Le juge accuse le Barça de corruption dans l’affaire Negreira.

Le juge à Barcelone Joaquín Aguirre, instructeur de l' »affaire Negreira » sur les paiements effectués par le FC Barcelona à l’ancien arbitre José María Enríquez Negreira, a rendu jeudi une ordonnance dans laquelle il attribue le délit de corruption à l’équipe du FC Barcelona et aux autres personnes faisant l’objet de l’enquête, y compris les anciens présidents du club Josep Maria Bartomeu et Sandro Rosell, considérant que la Fédération royale espagnole de football (RFEF), dont dépend le Comité technique des arbitres, est une entité qui exerce des fonctions à caractère public. Ainsi, il soutient qu’Enríquez Negreira « a exercé des fonctions publiques » en tant que vice-président de ladite commission. Pour cette raison, il l’assimile à un fonctionnaire à des fins pénales en introduisant ce délit. Le processus judiciaire est censé se dérouler selon la loi du jury et ce serait un tribunal populaire qui déciderait de la culpabilité ou de l’innocence de l’accusé. De plus, ce type d’infraction ne nécessite pas la preuve du trucage des matches et les paiements effectués par les Bleus et les Blancs ont déjà été prouvés.

Le tribunal souligne dans l’ordonnance, à laquelle EL PERIÓDICO, qui fait partie du groupe Prensa Ibérica, a eu accès, qu’Enriquez Negreira a « participé à l’exercice de fonctions publiques ». pendant la période où il était également rémunéré par le FC Barcelone. L’ancien arbitre a reçu, par l’intermédiaire de ses sociétés ou de celles de son fils, plus de sept millions d’euros sur une période de 18 ans. Le magistrat affirme qu’en outre, le club catalan a cessé de le rémunérer lorsqu’il a quitté son poste de vice-président de la commission technique. Pour cette raison et « à titre indicatif », le juge indique que les paiements ont été effectués en réponse à la position que l’arbitre occupait au sein de l’organisme qui régule l’arbitrage dans le football espagnol.

A lire aussi  Un ancien joueur condamné à un an et neuf mois de prison pour avoir vendu de faux billets du Barça pour la Ligue des champions et le Clásico

Le juge affirme qu’un vice-président de la Commission technique des arbitres, « en tant que personne exerçant des fonctions publiques, doit être impartial et avoir un traitement égal avec toutes les équipes, c’est pourquoi il est incompatible avec l’exercice naturel de sa fonction qu’il reçoive une importante rémunération annuelle sans un contrat qui lui serve de support pour exercer une fonction de contrôle des arbitres qui ont géré le FC Barcelone et qui étaient sous l’orbite » de son autorité.

Actes contraires à sa fonction

Selon lui, Enriquez Negreira a effectué des actes, « qu’il s’agisse de rapports verbaux ou écrits », contraires aux fonctions inhérentes à son poste, car il est « inadmissible » qu’un vice-président de cette commission « conseille une équipe spécifique de première division et qu’il ait donné ces conseils en réponse aux sommes qui lui sont versées annuellement » par les Bleus et Blancs. La décision du tribunal ajoute que les paiements effectués à l’ancien directeur de l’arbitrage et à son fils étaient « pour accomplir des actes liés à sa fonction », soit en raison de son « influence » ou de son « ascendant » sur les autres membres de la commission technique, « soit parce qu’il donnait des points aux arbitres conditionnant leur promotion ou leur relégation » ou « soit en raison de son influence générale » en tant que vice-président.

L’ordonnance précise que « même si une autre ou d’autres équipes avaient également effectué des paiements similaires », le comportement du Barça « continuera à présenter des signes de délit », car « … ».la répétition d’un acte illicite par d’autres clubs« ne le rend pas « licite », car « constubre (ce qui n’a pas été prouvé) ne rend pas un acte licite ». S’il était prouvé que d’autres entités ont agi de la même manière, « des poursuites pénales devraient être engagées contre elles, au lieu de classer l’affaire contre le FC Barcelone », ajoute-t-il. Le magistrat en déduit que les paiements « ont produit les effets arbitraux souhaités » par le club, « de telle sorte qu’il a dû y avoir une inégalité dans le traitement des autres équipes et la corruption systémique qui en découle dans l’ensemble de l’arbitrage espagnol ».

A lire aussi  Le PSG veut envoyer Neymar à Al-Hilal

Corruption dans le sport

Dans une ordonnance détaillée, citant non seulement des décisions espagnoles, mais aussi celles de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), le juge Aguirre souligne que la RFEF « a le caractère d’une entité juridique publique », malgré le fait que « juridiquement, elle est appelée une entité privée », car elle exerce des fonctions « publiques », telles que la réglementation des compétitions de football. Les tâches de l’organisation de l’arbitrage sont donc « de nature publique ».

L’avocat rappelle un arrêt de la Cour suprême qui identifie comme auteur possible du délit de corruption toute personne qui « participe à l’exercice d’une fonction publique, en incluant dans cette expression non seulement les agents publics, mais toutes les autres personnes qui, pour quelque raison que ce soit, exercent effectivement une fonction publique ». Selon lui, cette « formulation générale et large », l’intérêt social « est sauvegardé contre le comportement de toutes les personnes qui, alors qu’elles devraient remplir leurs fonctions publiques, ne le font pas en raison des actes de corruption qu’elles ont commis ».

L’ordonnance précise que « même si une autre équipe ou d’autres équipes avaient également effectué des paiements similaires ».Le comportement du Barça « continuera à présenter des signes d’infraction pénale ».

Corruption

Le juge fait allusion au fait que l’exposé des motifs de la réforme de 2010 qui a introduit le délit de corruption sportive dans le Code pénal, qui est maintenant laissé comme une alternative à la corruption, indique que « les entreprises privées qui fournissent des services publics seront soumises à la discipline pénale de la corruption ». Le juge souligne qu’à son avis « nous ne sommes pas en présence d’un délit de corruption sportive entre particuliers ».mais plutôt d’un délit de corruption, qui punit ceux qui demandent, acceptent ou offrent de l’argent, des cadeaux ou des faveurs en échange d’un acte lié à l’exercice d’une fonction publique. En ce sens, elle fait la distinction entre la corruption passive (Enríquez Negreira et son fils) et la partie active, celle attribuée au reste des accusés, y compris le FC Barcelone lui-même.

A lire aussi  Laporta : "Nous sommes toujours une référence en Europe et, si nous nous renforçons bien, nous pouvons gagner la Ligue des champions".

Le magistrat souligne que le « courant doctrinal moderne » met « l’accent sur la nécessité de poursuivre avec des instruments pénaux toutes les activités qui révèlent la corruption des agents publics et mettent en danger la crédibilité démocratique du système administratif de l’État ». Il souligne que « dans cette perspective, la tendance est à une politique unitaire qui cherche à uniformiser tous les comportements qui sont l’expression d’un comportement corrompu », tout en soutenant que tous les types de pots-de-vin sont des « manifestations de ce fléau de la corruption qui affecte le bon fonctionnement de l’administration ».

Auteur/autrice