Rubiales condamné à démissionner ou à être licencié

Une question d’heures. Soit il démissionne, non par conviction mais par pression sociale, soit il est licencié.. Il n’y a pas d’autre issue pour Luis Rubiales, désormais président de la Fédération Royale Espagnole de Football. A la tempête médiatique consécutive à son intolérable baiser non consenti avec Jenni Hermoso après la victoire de la Coupe du Monde à Sydney, s’ajoute bientôt une réponse politique. Et enfin institutionnelle. Le monde du football, y compris la FIFA, a tourné le dos à Rubiales pour son comportement lors des célébrations de la Coupe du monde.

Il restait à transcender – hier après-midi – une nouvelle image honteuse, cette fois-ci avec Athenea del Castillo que le manager tient sur ses épaules, un autre comportement sexiste après le baiser à Jenni qui avait déjà été qualifiée de « violence sexuelle » par la ministre de l’égalité en exercice, Irene Montero. Bref, une nouvelle démonstration compromettante du comportement intolérable d’un Rubiales qui n’a pas non plus su garder son sang-froid dans la tribune, où il avait auparavant célébré le titre en s’empoignant les parties intimes.

Les critiques des médias ont été suivies de pressions gouvernementales. Petit à petit, différents politiciens ont condamné l’acte machiste et misogyne de Rubiales. Le ministre de la Culture et des Sports par intérim, Miquel Iceta, a averti mercredi après-midi que si la RFEF ne prenait pas de mesures à l’égard du baiser, ce serait le gouvernement qui s’en chargerait, par l’intermédiaire du Consejo Superior de Deportes (CSD) qui agirait d’office. « Il faut prendre des décisions. Si la Fédération ne les prend pas, le CSD le fera ».

A lire aussi  Almeria met fin à sa série de 31 matches sans victoire

Rubiales, qui s’accroche à sa position, voit peu à peu tout se retourner contre lui. Le même mercredi après-midi, l’agence de représentation de Jenni Hermoso a publié un communiqué demandant des comptes. Auparavant, il avait déjà été révélé que les déclarations faites par la prétendue Jenni au lendemain du titre de championne du monde avaient été diffusées par la Fédération et ne correspondaient en rien à la joueuse.

De plus, Rubiales – et l’entraîneur Jorge Vilda – ont fait pression sur le joueur pour qu’il sorte avec le manager dans la vidéo dans laquelle Rubiales demandait pardon. publiquement pour son comportement. Hermoso a refusé. Ivanna Andrés, capitaine de l’équipe nationale, a fait de même. Rubiales a insisté et fait pression sur les familles des deux hommes pour qu’ils apparaissent dans sa vidéo, le meilleur « moyen », selon lui, de résoudre le conflit.

Réactions en chaîne demandant le départ de Rubiales

Des réactions institutionnelles ont suivi. Bien que Rubiales ait déjà élaboré un plan prévoyant une suspension temporaire de son poste à titre de précaution, il n’a pas été en mesure de prendre ses fonctions.L’AFE doute que l’Assemblée de la RFEF, convoquée pour vendredi, puisse approuver ce plan.. « Je doute que l’Assemblée serve » David Aganzo, président de la RFEF, a déclaré :  » L’exemple que nous avons donné au niveau international est très dur. « L’exemple que nous avons donné au niveau international est très dur et ce comportement machiste et misogyne est totalement répugnant et n’a pas sa place dans les valeurs du sport », a-t-il déclaré.

A lire aussi  La valeur marchande de l'équipe d'Eldense est de 8,5 millions d'euros.

La F League – la plus haute compétition féminine en Espagne au niveau des clubs.– avait déjà demandé la disqualification du président pour son « comportement honteux ». tandis que Pedro Sánchez, premier ministre en exercice, l’avait déjà poussé vers le précipice : « Les excuses ne suffisent pas après son comportement inacceptable ».

Le coup de la FIFA : le dossier de la Commission de Discipline

Il manquait le « coup de grâce », il est arrivé ce matin. La FIFA a également ouvert un dossier contre Rubiales par le biais de sa Commission de Discipline (elle ne l’avait pas encore fait en raison des délais), ce qui a finalement fait comprendre à Rubiales et à son conseil d’administration que la fin de son mandat était imminente et qu’ils n’avaient pas grand-chose (ou rien) à faire pour sortir de cette crise « en vie ».

Une tentative ratée de s’accrocher au poste

Le « coup » de Rubiales – disqualification pour deux mois et retour futur à la présidence – tombera de lui-même. La logique veut que la pression finisse par avoir raison des autorités territoriales qui, pour l’instant, se taisent. C’est le cas de la Fédération valencienne (FFCV), représentée par Salva Gomar. Le président de la FFCV de Valence, proche de Rubiales comme le reste des directeurs régionaux, se tait pour l’instant, attendant que les événements se produisent. Il assistera à la réunion, comme l’a appris Superdeporte, mais ne rendra pas publique sa position.

Quel que soit le soutien qu’il pourrait obtenir, si Rubiales ne démissionne pas, la CSD agira. comme l’a prévenu Iceta. Il n’y a pas d’autre choix que de partir avant d’être licencié ou s’accrocher au poste et en subir les conséquences, qui peuvent être bien pires en termes de réputation du manager.

A lire aussi  La famille de Sergio Rico appelle à la prudence lorsqu'il s'agit de parler de son état de santé délicat

Il ne semble pas non plus qu’il puisse obtenir le soutien des clubs pour se légitimer. Super a avancé ce matin que Villarreal ne participera pas à l’Assemblée. Ils considèrent que ce n’est pas acceptable. Certains clubs ont été convoqués à l’assemblée, mais le conseil d’administration de l’équipe « groguet » n’y assistera pas en raison de la position susmentionnée du club.

ELe Valencia CF n’a pas le droit d’être présent car il n’est pas membre de l’assemblée. Cependant, des sources officielles du club nous rappellent que sa position vis-à-vis de la RFEF et de Rubiales a toujours été claire.. La répartition économique de la Supercopa de España a déjà généré des frictions dès le début du mandat de l’ex-footballeur de Motril. Elche lui tournera également le dos et Levante, pour le moment, considère – bien qu’il soit membre de l’assemblée – que d’autres devraient prendre position, et a donc décidé de « regarder ailleurs ».

Auteur/autrice