Ibercaja, l’institution espagnole la plus résistante au test de résistance de la BCE, et Cajamar, la moins résistante.

MADRID, 28 juil. (CALPA PARIS) –

La Banque centrale européenne (BCE) a effectué un test de résistance supplémentaire sur un certain nombre d’institutions qui ne sont pas sous la supervision de l’Autorité bancaire européenne (ABE), ce qui, dans le cas de l’Espagne, ne concerne que deux institutions : Ibercaja et Banco de Crédito Social Cooperativo, l’institution mère du groupe Cajamar.

Ibercaja a été l’institution la mieux positionnée dans ces tests de résistance. Selon la BCE, son impact d’ici 2025 sur son ratio de capital CET1 serait inférieur à 300 points de base (la BCE ne communique que des fourchettes, et non des données exactes comme le fait l’ABE). Dans une déclaration, Ibercaja a précisé que l’impact serait de 211 points de base.

Cela signifie que le ratio de capital se situerait entre 8 % et 11 % en 2025 en cas de réalisation d’un scénario défavorable, comme celui auquel la BCE et l’ABE ont soumis les institutions financières européennes.

L’impact sur Cajamar est légèrement plus élevé. La banque enregistrerait une diminution de son ratio de capital CET1 comprise entre 300 et 599 points de base. Ainsi, la solvabilité atteindrait la même fourchette qu’Ibercaja, entre 8 et 11 %.

La BCE a noté dans son examen que les petites banques de l’échantillon ont subi une diminution de capital plus importante que les grandes banques supervisées par la BCE, avec une consommation de 6,6 points de pourcentage, contre 4,6 points de pourcentage, en raison de leur plus faible capacité à générer des revenus et des pertes de crédit plus élevées sur l’horizon de projection.

A lire aussi  Squirrel Media annonce que le règlement des actions de Mondo TV sera reporté au 4 août

Toutefois, la BCE souligne que le ratio CET1 était encore plus élevé que celui de leurs homologues plus importants, avec un résultat de 13,7 % à la fin de l’horizon du test de résistance, contre 10,1 % pour les plus grandes banques, étant donné que leur position de départ était également plus élevée, avec un ratio de départ de 20,2 %, contre 14,7 % pour les plus grandes banques.

Auteur/autrice