Chronologie de l’affaire Rubiales : les dates clés du scandale

Le plus grand succès du football féminin espagnol en remportant le titre l’équipe nationale espagnole est devenue championne du monde en battant l’Angleterre en finale a déclenché un scandale sans précédent à la fin du match, dont les répercussions se sont prolongées pendant trois semaines, culminant avec la démission de Luis Rubiales, le président de la Fédération Royale Espagnole de Football. Voici la chronologie de ce tumulte monumental.

20 août

Luis Rubiales célèbre le titre avec effusion en prenant sa main droite à l’entrejambe dans un geste grossier de complicité avec Jorge Vilda, l’entraîneur. Lors de la cérémonie de remise des médailles, accolades et baisers sur la bouche Jennifer Hermoso.

21 août

Le gouvernement qualifie les actions de Rubiales d' »inacceptables ». Le ministre de la Culture et des Sports par intérim, Miquel Iceta, l’exhorte à « donner des explications et à demander des excuses », tandis que d’autres ministres, comme Ione Belarra et Irene Montero, qualifient l’épisode d' »inacceptable ». « violences sexuelles ».

22 août

Il s’avère que Rubiales, qui diffuse une vidéo à travers les réseaux sociaux de la RFEF s’excusant, a voulu faire pression sur Hermoso pour qu’elle fasse une déclaration donnant sa version des faits ou qu’elle apparaisse dans la vidéo, ce qu’elle a refusé de faire.

23 août

Le footballeur américain Megan Rapinoe accuse Rubiales de misogynie et dénonce le fait que Hermoso ait été « harcelée physiquement », se joignant aux stupéfiantes réactions internationales de rejet et de condamnation de ce qui s’est passé.

24 août

Jenni Hermoso demande des « mesures exemplaires » à l’encontre de Rubiales par le biais d’un communiqué publié par son agence au sein du syndicat Futpro.

25 août

« Je ne vais pas démissionner », répète Rubiales à plusieurs reprises dans l’assemblée, où il a tenté de décrire ce qui s’était passé pour affirmer qu’il s’agissait d’un « baiser consensuel ». Il a appelé à lutter contre le « faux féminisme ». et utilise ses filles pour se défendre. La grande majorité des personnes présentes l’ont applaudi.

A lire aussi  Le marché provoque un tremblement de terre dans les cages de l'équipe nationale : Robert Sánchez, David Raya, De Gea, Kepa...

Quelques heures plus tard, Hermoso a nié que le baiser ait été « spontané, mutuel, euphorique et consensuel », comme l’avait déclaré le dirigeant. Il le décrit comme « un acte impulsif, machiste, déplacé et sans aucun consentement de ma part ». et affirme qu’il s’est senti « vulnérable et victime d’une agression ».

EP


26 août

La FIFA utilise l’article 51 du Code Disciplinaire pour décréter que « suspension provisoire » de Luis Rubiales « de toute activité liée au football au niveau national et international ». Cette suspension aura une « période initiale de quatre-vingt-dix jours ».

Pedro Rocha, président de la fédération d’Estrémadure et vice-président de la RFEF, remplace Rubiales à la tête de l’organisation. Un communiqué est publié pour réfuter la version d’Hermoso avec quelques photos. « Les preuves sont concluantes et le président ne ment pas », lit-on dans le texte, qui menace les plus de 80 joueurs qui ont signé une démission de l’équipe nationale tant que la direction actuelle se maintiendra.

RFEF


Onze membres de l’encadrement de l’équipe nationale féminine présentent leur démission de leur poste. De l’entraîneur en second, Montse Tomé, à plusieurs entraîneurs adjoints des équipes nationales inférieures. Ce n’est pas le cas de Jorge Vilda, l’entraîneur principal.

28 août

Ángeles Bejar, la mère de Rubiales, s’enferme dans l’église Divina Pastora de Motril. et entame une grève de la faim pour protester contre « la chasse inhumaine et sanglante » qu’elle subit. Elle annonce qu’elle sera indéfinie, mais trois jours plus tard, elle est évacuée en ambulance. Sa sœur l’a accompagnée pendant son emprisonnement.

