L’équipe nationale espagnole fait un « haka » malheureux à l’entraînement

À quelques jours de la Coupe du monde, l’équipe nationale de football féminin est au cœur d’une controverse. Dans le cadre de la premiers entraînements, quatre joueurs (Misa Rodríguez, Jenni Hermoso, Salma Paralluelo et Laia Codina) ont été montrées en train de faire une haka. Ce type d’art de la performance est typique de la culture maorie et cela a réveillé les colère de ceux de Nouvelle-Zélande.

Ce geste suscite la controverse dans la culture dominante, qui y voit une moquerie.


Il s’agit d’une danse de défi, qui est souvent utilisée dans la guerres ou les affrontements sportifsmais aussi pour honorer les invités et montrer l’importance d’un rassemblement ponctuel, tel qu’un anniversaire, un mariage ou des funérailles. La scène a été filmée dans une vidéo que la Fédération espagnole a publiée et qui a été retirée en raison de la controverse qu’elle a suscitée.

L’image est est devenue virale sur les réseaux sociaux, repris par Nouvelle-Zélandequi le considérait comme un moquerie à l’égard d’un aspect important de leur culture. Ainsi, les footballeuses ont reçu critiques même de la part des médias locaux et internationaux.

L’intention des protagonistes n’était pas de se moquer la culture néo-zélandaise. Cependant, la nouvelle a atteint les plus hautes sphères du football international et l’équipe nationale de football de la Nouvelle-Zélande s’en est trouvée affectée. Les responsables de la FIFA ont contacté par téléphone les responsables de la RFEF pour leur transmettre les mécontentement généré. Malgré cela, ni les joueurs, ni l’entité espagnole n’ont été prononcés sur le sujet.

A lire aussi  Pourquoi Mateu Alemany reste à Barcelone

Toutefois, l’Espagne n’est pas la seule accusé d’avoir fait un « haka » mal interprété, alors que les joueuses de la Pays-Bas ont également pris des mesures similaires.

Auteur/autrice