Face aux données de l’IPC, l’UGT demande des changements réglementaires pour plafonner les avantages « disproportionnés

MADRID, le 30 mai (CALPA PARIS) –

L’UGT a réagi aux données préliminaires de l’indice des prix à la consommation (IPC) pour le mois de mai et considère qu’il est nécessaire de rester vigilant et de faire pression pour que des changements réglementaires soient apportés afin de plafonner les bénéfices disproportionnés de certaines entreprises.

Le syndicat a déclaré dans un communiqué que la baisse de l’IPC de 0,1 % ce mois-ci par rapport au mois précédent, et de neuf dixièmes de point de pourcentage en glissement annuel, à 3,2 %, montre « une modération des prix ».

Cependant, elle met en garde contre le fait qu' »une partie du tissu entrepreneurial continue à maintenir des marges bénéficiaires élevées » et a appelé à « établir des plafonds » afin que les prix ne continuent pas à « se tendre », en particulier dans « les secteurs qui affectent les biens et les services de base ».

Il a également appelé à la « vigilance », car, bien que la « modération graduelle » de l’inflation se poursuive, « l’incertitude d’une possible résurgence de la guerre en Ukraine pourrait modifier ce scénario ».

Le syndicat considère également comme positif le chiffre de l’inflation de base (sans les produits alimentaires et énergétiques non transformés), qui s’est établi en mai à 6,1 %, soit 2,9 points au-dessus de l’IPC général, mais avec une diminution annuelle de 5 dixièmes de point par rapport au mois précédent.

Enfin, il a insisté pour que les augmentations salariales convenues dans le dernier accord sur l’emploi et la négociation collective soient transférées dans les conventions collectives qui n’ont pas encore été signées.

A lire aussi  Le PIB a augmenté de 0,4 % au deuxième trimestre, soit un dixième de point de pourcentage de moins, et a ralenti sa croissance en glissement annuel à 1,8 %.

L’UGT considère qu’il s’agit d’une « question clé pour récupérer le pouvoir d’achat de la classe ouvrière » et pour réactiver la consommation, l’emploi et l’activité économique.

Auteur/autrice