Arm, détenue par Softbank, dépose une demande d’introduction en bourse sur le Nasdaq à New York

MADRID, 22 août (CALPA PARIS) –

Le concepteur britannique de microprocesseurs Arm, propriété du conglomérat japonais Softbank, a déposé une demande d’introduction en bourse sur le Nasdaq de New York auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) américaine.

Plus précisément, la société a expliqué qu’elle avait déposé auprès de la SEC une demande d’introduction en bourse d’American Depositary Shares (ADS) représentant ses actions ordinaires.

La société technologique britannique, qui a demandé que les ADS soient cotées au Nasdaq sous le symbole « ARM », a précisé que le nombre d’ADS à offrir et la fourchette de prix de l’offre proposée n’ont pas encore été déterminés.

Raine Securities agira en tant que conseiller financier dans le cadre de l’offre proposée par Arm, tandis que Barclays, Goldman Sachs, J.P. Morgan et Mizuho agiront en tant que co-chefs de file pour la transaction.

L’offre est soumise aux conditions du marché et à d’autres hypothèses, ainsi qu’à l’achèvement du processus d’examen de la SEC.

Selon le Financial Times, le conglomérat japonais SoftBank a conclu un accord pour acquérir les 25 % de parts qu’il ne contrôle pas directement dans Arm, ce qui valoriserait la société à plus de 60 milliards de dollars (55,164 milliards d’euros) avant son entrée en bourse imminente, prévue en septembre.

SoftBank évalue la participation de 25% dans Arm détenue par son Vision Fund à environ 15 milliards de dollars (13,791 milliards d’euros), soit environ le double du prix payé par le véhicule d’investissement, qui comprend également l’Arabie saoudite, lorsqu’il a acquis la participation en 2017.

En 2016, SoftBank a payé 32 milliards de dollars (29,421 milliards d’euros) pour prendre le contrôle d’Arm.

A lire aussi  L'Ibex 35 perd 2 % en une semaine en raison des craintes de taux d'intérêt élevés à long terme, mais se maintient à 9 200 points.

Le conglomérat japonais a commencé à préparer l’introduction en bourse d’Arm après que la pression des régulateurs a fait échouer la vente de l’entreprise à Nvdia, qu’il a acceptée en 2020 pour 40 milliards de dollars (36,776 milliards d’euros).

Auteur/autrice