L’année prochaine, 41 % des transferts de mobiles en Espagne se feront d’un opérateur traditionnel vers un opérateur « low cost ».

Il s’agit d’une tendance « de plus en plus forte » qui s’accentue dans un contexte inflationniste.

MADRID, 5 oct. (CALPA PARIS) –

41 % des Espagnols qui changeront d’opérateur de téléphonie mobile au cours des 12 prochains mois quitteront un opérateur traditionnel pour un « faible coût », selon l’étude « Telco : Mobile and Fixed broadband connectivity » préparée par le cabinet de conseil Oliver Wyman et qui fournit également des données pour la France, l’Italie, l’Allemagne et le Royaume-Uni.

Le pourcentage en Espagne est conforme à l’intention des consommateurs italiens d’abandonner un opérateur traditionnel pour un opérateur à bas prix (46 %), mais il est plus élevé que sur le marché français (35 %), au Royaume-Uni (32 %) et en Allemagne (28 %).

Le prix est donc le facteur le plus décisif pour les consommateurs de tous les pays analysés lorsqu’ils décident de changer de fournisseur de téléphonie mobile, mais aussi de fournisseur de services fixes à large bande.

Dans le cas de l’Espagne, les performances (vitesse et qualité du réseau) et la quantité de données constituent le deuxième élément le plus influent lors d’un changement d’opérateur de téléphonie mobile, tandis que pour le haut débit fixe, le service à la clientèle est un autre facteur important.

« La possibilité de regrouper et de combiner les offres avec d’autres services (sécurité, énergie, services financiers ou jeux) et les politiques ESG (facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance d’entreprise) sont des facteurs qui sont moins pris en compte lors du passage d’un opérateur mobile à un opérateur fixe », ajoute le rapport.

A lire aussi  Le secrétaire d'État au commerce considère que les investissements espagnols au Maroc sont "pertinents" et ont un "impact social".

Dans ce contexte, les auteurs de l’étude concluent que le taux d’abandon des opérateurs mobiles traditionnels au profit d’opérateurs mobiles à bas prix est une tendance « de plus en plus forte ».

En fait, les données du rapport montrent que les opérateurs historiques représentent le pourcentage le plus élevé de clients prêts à changer d’entreprise au cours des 12 prochains mois.

Plus précisément, 77 % des consommateurs espagnols qui ont l’intention de changer d’opérateur sont des clients d’opérateurs historiques, alors que ce chiffre est de 65 % au Royaume-Uni, de 64 % en Italie et de 61 % en France et en Allemagne.

En revanche, seuls 12 % des Espagnols qui ont l’intention de changer d’opérateur de téléphonie mobile au cours des 12 prochains mois envisagent de passer d’un opérateur à bas prix à un opérateur historique.

« Ces données montrent une tendance à la captivité des clients par les opérateurs à bas prix, car lorsqu’un consommateur passe d’un opérateur traditionnel à un opérateur à bas prix, le retour à un opérateur traditionnel et même le passage à un autre fournisseur à bas prix n’est pas très important « , souligne l’étude.

Dans une présentation à la presse, Beatriz Lacave, partenaire d’Oliver Wyman pour le secteur des télécommunications, des médias et des technologies, a souligné que cette situation est accentuée dans un contexte inflationniste où certains opérateurs ont augmenté leurs tarifs et où les ménages cherchent à contenir leurs dépenses.

« Le rapport montre une nette tendance européenne en faveur des opérateurs de téléphonie mobile à bas prix, qui s’accentue en Espagne. Si cette tendance est cohérente avec les parts de marché plus élevées des opérateurs historiques, elle indique également une plus grande exposition de leurs bases de clients », a souligné M. Lacave.

OFFRES CONVERGENTES

En ce qui concerne la capacité de fidélisation de la clientèle mobile des offres convergentes, c’est-à-dire celles dans lesquelles le même opérateur propose des services mobiles et fixes à large bande, l’étude conclut que l’effet contraignant en Espagne est « de plus en plus modéré » en raison du fait que l’offre convergente « à bas prix » est « très répandue ».

A lire aussi  Realia annonce la distribution d'un dividende de 41 millions d'euros et annule l'assemblée du 14 juin

« Au Royaume-Uni, en Allemagne et en Italie, la convergence est inefficace pour lier les clients aux opérateurs de téléphonie mobile, car ces clients ne sont souvent pas clients d’une offre convergente », a déclaré Lorenzo Miláns del Bosch, associé d’Oliver Wyman spécialisé dans les télécommunications, les médias et les technologies.

« En revanche, en France et en Espagne, où plus de 70 % des consommateurs ont des produits mobiles et fixes fournis par le même opérateur, la convergence continue d’avoir un effet contraignant, même s’il est de plus en plus modéré », a-t-il ajouté.

Auteur/autrice