Le ministère public de l’Audience nationale ouvre une procédure à l’encontre du dirigeant et de l’avocat de l’Union européenne. plainte pour agression sexuelle et coercition après le témoignage de Jenni Hermoso au siège du bureau du procureur général.

A lire aussi  Le juge n'est pas en mesure d'identifier l'auteur des insultes racistes présumées à l'encontre de Vinícius à Pampelune.

EFE


29 août

Le Consejo Superior de Deportes (CSD) a transmis au Tribunal Administrativo del Deporte (TAD) les informations nécessaires à l’ouverture d’une procédure contre Rubiales pour « infraction très grave » dans les événements qui se sont déroulés dans le stade, car il considère qu’il s’agit d' »abus d’autorité » et d' »actes contraires à la dignité et à la bienséance sportive ».

31 août

Le TAS considère qu’il ne s’agit pas d’une infraction « très grave », mais seulement d’une infraction « grave ». Cette réduction empêche le gouvernement de suspendre Rubiales, qui risque une amende financière et une disqualification maximale de deux ans.

Au nom du féminisme, on ne devrait pas essayer d’abattre un homme », déclare Rubiales dans un communiqué, insistant sur le fait que le baiser était « un acte mutuel et consensuel, le produit d’un grand enthousiasme ». À aucun moment, il n’y a eu d’agression, ni même la moindre gêne, mais plutôt une joie débordante chez l’un comme chez l’autre. La RFEF lui a retiré son salaire, sa voiture de fonction et ses appareils électroniques.

1er septembre

Luis de la Fuente, le sélectionneur national, confirmé dans ses fonctions par Pedro Rocha, s’excuse pour les applaudissements avec lesquels il a célébré le discours de Rubiales le 25 septembre. Il l’a décrit comme « une erreur humaine ». lorsqu’il a été « dépassé » par les événements.

Gianni Infantino, le président de la FIFA, écrit sur Instagram : « Malheureusement, la célébration bien méritée de ces magnifiques champions a été gâchée par ce qui s’est passé après le coup de sifflet final. Et ce qui a continué à se produire dans les jours qui ont suivi. Cela n’aurait jamais dû se produire. Mais c’est arrivé, et les organes disciplinaires de la FIFA ont immédiatement assumé leurs responsabilités et pris les mesures qui s’imposaient. Les procédures disciplinaires suivront leur cours légitime.

A lire aussi  Ancelotti s'en prend à Xavi : "Je serais heureux de gagner la finale même si nous ne la méritons pas.

2 septembre

Le gouvernement demande au TAS de suspendre Rubiales à titre conservatoire car l’affaire « affecte l’image du sport espagnol et de l’Espagne ». Pedro Sánchez lui reproche la même chose : « On ne peut pas aspirer à représenter l’Espagne avec des attitudes et des discours qui nous embarrassent ».

4 septembre

Les capitaines de l’équipe nationale (Álvaro Morata, Rodrigo, Azpilicueta et Marco Asensio) présentent une déclaration lue par Morata. Ils félicitent leurs coéquipiers pour le titre de champion du monde, expriment leur solidarité avec eux pour avoir vu leur succès « terni », rejettent le « comportement inacceptable » de Rubiales et demandent de se concentrer sur les « questions sportives ».

5 septembre

Jorge Vilda limogé de son poste de sélectionneur de l’équipe féminine, bien que l’on considère que l’entraîneur a été renouvelé après l’annonce publique de Rubiales le 25 août. Il est remplacé par Montse Tomé des Asturiesson bras droit ces dernières années.

EFE


8 septembre

Le parquet de l’Audiencia Nacional dépose une plainte contre l’ex-président pour un délit présumé de agression sexuelle et coercition après avoir entendu la déclaration d’Hermoso le 5 septembre devant le procureur et accompagnée de son avocat. La footballeuse a confirmé que le baiser avait eu lieu sans son consentement. Elle a également déclaré avoir été victime de « pressions constantes » et même de « harcèlement » pour qu’elle n’accuse pas Rubiales.

11 septembre

Après minuit, la RFEF a publié un communiqué confirmant que « Luis M. Rubiales Béjar a présenté ce soir sa démission. Il en a informé la fédération dans une lettre adressée à Pedro Rocha Junco. En outre, il a également démissionné de son poste de vice-président de l’UEFA.

Auteur/autrice