Le Congrès débat d’une proposition du PP visant à « mettre fin aux attaques du gouvernement » contre les hommes d’affaires

MADRID, 27 mai (CALPA PARIS) –

L’Assemblée plénière du Congrès examinera cette semaine une initiative du PP demandant au gouvernement de « mettre fin aux attaques » que les membres de l’exécutif ont lancées contre les hommes d’affaires et certains secteurs économiques.

Il s’agit d’une motion résultant de l’interpellation urgente que le PP a adressée il y a quinze jours à la Chambre basse à la vice-présidente économique, Nadia Calviño, et dont le texte sera voté lors de la première session plénière après les élections locales et régionales.

Sans le mentionner expressément, les « populares » font référence à certains épisodes mettant en scène des ministres de Podemos, comme la secrétaire générale des « morados », Ione Belarra, contre le président de Mercadona, Joan Roig, et le secteur de la distribution pour la hausse des prix, ou contre les dirigeants de Ferrovial pour la délocalisation de son siège aux Pays-Bas.

RENVERSER L’INTERVENTIONNISME

Pour le PP, le gouvernement devrait promouvoir la liberté d’entreprise comme une « valeur déterminante » dans une économie ouverte, ainsi que promouvoir un cadre de « stabilité institutionnelle » qui favorise l’esprit d’entreprise et l’investissement des entreprises.

La motion du PP, recueillie par Europa Press, est basée sur la thèse selon laquelle Calviño, dans son interpellation, « a menti à nouveau » et « n’a fait aucune proposition ». Par conséquent, le groupe populaire appelle à un renforcement de la liberté d’entreprise contre « les mesures interventionnistes qui entravent le marché libre et la croissance économique ».

Le Groupe Populaire insiste également sur la défense de la propriété privée en tant que droit constitutionnel et sur l’égalité des chances. Par ailleurs, le PP propose de mettre en œuvre « efficacement » les principes de bonne gouvernance, de transparence et de responsabilité dans l’administration publique, notamment en ce qui concerne les ressources provenant des fonds européens.

A lire aussi  La dépense moyenne par ménage atteindra 31 568 euros en 2022, soit 7,9 % de plus, et dépassera les niveaux d'avant la pandémie.

Auteur/autrice