Aramco gagne 37 % de moins au deuxième trimestre en raison de la chute des prix du pétrole

MADRID, 7 août (CALPA PARIS) –

Saudi Aramco, la plus grande compagnie pétrolière du monde, a enregistré un bénéfice net attribuable de 29,035 milliards de dollars (26,363 milliards d’euros) au deuxième trimestre 2023, soit une baisse de 37,3 % par rapport au résultat record enregistré par la compagnie au cours de la même période de 2022, en raison de la correction des prix du pétrole brut et de l’ajustement des marges de raffinage.

Les recettes d’Aramco entre avril et juin ont atteint 119,552 milliards de dollars (108,55 milliards d’euros), soit 30,8 % de moins que les recettes de la même période de 2022.

Malgré la baisse de ses résultats, la compagnie pétrolière saoudienne a fait part de son intention de distribuer 19,509 milliards de dollars (17,714 milliards d’euros) de dividendes, soit 4% de plus qu’un an plus tôt.

Ainsi, sur les six premiers mois de l’année, le bénéfice net attribuable à Aramco est tombé à 60,361 milliards de dollars (54,806 milliards d’euros), soit 28,3 % de moins que le résultat affiché par la compagnie pétrolière saoudienne au premier semestre 2022.

Le chiffre d’affaires de la compagnie pétrolière au mois de juin s’est élevé à 242,174 milliards de dollars (218,888 milliards d’euros), en baisse de 22% par rapport à l’année précédente, tandis qu’elle dépensera 39,016 milliards de dollars (35,426 milliards d’euros) en dividendes au premier semestre de l’année, en hausse de 4%.

« Nous avons l’intention de commencer à distribuer notre premier dividende lié à la performance au cours du troisième trimestre », a annoncé le ministre de l’Économie et des Finances.
Amin H. Nasser, président-directeur général d’Aramco, qui a souligné que la vision à moyen et long terme de la société restait inchangée.

A lire aussi  L'Ibex 35 clôture avec une baisse de 0,37% mais maintient les 9 200 points malgré la performance de BBVA.

« Avec la reprise attendue de l’économie mondiale et l’augmentation de l’activité dans le secteur de l’aviation, des investissements continus dans des projets énergétiques seront nécessaires pour sauvegarder la sécurité énergétique », a-t-il déclaré.

Auteur/autrice