L’activité dans la zone euro montre de nouveaux signes de faiblesse, mais l’inflation commence à diminuer, selon les rapports PMI

MADRID, juin 23 (CALPA PARIS) –

La croissance de l’activité économique dans la zone euro a continué à se détériorer en juin, selon la lecture préliminaire de l’indice composite des directeurs d’achat (PMI), qui est tombé à 50,3 points contre 52,8 le mois précédent, le plus mauvais résultat depuis cinq mois, ce qui rapproche la région de la stagnation.

Plus précisément, l’indice PMI des services de la zone euro s’est détérioré en juin, passant de 55,1 en mai à 52,4 points, son plus mauvais résultat en cinq mois, tandis que l’indice PMI manufacturier a atteint son plus bas niveau en 37 mois, chutant à 43,6 points contre 44,8 le mois précédent.

« Après que le PIB de la zone euro ait chuté deux fois de suite, les chances que l’évolution du PIB soit à nouveau négative au cours du trimestre actuel ont augmenté quelque peu », a averti Cyrus de la Rubia, économiste en chef chez Hamburg Commercial.
Bank, qui a souligné en particulier la mauvaise performance du secteur des services en France.

Quoi qu’il en soit, l’expert a indiqué que même son hypothèse initiale d’une croissance légèrement positive de la zone euro au deuxième trimestre se vérifie, « la tendance à la baisse du PMI composite indique une seconde moitié de l’année difficile, les entreprises de tous les secteurs étant confrontées à la détérioration croissante de l’environnement économique et financier ».
carnets de commandes ».

Sur le front de l’inflation, l’enquête de juin indique que la baisse de la demande a entraîné une augmentation des rabais dans le secteur manufacturier, provoquant une baisse des prix d’achat moyens pour le quatrième mois consécutif et au rythme le plus élevé depuis juillet 2009, tandis que dans le secteur des services, la hausse des prix des intrants s’est modérée pour atteindre son niveau le plus bas depuis mai 2021.

A lire aussi  Le chiffre d'affaires d'Orange Espagne au premier semestre a augmenté de 2,47 % pour atteindre 2,321 milliards d'euros.

Ainsi, le taux d’inflation conjoint des coûts des intrants s’est effondré en juin, chutant pour le neuvième mois consécutif, à son plus bas niveau depuis décembre 2020.

« Le ralentissement de la croissance des coûts s’est traduit par une baisse de l’inflation des prix de vente », notent les auteurs de l’étude, qui précisent que les prix moyens facturés pour les produits et les services ont augmenté au rythme le plus lent depuis vingt-sept mois.

Plus précisément, les prix des produits industriels ont baissé pour le deuxième mois consécutif et ont enregistré leur plus forte baisse au cours des trois dernières années, tandis que les tarifs des services ont de nouveau fortement augmenté, bien que le taux d’inflation ait connu sa plus forte baisse depuis 2008 si l’on exclut les mois de référence du début des années 2020.

Auteur/autrice