Calviño rejette l’obligation hypothécaire de Díaz : « Donner de l’argent public aux banques n’est pas la solution ».

Elle attribue le nombre réduit de bénéficiaires des mesures de soutien hypothécaire à la « bonne progression de l’économie et de l’emploi ».

MADRID, 26 juin (CALPA PARIS) –

La première vice-présidente du gouvernement et ministre de l’Économie, Nadia Calviño, a rejeté lundi la proposition de la deuxième vice-présidente et dirigeante de Sumar, Yolanda Díaz, visant à établir une obligation extraordinaire de 1 000 euros pour aider les familles vulnérables à payer leurs hypothèques face à la forte hausse des taux d’intérêt.

M. Calviño, dans des déclarations à RNE reprises par Europa Press, a souligné « qu’il ne peut être question d’utiliser l’argent public » pour le donner aux banques, mais que ce sont les institutions financières qui doivent fournir des mesures d’aide et de soutien aux citoyens.

Le premier vice-président a rappelé que l’injection d’argent public dans les banques « a été la solution du PP lors de la précédente crise financière » et « qu’il n’y a pas de retour en arrière possible ».

« Ce que nous voulons, c’est que les banques paient pour les mesures d’allègement et de soutien à l’économie et aux citoyens. Je pense que c’est juste et que c’est ce que nous devons faire. C’est notre modèle de réponse de politique économique, qui est très différent de celui que nous avons connu après la grande crise financière. Là, les banques ont été sauvées et nous avons sauvé les entreprises, les citoyens et les travailleurs. C’est notre approche et je crois que nous devons éviter toutes les mesures qui redonnent de l’argent aux banques », a-t-il expliqué.

Mme Calviño a rappelé qu’elle rencontrait cette semaine des représentants des usagers des banques, des personnes âgées et des associations patronales des banques, afin de voir comment évoluent les codes de bonnes pratiques signés avec les institutions financières et qui concernent le traitement des personnes âgées et handicapées, la couverture à 100 % du territoire par des services financiers en face à face et l’aide aux familles les plus touchées par la hausse des hypothèques.

A lire aussi  L'année prochaine, 41 % des transferts de mobiles en Espagne se feront d'un opérateur traditionnel vers un opérateur "low cost".

À cet égard, la première vice-présidente a indiqué que, lors de cette réunion, elle va soulever plusieurs questions avec les institutions financières ainsi que des « plaintes » qu’elle a reçues de la part des utilisateurs afin de pouvoir continuer à avancer sur des solutions.

Pour Mme Calviño, le gouvernement a eu raison d’agir de manière préventive avant la hausse des prix des hypothèques et elle a déclaré que, comme l’économie et l’emploi « vont mieux » que ce que l’on pensait à l’automne dernier, les familles ont dû moins recourir à des mesures de soutien pour les paiements hypothécaires.

« Le facteur fondamental qui fait que nous nous trouvons dans un scénario très différent est la bonne progression de l’économie et de l’emploi. À l’automne dernier, lorsque nous avons fait nos estimations, nous ne nous attendions pas à ce que 20 800 000 personnes soient affiliées au système de sécurité sociale. Le fait est que nous avons 1 300 000 personnes de plus au travail qu’avant la pandémie. Et les salaires se redressent également. C’est ce qui explique que la situation des familles est meilleure que le scénario que nous avions envisagé à l’automne dernier », a-t-il ajouté.

Quoi qu’il en soit, M. Calviño a assuré que les mesures convenues avec les banques pour soulager les détenteurs d’hypothèques affectés par la hausse des taux d’intérêt « ont encore du chemin à faire », car l’Euribor a continué à augmenter et, par conséquent, de nombreuses hypothèques continueront à être révisées au cours des prochains mois.

Cela ne veut pas dire, a-t-il ajouté, que nous ne devons pas continuer à travailler pour que le code de bonnes pratiques soit appliqué et couvre tous ceux qui en ont besoin. « Et c’est précisément ce dont nous discuterons avec les banques à la fin de cette semaine », a-t-il déclaré.

DONNÉES EN ATTENTE DE LA BANQUE D’ESPAGNE

Mme Calviño explique qu’elle attend un rapport de la Banque d’Espagne et d’autres rapports pour savoir exactement si les demandes sont refusées ou si ce sont les citoyens eux-mêmes qui ne les demandent pas parce qu’ils n’en ont pas besoin ou parce qu’ils pensent que, d’une manière ou d’une autre, l’accès à ces mesures pourrait leur être préjudiciable.

A lire aussi  Le gazole augmente de 1 % en semaine et l'essence de 0,45 %, tous deux en hausse depuis 12 semaines.

Ce qu’il observe, a-t-il ajouté, c’est qu' »il y a beaucoup de passages d’hypothèques à taux variable à des hypothèques à taux fixe et des remboursements anticipés ».

« C’est une autre des mesures que nous avons mises en place, cette année, en 2023, c’est gratuit. Le passage d’un prêt hypothécaire à taux variable à un prêt hypothécaire à taux fixe et le remboursement anticipé doivent être gratuits. Et ce que les gens font, c’est recourir à ces mesures précisément pour pouvoir se débarrasser de cette charge hypothécaire, parce que la plupart de ceux qui ont des hypothèques à taux variable n’ont plus grand-chose à payer sur cette hypothèque et préfèrent la rembourser plutôt que de continuer à courir le risque d’une hausse des taux d’intérêt », a-t-il fait remarquer.

Auteur/autrice