En 2022, Ayesa a réalisé un chiffre d’affaires de 649 millions d’euros, en hausse de 130 %, après une année « intensive » d’acquisitions.

L’entreprise prévoit de dépasser les 700 millions d’euros de chiffre d’affaires d’ici la fin de l’exercice en cours

MADRID, juin 14 (CALPA PARIS) –

La société de conseil en technologie Ayesa a clôturé l’année 2022 avec un chiffre d’affaires de 649 millions d’euros, en hausse de 130% par rapport à l’année précédente, après une année « intensive » d’acquisitions, a déclaré l’entreprise dans un communiqué.

L’entreprise a ainsi réussi à anticiper en quatre ans l’objectif de doubler son chiffre d’affaires et envisagé dans son plan d’investissement.

« Nous avons vécu une année de transformation grâce à des opérations de M&A (fusions et acquisitions) qui nous ont permis d’occuper une position privilégiée dans le monde des TI (technologies de l’information) et de l’ingénierie pour continuer à apporter nos connaissances à nos clients », a déclaré le directeur général d’Ayesa, José Luis Manzanares.

En incluant dans la comparaison d’une année sur l’autre toutes les entreprises incorporées au groupe suite au processus de fusions et acquisitions réalisé au cours de l’année dernière – Ibermática, ByrneLooby et M2C – qui a été stimulé par l’investissement majoritaire de A&M Capital Europe dans Ayesa, les résultats montrent une augmentation organique de 8,6 % des ventes.

En ce sens, l’excédent brut d’exploitation (Ebitda) de la société en 2022 a atteint 50,2 millions d’euros, en hausse de 109,16% par rapport aux 24 millions d’euros enregistrés en 2021.

 » L’international reste un bastion du groupe, même si son poids sur le total se réduit du fait de l’intégration d’Ibermática, qui concentre son chiffre d’affaires sur le marché domestique. Ainsi, le pourcentage du chiffre d’affaires réalisé à l’étranger s’élève à 31%, bien que dans des services tels que l’ingénierie, la proportion reste très élevée, à environ 80% », a souligné l’entreprise.

A lire aussi  L'IPC augmente de huit dixièmes de point de pourcentage en avril pour atteindre 4,1% et l'alimentation modère sa croissance à 12,9%.

En ce qui concerne la répartition géographique du chiffre d’affaires, la stratégie visant à « équilibrer le poids à l’étranger » et l’engagement sur les marchés anglo-saxons a permis à l’Europe (hors Espagne) d’occuper la première place, avec 15 % du chiffre d’affaires, suite à la consolidation de l’activité au Royaume-Uni et en Irlande grâce à l’acquisition de ByrneLooby engineering et à la croissance de la Pologne dans le domaine des systèmes de transport et d’énergie.

L’Amérique latine, où Ayesa se développe depuis deux décennies et possède des bureaux dans neuf pays, représente 9 % du chiffre d’affaires, tandis que le reste du monde, qui comprend le Moyen-Orient et l’Asie (principalement l’Inde), représente 6,6 % du total.

« En 2023, nous continuerons à nous concentrer sur l’amélioration de notre positionnement sur le marché, tant au niveau national qu’international. Dans ce dernier cas, nous chercherons de nouvelles opportunités sur les marchés où nous sommes déjà présents et nous mettrons l’accent sur les États-Unis en tant que zone d’expansion. Notre objectif est de dépasser le seuil des 700 millions d’euros de chiffre d’affaires d’ici 2023 », a assuré M. Manzanares.

Auteur/autrice