Les « retours » économiques de Séville dans sa septième Europa League

Deux buts encaissés d’entrée de jeu contre United à Manchester, le but de la Juventus à la 70e minute du match retour de la demi-finale et l’avance de l’AS Roma à la mi-temps de la finale n’ont pas été les seules remontées du FC Séville lors de sa septième victoire en Europa League.

Le seul club espagnol à ajouter un titre continental à son palmarès cette saison a également dû faire amende honorable, car ses trois derniers adversaires étaient des clubs qui dépassaient largement le budget de 243 millions d’euros de Séville pour l’exercice 2022/23.

La Roma appartient au magnat américain de l’automobile Dan Friedkin, qui a acquis en 2020 la majorité des parts de son compatriote James Pallotta pour 590 millions d’euros et qui, après deux années d’investissements massifs dans les transferts, a réduit la saison dernière son budget annuel à 402 millions d’euros, soit 60 % de plus que celui du FC Séville.

Son adversaire en demi-finale, la Juventus, appartient à la société commerciale Exor, propriété de la famille Agnelli (Fiat, Alpitour, Ferrari, The Economist…), a dépensé plus de 100 millions en transferts l’été dernier et dispose d’un budget annuel de plus de 500 millions.

Ils ont éliminé en quart de finale Manchester United, qui est historiquement le club le plus riche du monde, notamment depuis que la famille américaine Glazer l’a racheté en 2005 pour près de 800 millions de livres sterling (plus d’un milliard d’euros).

Au cours de la saison actuelle, les frères new-yorkais ont plus que quadruplé la valeur de l’entreprise dans les négociations de vente qu’ils ont entreprises en parallèle avec le cheikh qatari Jassim bin Hamad Al Thani et l’homme d’affaires britannique Jim Ratcliffe, propriétaire d’INEOS, une multinationale de la chimie.

A lire aussi  Vinícius, "cours magistral" sur ce qu'il ne faut pas faire sur un terrain de football

Au cours des dix dernières années, Manchester United a dépensé le plus d’argent au monde sur les transferts, environ 1,7 milliard d’euros, dont 282 millions l’été dernier, et a géré un budget de dépenses de près de 800 millions pour la saison 22/23, soit trois fois plus que le FC Séville.

Auteur/autrice