25 % des PME mettraient en place une semaine de travail de quatre jours, selon Hiscox

MADRID, 29 août (CALPA PARIS) –

25,4 % des PME espagnoles envisagent d’introduire une semaine de travail de quatre jours, une mesure qui se distingue de celles prises par les entreprises pour retenir les talents, selon les informations de la compagnie d’assurance Hiscox.

Cependant, selon les données publiées par le ministère de l’industrie, seules 41 entreprises ont demandé à bénéficier du programme d’aide aux PME pour promouvoir la semaine de travail de quatre jours.

En fait, le rapport Hiscox révèle que 54,8 % des PME espagnoles n’ont pas entendu parler de cette initiative. Parmi celles qui ont entendu parler de cette subvention, 45,2 % « ne la considèrent pas comme intéressante » et n’envisagent donc pas d’en faire la demande.

UN DÉFI POUR LES PME

Hiscox a souligné que le modèle de la semaine de travail de quatre jours constitue un défi majeur pour les entreprises qui souhaitent le mettre en œuvre. De plus, dans le cas des PME, qui disposent de moins de personnel et d’un budget plus restreint que les grandes entreprises, ce défi est encore plus grand.

Ainsi, 66,3 % de ces entreprises ont recours à d’autres avantages pour attirer et retenir les talents. Parmi eux, 76,6 % proposent des horaires de travail flexibles, 30,9 % facilitent le télétravail, 23,1 % offrent des plans de formation et 14,1 % proposent une assurance maladie.

Le directeur de la distribution et des ventes de Hiscox Espagne, Miguel Ángel Aguilar, a souligné que dans le contexte actuel, marqué par la crise climatique et la réorganisation des priorités des travailleurs, « nous avons besoin d’un nouveau modèle de production et d’entreprises qui conçoivent le bien-être des travailleurs comme faisant partie de leur raison d’être ».

A lire aussi  Selon CBRE, le secteur du logement a été le premier à investir dans l'immobilier au cours du premier semestre.

L’expert a ajouté que la semaine de travail de quatre jours répond à ce défi, « mais pose en même temps de nouveaux défis » aux PME du pays.

Auteur/autrice