent l’octroi de nouvelles licences incompatible avec les objectifs climatiques ».

En septembre, le premier ministre Rishi Sunak a déclaré que Rosebank contribuerait à empêcher les jeunes de grandir en étant « dépendants de dictateurs étrangers » pour leur sécurité énergétique.

A lire aussi  Tempêtes d'hiver en direct : Des millions de personnes aux États-Unis se préparent à de nouvelles vagues de froid dangereuses

Un porte-parole du ministère de la sécurité énergétique et de Net Zero a déclaré à l’agence de presse PA : « Les marchés de l’énergie étant de plus en plus instables, il est logique de tirer le meilleur parti de nos propres avantages en mer du Nord.

« C’est pourquoi nous soutenons l’industrie pétrolière et gazière du Royaume-Uni en lui accordant des licences annuelles, en soutenant 200 000 emplois et en lui donnant la certitude d’investir dans des emplois ici et de débloquer des milliards d’impôts pour notre propre transition vers l’énergie propre.

« En tant qu’importateur net de pétrole et de gaz, le Royaume-Uni produit de moins en moins de pétrole et de gaz qu’il n’en consomme. Ces nouvelles licences ne feront pas de nous un exportateur net et n’augmenteront pas les émissions de carbone au-delà de nos budgets carbone légalement contraignants ».

Auteur/autrice