Ronaldinho, le joueur qui m’a fait sourire

Ronaldinho, lors de la présentation de l’équipe pour la campagne 2006-07.
Jordi Cotrina

Il s’agit d’une image emblématique, en particulier chez les culés : deux supporters du Real Madrid, debout, applaudissent un joueur du Barça au Santiago Bernabéu. Ils le font par admiration pour un brillant footballeur qui vient de faire une démonstration contre son équipe bien-aimée. Certes, ce qu’ils viennent de voir leur fait mal, et beaucoup mal, mais à ce moment-là, les couleurs n’ont plus d’importance. L’éternelle rivalité non plus. RonaldinhoLe protagoniste de ce jour-là, le génie avec le sourire, était un peu tout le monde, même s’il a porté le bleu et le blanc dans ses meilleures années. Le FC Barcelone a rappelé hier sur ses réseaux sociaux le passage à l’âge adulte de ce match, les 18 ans d’un Real Madrid-Barcelone qui est entré dans l’histoire pour les merveilles du footballeur brésilien. J’avoue, J’ai toujours eu une dévotion particulière pour lui, Il était capable d’embellir ma journée. Il jouait au football avec bonheur et avec un flair spectaculaire. Il était très bon, il avait tout. Technique, habileté, vitesse, force, imagination… Et il faisait des mouvements en filigrane, oui, mais toujours en respectant ses adversaires. Son football a complètement changé le Barça, il a redonné de la joie à une équipe triste et en crise éternelle.

Les fondations du Barça de Guardiola ont été bâties sur Ronaldinho. Il a été le ferment de tout ce qui allait suivre.. Avec lui à son meilleur niveau, l’équipe entraînée par Rijkaard a remporté la deuxième Ligue des champions de l’histoire du club, celle qui lui avait coûté si cher depuis celle qu’il avait mis tant de temps à gagner. a réalisé la « Dream team » à Wembley. Il a redonné le sourire à un vestiaire dont il était le leader incontesté grâce à son football, celui d’une équipe où Xavi, Iniesta… et Messi faisaient déjà leurs armes. Ronaldinho a parrainé le tout jeune Argentin, il était son idole, et ils entretiennent encore aujourd’hui une grande relation. Malheureusement, son dévouement au football n’a pas été exemplaire. Il s’est laissé aller, et Pep s’est passé de lui dès son arrivée. pour entamer l’ère dorée du Barça. Son héritage restera à jamais dans l’esprit de tous les fans du Barça et des amateurs de bon football. Il y a eu des joueurs meilleurs et plus réguliers qui sont restés plus longtemps au sommet. Mais Ronaldinho était différent, un homme heureux qui répandait l’optimisme. Dans un monde d’aigris, c’est lui qui m’a fait le plus plaisir.. Merci, crack.

A lire aussi  Oviedo se reprend aux dépens d'Eldense (1-3)

Table des matières

Notes

Las Vegas n’a pas été une fête pour Alonso. Le pilote Aston Martin a terminé neuvième sur le nouveau circuit du championnat du monde, où il n’a jamais été à l’aise. Malgré cela, il a déjà marqué 200 points. Une chose inimaginable avant le début de la saison.

Jorge Martín, presque au revoir au titre. Le pilote espagnol n’a quasiment aucune chance de devenir champion de Moto GP, mais il peut être fier de la saison qu’il a réalisée. L’année prochaine doit être son année.

Alcaraz, saison spectaculaire. Les derniers mois ont laissé un sentiment doux-amer, mais Carlos a gagné Wimbledon et a été numéro un mondial à seulement 20 ans. Il a des choses à améliorer, bien sûr, mais c’est un phénomène qui nous donnera beaucoup de joie.

L’éternelle crise du Real Zaragoza. Le début de saison prometteur a tourné au désastre. La sévère défaite contre Huesca à La Romareda doit être un tournant, il est temps de remonter la pente.

Auteur/autrice