Tout le Bangladesh boit de l’eau contenant des niveaux dangereux d’arsenic cancérigène.

Une nouvelle étude révèle que près de la moitié de l’eau que boivent les Bangladais contient des niveaux dangereusement élevés d’arsenic.

Une équipe de scientifiques a constaté que 49 % de l’eau, dont dépend une écrasante majorité de la population, contient des limites dangereuses de ce contaminant cancérigène.

Cette découverte met en lumière une crise de santé publique imminente dans ce pays d’Asie du Sud, qui est régulièrement confronté à de graves inondations et qui est l’un des plus vulnérables aux effets d’une crise climatique qui s’aggrave.

En 2018, le Bangladesh s’est retrouvé au tiers sous les eaux après le passage du cyclone Amphan. En moyenne, 21 % du pays est inondé chaque année en raison de l’intensification des pluies de mousson.

L’augmentation des niveaux d’arsenic est directement liée à l’élévation du niveau de la mer et à l’aggravation des inondations saisonnières, selon l’étude publiée mercredi dans la revue PLOS ONE.

Lorsque l’eau salée de l’océan se mélange à l’eau douce, elle libère l’arsenic des sédiments.

Les chercheurs ont prélevé des échantillons d’eau dans des puits du Bangladesh afin d’analyser la concentration en oxygène, le pH et la température pour comprendre la dynamique à l’origine de la libération de l’arsenic.

Ils ont constaté qu’environ 49 % des eaux souterraines du Bangladesh présentaient des concentrations d’arsenic supérieures à la limite de sécurité de 10 microgrammes par litre ( μg/L) fixée par l’Organisation mondiale de la santé pour l’eau potable.

A lire aussi  Le Royaume-Uni "largement à côté de la plaque" en ce qui concerne les objectifs environnementaux, selon l'organisme de surveillance

Dans certains échantillons, la concentration d’arsenic enregistrée atteignait 450μg/L – dépassant de 45 fois les directives de l’OMS.

Carte du Bangladesh montrant les lieux où les échantillons d’eau de puits ont été prélevés.

(Carte/PLOS ONE )

La crise ne se limite pas au Bangladesh. Le Dr Seth Frisby, auteur de l’étude et professeur à l’université de Norwich, a déclaré que l’empoisonnement chronique à l’arsenic touchait également les habitants du Bengale occidental, un État indien voisin du Bangladesh.

« Les mêmes processus chimiques liés à l’élévation du niveau des mers qui libèrent l’arsenic des sédiments dans l’eau des puits du Bangladesh vont très probablement libérer l’arsenic des sédiments dans l’eau des puits du Bengale occidental », a-t-il déclaré à l’université de Norwich. The Independent (en anglais).

Le Dr Frisby a déclaré que les effets du poison arsenical ont été identifiés pour la première fois sur le sous-continent au Bengale occidental, 11 ans avant qu’il ne soit découvert au Bangladesh.

Il s’inquiète du fait que « les normes relatives à l’eau potable pour l’arsenic en Inde et au Bangladesh sont dépassées de plusieurs décennies », ce qui rend la population encore plus vulnérable.

Ces résultats signalent une urgence en matière de santé publique. Une exposition prolongée à l’arsenic peut entraîner de graves problèmes de santé, notamment des cancers et des maladies vasculaires.

En réponse à ces conclusions, Jamie Williams, conseiller politique principal pour la réduction de la pauvreté à Islamic Relief, a déclaré que le Bangladesh souffrait déjà de pénuries d’eau dues à la pollution par les pesticides, en particulier dans les zones de pêche. L’organisation caritative mène actuellement des campagnes de sensibilisation dans le pays sur l’insalubrité de l’eau potable.

A lire aussi  Des centaines de dragons bleus venimeux des profondeurs s'échouent mystérieusement en Inde

« Le Bangladesh est l’un des pays les plus vulnérables au changement climatique en raison de la densité de sa population et de la faible superficie des terres basses dominées par les grands fleuves qui drainent les montagnes et les contreforts de l’Himalaya », a-t-il déclaré. The Independent.

« De nombreuses personnes sont sans terre et contraintes de vivre sur des terres inondables et de les cultiver ; les maladies transmises par l’eau sont très répandues.

Des personnes inspectent les biens endommagés dans leurs maisons alors que les eaux de crue baissent à Sylhet, au Bangladesh, en 2022.

(AP)

La crise climatique, causée en grande partie par l’utilisation de combustibles fossiles, devrait entraîner une élévation du niveau de la mer d’environ un pied et demi en moyenne au Bangladesh d’ici le milieu du siècle. Or, les deux tiers du pays se trouvent à moins de 15 pieds au-dessus du niveau de la mer.

Selon une étude réalisée en 2019, le Bangladesh est également frappé par des cyclones plus puissants qui provoquent des inondations catastrophiques, et la saison de la mousson ajoute à ce fardeau avec des niveaux de précipitations de plus en plus intenses.

Ces facteurs devraient faire de l’eau potable une ressource plus rare pour les 165 millions de Bangladais qui vivent dans des zones de basse altitude.

Les chercheurs ont appelé à un développement plus rapide des solutions possibles, notamment des technologies de purification de l’eau et des infrastructures pour prévenir la contamination des eaux souterraines.

Auteur/autrice

A lire aussi  Le bilan de la tempête hivernale s'alourdit à cinq morts alors que la côte Est se prépare à une vague de froid