Luis Suárez, l’architecte qui a donné à l’Espagne son Ballon d’Or, meurt

Adieu à Luis Suárez Miramontes (La Corogne, 1935), une autre figure incontournable du football espagnol. Le premier joueur national à remporter un Ballon d’Or jusqu’à ce qu’Alexia Putellas ouvre sa voie victorieuse dans le football féminin. Suárez, « l’architecte », l’une des références incontestées du sport universel à une époque en noir et blanc où se distinguer n’était à la portée que des plus talentueux.

Né à La Corogne le 2 mai 1935, Suárez a fait les gros titres du football espagnol au Deportivo, l’équipe de sa ville natale, où il a joué jusqu’en 1954, lorsque le FC Barcelone il a mis la main dessus. En tant qu’Azulgrana, il a rempli son armoire à trophées. Au cours des sept saisons qu’il a passées sous le maillot du Barça, il a remporté deux titres de champion, deux Coupes des Foires et deux Coupes Generalissimo. Ce cyclone de jeunesse lui a permis de recevoir le Ballon d’or, d’être le premier et le seul joueur né en Espagne à remporter ce trophée..

Le premier Championnat d’Europe et les succès de l’Inter

Un mérite qui a échappé aux emblèmes de la génération dorée de l’équipe nationale comme Xavi o Iniesta, mais que Luis Suárez a atteint grâce à son sens inégalé de la compréhension du football. Un talent qui l’a amené à signer à l’Inter Milan en 1961. Avec les « nerazzurri », il remporte deux Coupes d’Europe, trois Scudetti et deux Coupes intercontinentales. sous la direction d’une autre légende de l’époque, Helenio Herrera.

A lire aussi  "L'arrivée de Messi m'a-t-elle changé ? Maintenant, j'ai le ballon".

Suárez a prolongé sa légende en faisant partie de l’équipe espagnole qui a remporté le premier Championnat d’Europe en 1964, un tournoi qui a inauguré l’histoire des grands trophées de l’équipe nationale.. Le défunt a été international à 32 reprises et a raccroché les crampons avec la Sampdoria en 1973. En Italie, où il est resté jusqu’à la fin de sa vie, il a commencé sa carrière en tant qu’entraîneur, prenant en charge ses anciennes équipes de l’Inter, de la Sampdoria, ainsi que de Côme et de Cagliari.

La frustration de son passage à Barcelone

Dès 1978, Luis Suárez retourne à son Deportivo pour entamer un voyage en Espagne, interrompu par les appels de l’Inter, le « cuore » de son sentiment footballistique auquel il a toujours été redevable. En 1980, il prend en charge le sEn 1980, il prend en charge l’équipe des moins de 21 ans de l’Espagne, où il restera jusqu’en 1988.. Dans le football d’entraînement, où il était une personnalité admirée et respectée, il a remporté le Championnat d’Europe de 1986, le premier de l’Espagne dans cette catégorie. Deux ans plus tard, il est promu à l’équipe senior, qu’il dirige jusqu’à la Coupe du monde 1990.

Une carrière riche en événements marquants pour un joueur en avance sur son temps. Même s’il n’a pas toujours reçu la reconnaissance qu’il méritait. Comme à Barcelone, où il n’a jamais atteint le statut social de Kubala.. « Ne te prends pas pour un as », lui dit même le Hongrois, alors que les deux hommes entretiennent de bonnes relations. Suárez, lui, a toujours une épine dans le pied lorsqu’il dit avoir été « ignoré » par les supporters des Bleus et Blancs.

A lire aussi  Le Betis cherche déjà un remplaçant à Marc Bartra

Le football devient de plus en plus orphelin

Heureusement pour Suárez, c’est en Italie qu’il trouve son habitat idéal. Son impact et ses performances ont été immédiats aux côtés de joueurs du calibre de Jair et Mazzola. Depuis Milan, il a continué, jusqu’à il y a quelques mois, à jouer en tant que remplaçant.omentariste pour les matches du Barça.ainsi que des équipes italiennes. Avec un style direct et cinglant, il donne des leçons qui restent.

Se lamenter sur les occasions comme s’il était sur le terrain et démontrer sa passion sincère pour un sport qui s’est effondré et qui se retrouve impuissant face à une nouvelle défaite. Un autre universel paradant sur le chemin des vestiaires. Comme ils l’ont fait il n’y a pas si longtemps Pelé, Maradona, Cruyff, Di Stéfano… Des changements sans remplacement qui laissent un football de plus en plus difficile à comprendre uniquement par la frappe et le maniement du ballon que ces représentants ont transformé en spectacle de masse.

Auteur/autrice