L’aide au secteur de la pêche affecté par la fin de l’accord avec le Maroc peut être demandée à partir de mardi

Un total de 120.000 euros sera attribué aux armateurs et 182.000 euros aux membres d’équipage.

MADRID, 17 juil. (CALPA PARIS) –

Le ministère de l’Agriculture, de la Pêche et de l’Alimentation a publié ce lundi au Journal officiel de l’État (BOE) les aides, cofinancées par la Commission européenne (CE) et le gouvernement, pour les navires et les membres d’équipage affectés par la fin du protocole de pêche entre l’Union européenne et le Maroc, qui a pris fin ce lundi 17 juillet, après 4 ans de validité, et qui peut être demandé à partir de ce mardi.

Concrètement, le département dirigé par Luis Planas a accéléré les procédures afin que la flotte de pêche affectée par la fin du protocole de pêche entre l’Union européenne et le Royaume du Maroc puisse recevoir l’aide « dans les plus brefs délais ».

De même, l’utilisation par le ministère de l’aide mise à disposition par le Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP) permet d’apporter une réponse immédiate à cette situation et d’atténuer l’impact socio-économique sur la flotte qui a pêché dans les zones de pêche marocaines.

Pour canaliser ce soutien, le ministère a publié ce lundi au BOE (Journal officiel de l’État) les extraits des deux ordonnances appelant à l’aide, pour les propriétaires de navires de pêche espagnols et pour les membres d’équipage à bord de ces navires.

Ces aides, qui seront octroyées sur une base compétitive, sont des aides à l’arrêt temporaire de l’activité de pêche, conformément aux dispositions de la réglementation communautaire et nationale.

Les deux appels seront dotés de 302 000 euros pour l’exercice 2023, financés à 50 % par la FEMP et le ministère de l’Agriculture, de la Pêche et de l’Alimentation. Sur ce montant, 120 000 euros iront aux armateurs et 182 000 euros aux membres d’équipage.

A lire aussi  Solarpack nomme Leo Moreno au poste de directeur général
&#13 ;

Le délai de dépôt des candidatures est de 15 jours ouvrables à compter du lendemain de la publication de l’extrait au BOE.

Étant donné que l’arrêt touche des navires de plusieurs communautés autonomes, de l’Andalousie et des Îles Canaries, le Secrétariat général de la pêche sera chargé de la gestion de l’aide aux armateurs. En ce qui concerne les membres d’équipage, l’Institut social de la mer sera chargé de la gestion.

L’Espagne a obtenu 92 licences sur 128 pour pêcher dans les eaux marocaines, mais seulement 21 navires ont demandé des licences pour 2021 et 2022 ou 2023.

L’aide sera distribuée aux propriétaires et à l’équipage des 11 navires qui ont pêché au moins 20 jours au cours de la période triennale 2021-2023 dans les zones de pêche marocaines (le navire immédiatement inférieur à ce chiffre n’a pêché que 3 jours) et qui répondent également à l’exigence fixée par la Commission européenne de ne pas avoir reçu plus de 180 jours d’aide à l’arrêt temporaire au cours de la période couverte par le FEAMP (2014 à 2023).

Le renouvellement du protocole de pêche avec le Maroc, qui a expiré le lundi 17 juillet, est en attente d’un arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE).

Auteur/autrice