L’ex-footballeur Roger G. Junyent gagne sa bataille juridique avec les banques et obtient l’annulation de son prêt hypothécaire multidevises.

L’ex-footballeur du F.C. Barcelona, du Villarreal CF, du RCD Espanyol et de l’Ajax Amsterdam Roger García Junyent a gagné devant la Cour suprême la bataille juridique qu’il menait contre la Banco Bilbao Vizcaya (BBVA) pour le prêt hypothécaire multidevises qu’il avait contracté en 2006 auprès de la Caixa Terrassa, aujourd’hui BBVA. Dans un arrêt publié le 22 février 2023, auquel EL PERIÓDICO DE ESPAÑA, qui fait partie du groupe Prensa Ibérica, a eu accès, la Cour Suprême a déclaré que l’homme d’affaires n’avait pas besoin d’un prêt hypothécaire multidevises. la nullité des clauses multidevises et de l’extension des garanties du prêt hypothécaire signé par l’ancien joueur..

Les faits remontent au 3 avril 2006, date à laquelle García Junyent a signé un contrat de prêt hypothécaire avec Caixa de Terrassa (aujourd’hui BBVA), par lequel il a l’emprunteur a reçu 1 106 534 francs suisses, soit 700 000 euros.. Dans l’une des clauses, à savoir la huitième, il était précisé « que si la monnaie convenue était réévaluée par rapport à l’euro de plus de 10 % », le débiteur serait tenu de présenter en faveur de la banque « des garanties supplémentaires au présent contrat, réelles ou personnelles, les siennes ou celles de tiers, qui soient suffisantes selon l’appréciation rationnelle de la banque ». La clause impliquait que si le client n’apportait pas la garantie, la banque pouvait mettre fin au prêt de manière anticipée et exiger le remboursement intégral du capital restant dû.

Le 11 octobre 2016, l’ancien footballeur a intenté une action en justice contre BBVA afin d’obtenir une déclaration de nullité partielle du prêt hypothécaire en ce qui concerne les clauses relatives à l’option multidevise,  » avec un prononcé de conversion du solde restant dû du prêt en euros, en appliquant l’intérêt variable référencé à l’Euribor avec un différentiel de 0,60 % « . En outre a demandé la nullité des clauses d’échéance anticipée pour défaut de paiement.et des intérêts de retard ainsi que l’extension de la garantie pour cause d' »abusivité ».

A lire aussi  Luis Suárez, l'architecte qui a donné à l'Espagne son Ballon d'Or, meurt

Initiative du joueur

Le tribunal de première instance a partiellement fait droit à la demande de García Junyent, qui était également entraîneur adjoint de l’équipe de France de football. Celta de Vigomais a refusé d’annuler la clause multidevises. García Junyent a de nouveau fait appel, mais l’Audiencia Provincial a de nouveau rejeté sa demande. Dans son arrêt, la Cour souligne que l’initiative de contracter ce type d’hypothèque revient au joueur lui-mêmequi, « sur la recommandation d’un ami et de l’agent immobilier qui gérait l’achat de sa maison, a approché le défendeur pour souscrire un tel produit ».

Dans sa déposition devant le tribunal, l’ancien footballeur de Culé, dont la a également joué pour le Barça et l’Espanyol.a déclaré qu’il n’avait pas reçu d’informations spécifiques sur le type d’hypothèque, mais seulement que « … l’hypothèque n’était pas une hypothèque… ».il serait en devise étrangère et que ce serait un produit très avantageux puisqu’il paierait moins cher.« . Bien qu’il ait indiqué qu’il savait que les devises fluctuaient, il a nié savoir comment elles pouvaient affecter son prêt hypothécaire et a affirmé qu’il n’avait aucune expérience dans ce domaine. Il a en outre fait valoir qu’il avait contracté l’hypothèque en raison de sa « confiance » dans sa banque et dans l’ami qui l’avait conseillé. Enfin, il a ajouté que chaque trimestre, il « faisait des calculs pour verser de l’argent sur le compte hypothécaire, initialement entre 8 000 et 9 000 euros, et jusqu’à 15 000 euros ».

Le directeur du bureau où le prêt a été contracté a déclaré avoir informé García Junyent des conditions du contrat, mais il n’a pas été en mesure de préciser de quelle manière ni à quelles conditions, si ce n’est que la monnaie pourrait fluctuer, et apparemment sans aucune référence au fait que cela pourrait avoir une incidence sur le capital. L’Audiencia, cependant, a considéré qu’il était prouvé que l’emprunteur avait été suffisamment informé..

A lire aussi  Le football a cessé d'être du football il y a longtemps

La Cour Suprême

L’ancien joueur s’est alors tourné vers la Cour suprême, la dernière juridiction, qui lui a donné raison. S’appuyant sur des arrêts de la Cour de justice de l’Union européenne, la Cour suprême rappelle dans son arrêt que les institutions financières doivent fournir aux emprunteurs des « informations suffisantes ». pour leur permettre « de prendre des décisions éclairées et prudentes et de comprendre au moins les effets sur les remboursements d’une forte dépréciation de la monnaie légale de l’État membre de résidence de l’emprunteur et d’une augmentation du taux d’intérêt étranger ».

En outre, le professionnel de la banque doit également expliquer les variations possibles des taux de change et les « … ».les risques inhérents à la souscription d’un prêt en devises », qui sont très élevés.car le taux de change de la monnaie choisie est utilisé non seulement pour le montant en euros des versements périodiques, mais aussi pour fixer le montant en euros du capital à rembourser, « de sorte que la fluctuation de la monnaie signifie un recalcul constant du capital prêté ». En d’autres termes, si la monnaie s’est appréciée par rapport à l’euro, l’emprunteur peut non seulement devoir payer des échéances plus élevées, mais aussi devoir au prêteur un capital en euros plus élevé que celui prévu lors de la souscription du prêt.

Recommandation d’un ami

Bien que la Cour ait accordé de l’importance au fait que le le plaignant a déclaré qu’il « connaissait mieux le produit grâce à un ami qui le lui avait recommandé ».La Cour suprême insiste dans son arrêt, où elle conclut que l’ancien footballeur n’a pas reçu « l’information précontractuelle nécessaire pour que l’emprunteur soit suffisamment conscient de la nature et des risques encourus ».

A lire aussi  Bordalás revient sur son départ de Valence : "C'était l'un des effectifs les plus faibles de ces dernières années".

« Un consommateur moyen, normalement informé et raisonnablement attentif et avisé, peut savoir que les échéances d’un prêt libellé en monnaie étrangère, mais dont les paiements effectifs sont effectués en euros, peuvent varier en fonction des fluctuations du taux de change. Mais ce consommateur ne sait pas nécessairement, en l’absence d’informations adéquates, que la variation du montant des échéances due à la fluctuation de la monnaie peut être considérable au point de mettre en péril sa capacité à faire face aux paiements » conclut l’arrêt, qui annule les clauses multidevises et donc l’extension des garanties du prêt hypothécaire, qui est consenti et amorti en euros.

Auteur/autrice